plan-relief d’Aire, 1743

Le plan-relief d’Aire, conservé au musée des Beaux-Arts de Lille, a été réalisé en 1743 à l’échelle 1/600e et mesure 5,90 m sur 4,67 m. Il a pour maître d’oeuvre l’ingénieur des fortifications Nicolas de Nézot (1699 – Montreuil-sur-Mer, 1768) qui réalisa aussi les plans-reliefs de Lille, d’Audenarde et de Berg-op-Zoom. Dans le cadre de la campagne de rénovation lancée à l’époque de la Guerre de Succession d’Autriche, ce plan-relief remplaçait celui de 1689, sans doute abîmé et obsolète.

Le plan-relief de 1743 intègre les nouveautés apportées aux fortifications, celles proposées dès 1739 par l’ingénieur du Roi à Saint-Omer Demus au lieutenant-général Claude-François Bidal d’Asfeld (1665-1743) : en particulier le puissant bastion, édifié entre 1742 et 1744 pour renforcer les défenses du flanc méridional de la ville et quelques contre-gardes qui ne peuvent toutefois améliorer significativement un système obsolète. Une mise à jouer effectuée en 1780 permet d’intégrer le canal de Neuffossé et le bassin des Quatre Faces.

Le plan-relief met nettement en valeur la zone fortifiée qui apparaît plate et dénudée et le rempart couronné d’arbres soigneusement alignés. Les casernes émergent du tissu urbain. Toutefois, à la frontière entre l’outil militaire et l’oeuvre d’art, le plan-relief n’est qu’une représentation : les techniques de réalisation, à base de blocs de tilleul recouverts d’un papier imprimé représentent grossièrement les matériaux employés pour la construction et ce sont moins les maisons anonymes que les principaux monuments qui reçoivent un traitement soigné. Toutefois la tour-porche de la collégiale Saint-Pierre ne correspond pas à la réalité : très éprouvée par le siège de 1710, sa reconstruction ne sera en effet achevée qu’en 1760.

La collection française des plans-reliefs est l’héritière d’une longue tradition née au XVIe siècle en Europe. Il était en effet courant pour les ingénieurs militaires de réaliser des maquettes représentant leurs projets de fortifications, les forteresses d’un territoire ou encore les travaux de siège dirigés contre une ville.

La collection de Louis XIV est née en 1668, avec la commande que Louvois, ministre de la Guerre, passe à Vauban du plan-relief de Dunkerque. La réalisation des premiers plan-reliefs avait pour objectif d’accompagner les travaux de fortification menés par les ingénieurs de Louis XIV dans les places fortes des Flandres espagnoles récemment conquises.  Conçues comme de véritables outils d’expertise à distance pour le roi et son état-major, les maquettes figuraient en trois dimensions l’état d’avancement des travaux dans une place forte, présentant d’abord les projets puis les réalisations en cours et, enfin, les fortifications achevées. Ce mode de représentation en trois dimensions offrait au monarque une vision globale des différentes fortifications du royaume.

Plus que de simples instruments de travail, les plans-reliefs deviennent à partir des années 1680 un moyen prestigieux de représentation des défenses du territoire. Louis XIV décide en 1700 d’installer la collection au Louvre, dans la Galerie du Bord-de-l’Eau. Le développement de la collection se poursuit sous la Régence et tout au long du règne de Louis XV. De nombreuses maquettes sont de nouveau construites notamment pendant ou après la guerre de Succession d’Autriche (1741-1748), soit pour représenter les fortifications nouvellement conquises, soit pour actualiser la collection en remplaçant les plans-reliefs jugés périmés. Parallèlement, le ministre de la Guerre commande en 1754 la restauration de l’ensemble des plans-reliefs. Ce travail d’entretien, s’il marque l’intérêt porté à ces prestigieuses maquettes par Louis XV et son état-major, signe l’amorce du déclin de la collection. Après cette date, seuls les plans-reliefs de Saint-Omer (1758) et du fort Saint-Philippe aux Baléares (1759) sont réalisés, les deux derniers réalisés sous l’Ancien Régime.

L’étude de ces maquettes historiques offre aujourd’hui un précieux témoignage de l’histoire de la fortification mais aussi de l’évolution des portées de tir de l’artillerie et des techniques de la guerre de siège. Appréhendée dans sa globalité, la collection permet par ailleurs de comprendre la mise en oeuvre de la défense du territoire de la France à ses frontières. Elle est aussi un formidable outil d’étude de l’urbanisme sous l’Ancien Régime mais aussi du paysage et de l’équipement des campagnes (cultures, fermes, moulins, voies de communication). Les caractéristiques architecturales de chacune des villes peuvent également être appréhendées avec précision.

Bibliographie : 

Karl-Michael HOIN, Aire-sur-la-Lys au temps des fortifications, Aire-sur-la-Lys, Ateliergalerieditions, 2009.


Article révisé le 14/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.