mon vieux Laprée…

« C’est pourquoi nous autres châteaux commençons toujours notre correspondance par une formule de politesse, par exemple :  « Toi, mon vieux Laprée, bien que tu sois jeune encore pour être né en 1740, époque harmonieuse architecturalement s’il en fut (et là, pas question de balancer qu’on trouve le style plus mièvre que cent ans auparavant, moins chic et moins sobre), toi dont le dôme, à l’est, est couronné de façon si originale, ce qui est une partie de ton charme… » »

Dominique Schneidre (née en 1947), Le corps principal, Paris, Albin Michel, 1997, p.186.

écrire ensemble l’histoire

Ce passe-temps, cet abri de l’amnésie du monde moderne, est une entreprise sérieuse…

« J’avais demandé à mon grand-père s’il y avait par hasard des familles qui étaient plus vieilles que les autres, s’il y avait des âges très reculés, gardés peut-être par des anges aux épées flamboyantes, où mes arrières-grands-parents auraient été seuls à se promener et où, surgis soudain du néant, les autres n’auraient pas accès. Non, en vérité, toutes les familles étaient aussi anciennes les unes que les autres. Tout le monde avait un père et une mère, deux grands-pères et deux grands-mères, et huit arrière-grands-parents. Mais certains gardaient des traces du passage dans le temps de leurs ancêtres disparus. C’est ainsi que j’appris ce que nous devions au souvenir. »

« Ce qu’on tait, ce qu’on laisse à l’histoire, qui est d’ailleurs tout à fait incapable de le reconstituer après coup, c’est le trésor tacite du climat général, de la température de la vie, des règles collectives acceptées par le groupe : ce fond immémorial de la façon d’être et de penser, ces ancres de l’esprit du temps […] qui commandent, mais secrètement, […] les vagues superficielles de notre existence quotidienne. Dompteur d’évidence, dompteur de quotidien, montreur de banal, voilà les titres que j’ambitionne. Je raconte ma famille. Et non pas ses crimes, car il n’y en avait guère. Et non pas ses folies, car elles étaient raisonnables. Mais ce qu’elle pensait du monde et sa vie de chaque jour. Et je ne rapporte même pas ses vêtements, ses manies, les anecdotes qui s’y transmettaient, cette façon qu’avait mon grand-père de se gratter la nuque de son pouce. »


Jean d’Ormesson (1925-2017), Au Plaisir de Dieu, 1974.


Vous aussi, collaborez à Avant Laprée ! Comment ?

Continuer la lecture de « écrire ensemble l’histoire »

vivre dans le temps

« Apprendre à vivre dans le temps est une des rares choses qu’on n’enseigne pas. C’est pourtant une des plus nécessaires. Bien sûr, les projets initiaux échouent. Ce n’est pas une raison pour ne pas en faire ni pour ne pas les modifier en cours de route. Beaucoup ne croient qu’à l’instant et à la fatalité. Ils refusent l’intégration dans le temps. Une vie qui ne s’inscrit pas dans le temps est une vie futile ou résignée. »

Jacques de Bourbon-Busset (1912-2001), Bien plus qu’aux premiers jours (journal X), 1985.

 

Lallemant de Lévignen, 1929

Faire-part de décès de Raoul-Edmond-Ghislain comte Lallemant de Lévignen, bourgmestre de Houx depuis 35 ans, chevalier de l’ordre de la Couronne, décoré de la Croix civique de première classe et de la Décoration spéciale 1914-1918, né au château de Houx le 7 août 1866 et décédé au château le 1er février 1929. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0281.


Page révisée le 02/10/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Lambilly, 1928

Faire-part de décès de la comtesse Raphaël de Lambilly née Paula-Maria Vergauwen, née à Gand le 29 février 1868 et décédée à Bruxelles le 23 avril 1928. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0280.


Page révisée le 02/10/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

 

lettre de la cousine Delattre de Loë, 27 août 1761

Lettre d’Anne-Marie-Thérèse Delattre de Loë (1696-1779), épouse de Jules-César Raulin (1697-1785), écuyer, seigneur de Belval, brigadier des armées du roi, à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776), grand bailli de Saint-Omer, son cousin. Belval, 27 août 1761. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0483.


Article révisé le 22/09/2020.

rapport servi par Antoine Pelet, 1718

Rapport et dénombrement qu’Antoine Pelet, écuyer, seigneur de Chimencourt, demeurant à Saint-Omer,  père ayant la garde-noble de ses trois enfants, fait et baille en leur nom à César de Raulers, écuyer, seigneur de Lescoire, Racquinghem en partie, Mauroy et autres lieux, des terres et héritages qu’il tient et avoue au nom de ses trois enfants tenir de lui en cotterie à cause de la terre et seigneurie de Lescoire, Racquinghem, qu’il tient en indivision avec Anne-Gilles-Ferdinand-François de Basselers, écuyer, seigneur de Lescoire, Racuinghem en partie, Coubronne, Lapierre et autres lieux. Saint-Omer, 29 octobre 1718. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2947.

Document intégral consultable sur demande.

Page révisée le 03/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

raccommodage de dentelles, v.1710

Succession de Marie-Louise Rogier (1682-1710). Reçu de douze livres délivré à mademoiselle de Reper par un Doresmieulx pour avoir fait raccommoder les dentelles de Marie-Louise Rogier (1682-1710), épouse de François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) dans la maison des Bleuettes : plusieurs paires d’engageantes, tour de gorge, coiffure et autres linges que l’on a aussi blanchis et trois coiffures que l’on a montées. Saint-Omer, 29 juillet 1712. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2946.

Page révisée le 03/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

saisie d’avesties de blé et d’avoine, 1780

Texte d’une affiche établi par le bailliage royal de Saint-Omer annonçant que vendredi 28 juillet 1780 Théophile-François Pruvost, sergent à cheval du bailliage, procèdera à la vente judiciaire au plus offrant et dernier enchérisseur d’avesties* de blé et d’avoine sur le terroir de Baudringhem et environs saisies à Louis-Joseph Chavain, cabaretier, demeurant à Racquinghem, et Marie-Isabelle-Josèphe Quenivet, sa femme, à la requête de Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), écuyer, seigneur de Quiestède, Laprée et autres lieux, grand bailli héréditaire des bailliage, ville et châtellenie de Saint-Omer, pour recouvrement d’une somme de 620 livres. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2945.

*. Ce qui a été semé et croît sur une terre, ici du blé et de l’avoine.

Document intégral consultable sur demande.

Page révisée le 03/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Lac de Fugères, 1909

Faire-part de décès du Révérend Père Stanislas du Lac de Fugères S.J. le 29 août 1909 à Paris (19 rue Oudinot) dans sa 74e année. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0276.

Page révisée le 02/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Keranflech’h, 1932

Faire-part de décès de madame Gilart de Keranflec’h née Elizabeth-Marie de Menjot de Groutel de Champfleur le 20 avril 1932 au manoir de Penangar-en-Guilers (Finistère). Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0275.

Page révisée le 02/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Kervénoaël, 1932

Faire-part de décès de la vicomtesse de Kervénoaël née Louise-Marie-Joséphine de La Lande de Calan le 20 décembre 1932 au château de Toulencourt-par-le-Faou (Finistère) à l’âge de 58 ans. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0274.

Page révisée le 02/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Kervyn, 1928

Faire-part de décès de Dame Pauline-Isabelle-Marie-Denis comtesse de Borchgrave d’Altena, veuve de messire Alban Kervyn, née à Bruxelles (Belgique) le 7 février 1859 et pieusement décédée à Bruxelles (Belgique) le 14 novembre 1928. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0273. 

Page révisée le 02/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.