ἱστορία

« Fils magnanime de Tydée, pourquoi me demandes-tu ma naissance? Telle la naissance des feuilles, telle celle des hommes. »

HOMÈRE, Iliade, chant VI, VIIIe siècle avant J.-C.

« Le monde commençait avec Éléazar. Avant, tout était obscur puisque nous n’étions pas encore nés. Je me disais bien qu’Éléazar aussi devait avoir un père et une mère, deux grands-pères et deux grands-mères et huit arrière-grands-parents. Mais ils n’existaient pas, parce qu’ils n’avaient pas de nom. Les choses et les personnes n’avaient de sens pour nous que par le nom qu’elles portaient. »

Jean d’ORMESSON (1925-2017), Au plaisir de Dieu, Paris, 1974.

Tous les peuples du monde ont construit des récits relatifs à l’origine de la Terre, du Ciel et de la Vie. La plupart citent un principe créateur – dieu, idée ou élément – à la source de toute chose. Si nous voulons considérer la création du monde comme un événement, cela implique de la situer au sein de l’écoulement du temps. Et si nous concevons le temps comme une entité linéaire, comme c’est le cas en Occident, nous sommes alors inévitablement amenés à nous interroger sur l’existence et la signification d’un « avant »…

« Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » sont les premiers mots de la Bible. Le récit de la Genèse a dominé la cosmogonie en Occident jusqu’au XVIIIe siècle en proposant l’« Heptaméron », une classification rationnelle en sept jours. Au XIXe siècle, la notion d’évolution prend le pas sur la notion de création et l’astrophysique découvre les berceaux des étoiles sous forme de nébuleuses gazeuses. La théorie du big-bang, élaborée dès le début du XXe siècle, améliorée au point d’être désormais indiscutée, propose un panorama quasi complet de l’évolution cosmique, depuis la naissance de l’espace-temps-matière dans le vide quantique il y a environ 13,5 milliards d’années jusqu’à l’émergence de la complexité il y a environ 300 000 ans. Les télescopes les plus perfectionnés montrent les germes des premières galaxies, les accouchements d’étoiles au sein de nuages d’hydrogène interstellaire, les parturitions de planètes dans des disques de poussières… Nous sommes dans un cosmos où la genèse est toujours en cours. Mais ce n’est plus tant l’origine du monde que l’origine de la vie qui demeure énigme tout comme ses structures plus élaborées encore qu’on appelle les cultures, apparues il y a près de 70 000 ans. Celles-ci ont donné le coup d’envoi à l’histoire des hommes. C’est alors que le grand récit commença…

« Au commencement était le Verbe » sont les premiers mots du Prologue de l’Évangile selon Jean. Une première parole qui dit que la parole est première, qui dit la parole première. Si le Verbe vient du latin « verbum » signifiant « parole », le mot originel, « λόγος » / « lógos » est grec. Il signifie un discours, une parole créatrice. Il est aussi justement la racine de « prologue », « pro »-/« προ » signifiant « avant » et « lógos » / « discours » : le prologue est un discours introductif ou préambule.

La généalogie, orale puis écrite, rythme les récits fondateurs de la plupart des grandes civilisations. Des chapitres entiers de la Bible, principalement dans la Genèse et les Chroniques, sont des généalogies. La Théogonie d’Hésiode chante la généalogie des dieux grecs. Le souvenir et le culte des ancêtres distinguent le patriciat de la plèbe et assurent la légitimité politique dans la Rome antique. Le Nouveau Testament, dès son premier Évangile, celui de Matthieu, s’ouvre par la généalogie descendante d’Abraham jusqu’au Christ. Le troisième, l’Évangile selon saint Luc, en établit une autre, ascendante cette fois du Christ jusqu’à Adam et divergeant parfois de la précédente. Ces deux textes, lus chaque année au temps de Noël, ont longtemps été familiers des chrétiens. Inspirés par l’arbre de Jessé, les Vitae des saints et les Gesta des abbés et des évêques, les grands feudataires du Moyen-Âge étaient naturellement sensibles aux suites ininterrompues d’ancêtres plongeant dans une antiquité de légende, prétendument troyenne, mérovingienne ou carolingienne.

Jehan de Lencquesaing n’est ni un dieu, ni un saint, ni un prince de l’église, ni un grand seigneur. Mais, par sa parole première, il fonde sa famille à l’époque moderne, dans le dernier tiers du XVIe siècle. Une fois assuré de sa bonne assise au sein de la société des Pays-Bas, il a en effet ressenti le besoin de s’extraire de l’indifférenciation dans laquelle se trouvaient jusqu’alors confondus ses parents en s’individualisant et en amorçant l’écriture d’un livre de famille.

L’Histoire des Lencquesaing commence dès lors par le verbe de Jehan et, tel le rameau sortant du tronc de Jessé, jaillit jusqu’à aujourd’hui du halo de mystère entourant cet  ancêtre. C’est bien de Genèse dont il est question, du commencement et du commandement, selon les deux traductions possibles des premiers mots (« ρχή » / « arkhè »)  de la Bible en grec. Comme le commencement de sa propre religion qui est institution de mémoire par définition, le verbe de Jehan forme le prologue d’une généalogie de près d’un demi-millénaire qui est elle-même discours, parole créatrice par son étymologie même : « γενεά » / « genea », « génération » et « λόγος » / « lógos »…

Pourquoi oser écrire une histoire de Jehan en dépit des sources infimes disponibles ? Peut-être parce qu’il a beaucoup à dire sur les Lencquesaing d’aujourd’hui, si tant est que comme pour les individus, le passé tout entier suit les familles à chaque instant : « Ce que nous avons senti, pensé, voulu depuis notre première enfance est là, penché sur le présent qui va s’y joindre, pressant contre la porte de la conscience qui voudrait le laisser dehors », a ainsi écrit le grand Bergson (L’Évolution créatrice, 1907).

Les quelque cinquante années à l’intérieur desquelles s’enferme son existence ont vu s’accomplir des événements qui ont bouleversé l’histoire du monde. Il est un météore rayant de sa trajectoire exacte ce ciel de la Renaissance finissante scruté par le moine Copernic puis par Galilée, ces deux humanistes et hommes de foi qui ont, malgré eux, désenchanté le monde en laissant entrevoir que l’homme n’était qu’une contingence dans l’immensité indifférente et implacable de l’univers. Mesure-t-on d’ailleurs assez la bascule qui se produit à cette époque avec l’irruption de la science ? La nature, jusqu’alors objet de contemplation, est désormais un sujet d’étude au service de l’homme qui entreprend d’en déceler et d’en comprendre les mécanismes intimes, devenant selon Descartes « comme maître et possesseur de la nature » (Discours de la Méthode, 1637).

Voilà plus de quatre siècles que Jehan de Lencquesaing a quitté la grand-route de l’Histoire. Il n’a en effet laissé que très peu de traces de son passage terrestre, sombrant assez rapidement dans l’oubli des générations suivantes, n’étant au mieux qu’une vague silhouette enterrée son temps venu sous une dalle de son église paroissiale, au bruit d’une messe haute, dans l’attente du Jugement dernier. Il est vrai qu’il n’a été mêlé à aucune affaire d’importance et que les archives familiales, ravagées par l’incendie en 1737 de la maison familiale de Saint-Omer, sont quasiment muettes sur lui.

Ainsi, déjà vague silhouette sous Louis XV, Jehan de Lencquesaing ne peut-il être qu’encore bien plus indistinct à cette distance de nous. Il est comme les figures que les peintres primitifs flamands posaient sur les routes dans l’arrière-plan bleuâtre de leurs peintures pour servir d’échelle à leurs paysages. Disons-le tout net, les événements particuliers de sa vie nous demeureront largement hors d’atteinte. Cherchons simplement à traiter avec honnêteté de son aventure terrestre, à s’accommoder des vides et du filet d’incertitudes, à composer avec les traces frêles…

Dans Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), l’historien Alain Corbin a exploré pourtant en 1998 une prometteuse voie de recherche en s’attachant à faire revivre un être parmi d’autres, au souvenir aboli, englouti dans la masse confuse des morts, entendant ainsi modestement inverser le travail des bulldozers aujourd’hui à l’œuvre dans les cimetières de campagne. Ces articles consacrés à Jehan de Lencquesaing s’inspirent de cette démarche neuve. L’enquête de l’historien consiste aussi à faire parler le lieu de mémoire qu’il a laissé – son livre de famille – ou que le hasard plutôt nous a laissé, à s’appuyer sur des données certaines, à travailler le possible et le probable du passé, à enchâsser en quelque sorte l’ensemble des traces et à décrire tout ce qui a gravité autour du personnage dans l’attente de le voir reparaître un jour au tournant d’un chemin creux, dans le hasard d’une recherche dans d’autres vieux papiers… Et peut-être de l’approcher alors davantage…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.