le premier plan d’Aire

Jacques de Deventer (Deventer (Pays-Bas), v.1500 – Cologne, 1575) aurait d’abord été médecin puis se serait adonné aux mathématiques et surtout à la géographie. À l’université de Louvain, il pose avec Gemma Frisius (1512-1555), le maître de Mercator (1512-1594), les fondements de la cartographie scientifique dans le premier tiers du XVIe siècle. Charles-Quint et Philippe II lui confient la tâche d’établir les plans de toutes les villes importantes des Pays-Bas espagnols.

Il exécute ainsi 223 vues de cités coloriées à l’aquarelle. Ce document est essentiel parce qu’il constitue le premier document topographique sur Aire. On y voit clairement, dans le maillage dense, la partition entre l’ancien castrum à droite (qui comprend l’église collégiale, les maisons claustrales et, au centre, la salle comtale entourée de fossés) et le bourg, à gauche, que bâtissent peu à peu les marchands, avec son nouveau château construit en 1553.

Depuis le seuil du castrum se succédent le marché au filet, les « estallés » au pain, la hallette aux fruits, le marché proprement dit (là où la rue de Biennes s’élargit en une forme triangulaire). Le carrefour formé par l’intersection des rues Saint-Pierre, du Bourg et de Saint-Omer est dit « ad crucem Arie » : là s’élève la croix, protectrice du marché et symbole de paix. Au XVIIIsiècle, les grandes distributions populaires de pains se font autour de cette croix et l’endroit est appelé « la croix aux pains ».

L’actuelle et bien nommé rue du Bourg est le point de départ de cette nouvelle entité. L’actuelle rue de Saint-Omer a longtemps été appelée la Haise-Rue (haise signifiant palissade) en raison des palissades du castrum auxquelles elle était appuyée. Sur cette rue se greffent trois autres voies, grossièrement parallèles : les actuelles rue de Brabant, du Doyen, du Château, de Biennes. Celles-ci sont réunies entre elles ainsi qu’à la rue d’Arras par des ruelles transversales, disposition qui fait penser à une distribution prévue et ordonnée du sol.

Les portes sont au nombre de quatre (de Saint-Omer, d’Arras, du Molinel, de Biennes) mais Jacques de Deventer ne les indique pas.

Dès la fin du Moyen-Âge, les échevins, pressés par le gouverneur d’Artois, s’employent à perfectionner le système défensif pour faire face à Thérouanne. Il s’agit de pratiquer des canonnières aux tours et à l’enceinte fortifiée. Un boulevard est construit. En 1533, Jehan d’Aire, dit Jehan Lartésien, maître maçon, prépare l’élévation du bastion et du pont de la porte de Saint-Omer. Le chantier du bastion des Chanoines est entrepris vers 1542, celui du bastion d’Arras vers 1546, celui du Molinel après 1560.

Illustration : Aire-sur-la-Lys. Plan de Jacob Roelofs dit de Deventer (Deventer (Pays-Bas); v.1500 – Cologne, 1575). Fac-similé du dessin rehaussé à l’aquarelle contenu dans l’Atlas des villes des Pays-Bas, conservé à Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, Ms 22.090. (73 places levées entre 1550 et 1565 sur les ordres de Charles-Quint et de Philippe II)


Article révisé le 13/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.