mon vieux Laprée…

« C’est pourquoi nous autres châteaux commençons toujours notre correspondance par une formule de politesse, par exemple :  « Toi, mon vieux Laprée, bien que tu sois jeune encore pour être né en 1740, époque harmonieuse architecturalement s’il en fut (et là, pas question de balancer qu’on trouve le style plus mièvre que cent ans auparavant, moins chic et moins sobre), toi dont le dôme, à l’est, est couronné de façon si originale, ce qui est une partie de ton charme… » »

Dominique SCHNEIDRE (née en 1947), Le corps principal, Paris, Albin Michel, 1997, p.186.

qu’est-ce qu’Avant Laprée ?

Archiver le passé pour habiter le présent… La lecture de l’archive se joue à l’écart du monde et induit un rapport élégiaque au temps…

S’inspirant modestement de la trilogie Le Labyrinthe du Monde écrite par Marguerite Yourcenar (Souvenirs pieux (1974), Archives du Nord (1977), Quoi ? L’Éternité (1981)), Avant Laprée est un récit construit autour des archives d’une « vieille chère maison cachée dans les arbres » (Georges Bernanos), courant sur quelque quatre siècles d’Histoire. L’Histoire d’une famille, reliée à celle des anciennes provinces du Nord et de la France… Jusqu’au bel été 1914. Jusqu’à cette Grande Guerre qui a fait, semble-t-il sans retour, basculer la vieille Europe et sa Belle Époque dans « le monde d’hier », pour reprendre les mots de Stephan Zweig… 

Cette maison est Laprée, un petit château de brique à coins de pierre, à Quiestède, entre Aire-sur-la-Lys et Saint-Omer, naguère en Artois. Les Lencquesaing sont cette famille, fixée sur la terre de Laprée depuis 1669. 

On dit volontiers des archives qu’elles témoignent du passé. Mais devons-nous en être si persuadés finalement ? Ce que leur étude invente, au présent, n’est-ce pas plutôt quelque chose comme le passé du futur, l’avant de l’après ? En cela leur étude ouvre des questions d’avenir ; en cela leur étude mérite sollicitude… 


Article révisé le 22/09/2019.

écrire ensemble l’histoire

Ce passe-temps, cet abri de l’amnésie du monde moderne, est une entreprise sérieuse…

« J’avais demandé à mon grand-père s’il y avait par hasard des familles qui étaient plus vieilles que les autres, s’il y avait des âges très reculés, gardés peut-être par des anges aux épées flamboyantes, où mes arrières-grands-parents auraient été seuls à se promener et où, surgis soudain du néant, les autres n’auraient pas accès. Non, en vérité, toutes les familles étaient aussi anciennes les unes que les autres. Tout le monde avait un père et une mère, deux grands-pères et deux grands-mères, et huit arrière-grands-parents. Mais certains gardaient des traces du passage dans le temps de leurs ancêtres disparus. C’est ainsi que j’appris ce que nous devions au souvenir. »

« Ce qu’on tait, ce qu’on laisse à l’histoire, qui est d’ailleurs tout à fait incapable de le reconstituer après coup, c’est le trésor tacite du climat général, de la température de la vie, des règles collectives acceptées par le groupe : ce fond immémorial de la façon d’être et de penser, ces ancres de l’esprit du temps […] qui commandent, mais secrètement, […] les vagues superficielles de notre existence quotidienne. Dompteur d’évidence, dompteur de quotidien, montreur de banal, voilà les titres que j’ambitionne. Je raconte ma famille. Et non pas ses crimes, car il n’y en avait guère. Et non pas ses folies, car elles étaient raisonnables. Mais ce qu’elle pensait du monde et sa vie de chaque jour. Et je ne rapporte même pas ses vêtements, ses manies, les anecdotes qui s’y transmettaient, cette façon qu’avait mon grand-père de se gratter la nuque de son pouce […]. »

Jean d’ORMESSON (1925-2017), Au Plaisir de Dieu, 1974.

Vous aussi, collaborez à Avant Laprée ! Comment ?

Continuer la lecture de « écrire ensemble l’histoire »

vivre dans le temps

« Apprendre à vivre dans le temps est une des rares choses qu’on n’enseigne pas. C’est pourtant une des plus nécessaires. Bien sûr, les projets initiaux échouent. Ce n’est pas une raison pour ne pas en faire ni pour ne pas les modifier en cours de route. Beaucoup ne croient qu’à l’instant et à la fatalité. Ils refusent l’intégration dans le temps. Une vie qui ne s’inscrit pas dans le temps est une vie futile ou résignée. »

Jacques de Bourbon-Busset (1912-2001), Bien plus qu’aux premiers jours (journal X), 1985.

 

lettre de N… de Tourtier, 1927 (?)

Lettre de N… de Tourtier à André de Lencquesaing (1893-1976) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Lettre relative à la descendance Le Caron de Canettemont-Lencquesaing. Saint-Sauveur (Somme), 1er avril (1927 ?). Archives de Laprée, Quiestède, 4.2925.


Article révisé le 03/08/2020.

lettre de N… de Kergorlay, 1925

Lettre de N… de Kergorlay à André de Lencquesaing (1893-1976) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Lettre relative à la descendance Le Caron de Canettemont-Lencquesaing. Paris, 17 mai 1925. Est jointe à ce courrier une généalogie probablement établie par Charles Brunet de La Charie (1870-1945). Archives de Laprée, Quiestède, 4.2924.


Article révisé le 1er août 2020.

 

lettre de Casimir de La Rüe du Can, 1927

Lettre de Casimir de La Rüe du Can (1870-1952) à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren à Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Château des Cartes (Sonzay, Indre-et-Loire), 28 février 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2920.


Article révisé le 03/08/2020.

lettre d’Octave de La Rüe du Can, 1927

Deux lettres d’Octave de La Rüe du Can (1890-1941) à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren à Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Château de Marigné (Bazouges-sur-le-Loir (Sarthe)), 2 mars 1927 et date inconnue. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2919.


Article révisé le 02/08/2020.

lettre de Pierre Enlart de Guémy, 1927

Lettre de Pierre Enlart de Guémy (1876-1952), docteur en droit, avocat à la cour d’appel de Douai, à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren à Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Douai (Nord, 20 rue Saint-Jean), 9 février 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2918.


Article révisé le 02/08/2020.

lettre de N. de Franssu, 1927

Lettre de N… Douville de Franssu à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren à Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Noyelles-sur-Somme (Somme), 1927. Manque probablement le courrier introductif. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2917.


Article révisé le 02/08/2020.

lettre de N… de Kergorlay, 1927

Lettre de N… de Kergorlay à André de Lencquesaing (1893-1976) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Le Cauroy (Berlencourt-le-Cauroy, Pas-de-Calais), 11 juillet 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2916.


Article révisé le 1er août 2020.

 

lettre de la comtesse Colas des Francs, 1927

Lettre de la comtesse Gonzague Colas des Francs née Alix Allouveau de Montréal (1860-1949) à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren, Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. La Motte (Loiret), 26 février 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2915.


Article révisé le 31/07/2020.

lettre de René du Soulier, 1927

Lettre de René du Soulier (1873-1931) à André de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren, Paris) pour faire suite à sa demande de renseignements généalogiques. Château de La Poterie (par Wimille, Pas-de-Calais), 17 août 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.2914.


Article révisé le 31/07/2020.