les bastions de Jehan d’Aire

Dans le contexte de tension exacerbée provoquée par l’élection de Charles Quint à la tête du Saint-Empire romain germanique en 1519 contre le roi de France François Ier, les travaux aux fortifications des frontières des Pays-Bas connaissent un essor remarquable qui perdure jusqu’à l’orée de la décennie 1560. Commence alors à se prévaloir en ce début du XVIe siècle le principe d’une frontière continue qui seule est susceptible de protéger les Pays-Bas espagnols d’une invasion française.

L’organisation défensive de l’Artois est confiée à Adrien de Croÿ, nommé gouverneur d’Artois en 1524 en remplacement de son père : il organise militairement la province, recrute et lève des effectifs défensifs, gère les approvisionnements et les armements des villes-fortes et supervise les travaux conduits sur les fortifications des villes…

Place-forte de première ligne au XVIe siècle, Aire espagnole s’affirme face à sa rivale française Thérouanne comme une des principales places-fortes d’Artois, ce qui justifie entre 1520 et 1570 la modernisation de ses fortifications :

« L’extrême intérêt présenté par l’étude de l’architecture militaire renaissante réside dans la mutation d’un système de fortification à un autre système, des tours médiévales circulaires qui depuis le XIIe siècle flanquent les courtines aux bastions polygonaux qui vont apparaître au début du XVIe siècle. Cette mutation fut nécessité par l’apparition vers 1350 puis la diffusion autour des années 1400 des pièces d’artillerie à feu, les bombardes en particulier, capables de battre en brèche les murailles traditionnelles. Cette évolution devait donc entraîner au début du XVIe siècle l’abandon du système de fortification médiéval et son remplacement par le système bastionné. » (Alain Salamagne)

Tous les chantiers de fortification en Artois ont permis à des maîtres-maçons d’acquérir une réputation, à l’instar des architectes de la Renaissance italienne. C’est le cas de Jehan d’Aire dit Jehan Lartésien ou encore de Charles de Haulteclocque, formé par le premier. Né autour de 1480-1485, Jehan d’Aire a sans doute été formé dans sa ville natale, peut-être sous la direction de Jehan de Brimeu, un maître-maçon qui dirige alors le chantier de la collégiale Saint-Pierre. Devenu maître-maçon d’Aire en 1526, il supervise les travaux d’architecture, dont le chantier du bastion de Saint-Omer et sans doute ceux des bastions d’Arras et des Chanoines. Jehan d’Aire abandonne sa charge en 1534 pour une raison inconnue tout en demeurant à Aire. On trouve sa trace sur des chantiers de bastion à Béthune ainsi qu’en Hainaut – de Valenciennes à Avesnes -, portant le titre de maître-maçon des ouvrages de fortification des frontières du Hainaut. Charles Quint lui confie également des tournées d’inspection des frontières de l’Empire qui le conduisent du Namurois aux contreforts de l’Ardenne.  

Le premier plan conservé d’Aire, celui de Jacques de Deventer, atteste que vers 1570 les fortifications avaient été renforcées par quatre bastions, informations complétées par les données provenant d’un autre plan, celui levé au début du XVIIe siècle par l’ingénieur Pierre Le Cœulvre. Leur intérêt réside dans la conception en 1533 du bastion de Saint-Omer qui est l’un des premiers ouvrages renaissants attestés dans les anciens Pays-Bas. Le flanc droit du bastion de Saint-Omer était plus étendu que le flanc gauche probablement pour abriter un nombre de pièces d’artillerie plus élevé et pour contrôler la sortie des eaux de la Lys et assurer efficacement le flanquement des écluses et des barrages, l’inondation étant l’un des meilleurs moyens de défense d’une cité. Les bastions ultérieurs, ceux des Chanoines (vers 1541) et de la Porte d’Arras (vers 1546), ont pris modèle sur cet épigone, de même que ceux construits à Béthune et à Saint-Omer. Les bastions dominent parfois d’une quinzaine de mètres les courtines et de vingt-cinq mètres le fond des fossés. Ils sont donc en mesure de découvrir les batteries des assaillants, de plonger leurs approches et d’assurer à la fois un tir à longue portée sur les attaques et un tir de flanquement plus rapproché sur les bastions.

Exemple d’un système intermédiaire où les bastions demeurent isolés – leur flanc n’ayant encore que pour mission la défense des murailles et pas encore le croisement des feux et le flanquement mutuel -, les fortifications bastionnées d’Aire ont malheureusement disparu lors du démantèlement à la fin du XIXe siècle.

Bibliographie :

Alain SALAMAGNE, « Adrien de Croy, Jehan d’Aire, les fortifications d’Aire et la défense de l’Artois au début du XVIe siècle. Revue Historique et Culturelle d’Aire-sur-la-Lys et de sa Région », 1993, p. 3-10.


Article révisé le 13/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.