1555

Contingence d’une naissance… Jehan de Lencquesaing vient au monde le mercredi 5 juin 1555, selon le calendrier julien qui est à cette date en retard de dix jours par rapport à notre calendrier grégorien.

Il a été baptisé le jour même ou le lendemain sous les voûtes de l’église paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul, encore protégé des rumeurs affolantes de ce siècle de fer, celles qui annoncent un bouleversement prochain du cours de l’histoire des hommes.

Car cette année 1555 est extraordinaire en effet, moins par la publication à Lyon des Prophéties du mage Nostradamus que par l’abdication de l’empereur Charles Quint, à l’âge de cinquante-cinq ans, au crépuscule de sa vie terrestre. Une abdication qui tonne comme une mise en garde pour les temps à venir…

La période qui va bientôt s’ouvrir en Occident pour les « tristes hommes d’après 1560 » est en effet « le soir du XVIe siècle » (Lucien Febvre). L’enthousiasme de la première Renaissance, placé dans la « renovatio »  de l’homme et du monde par la seule restauration des bonnes lettres et le retour aux sources du savoir et de la foi, s’arrêtera prochainement net.

À cent kilomètres de Solre-le-Château, dans sa petite maison à l’extrémité du parc du palais du Coudenberg à Bruxelles, l’empereur ignore bien sûr cette banale naissance. Tourmenté par la goutte, il pense à un dessein mûri qu’il veut exécuter prochainement maintenant que son fils, le prince Philippe, est marié à la reine d’Angleterre Marie Tudor et qu’une trêve de cinq ans a été conclue à l’abbaye de Vaucelles, près de Cambrai, avec le roi de France Henri II. Il pense de plus en plus au temps de sa jeunesse, aux beaux jours et aux ardeurs. Dès sa naissance à Gand en 1500, Charles de Habsbourg était promis à un extraordinaire destin. Lui étaient très tôt apparues les joies de la grandeur, les Joyeuses Entrées dans les bonnes villes sous les vivats du peuple. Il avait toujours su que son grand-père paternel, Maximilien d’Autriche, avait forcé les hasards dynastiques et successoraux qui lui mettraient un jour dix-sept couronnes entre les mains. D’abord, il était devenu maître en 1506 des Pays-Bas et de la Franche-Comté à la mort de son père, Philippe le Beau. En 1516 ensuite, à la mort de son grand-père maternel Ferdinand II d’Aragon, des royaumes de Castille, d’Aragon, de Naples, de Sicile, des immenses colonies espagnoles d’Amérique et du Nouveau Monde, récemment découvert par Christophe Colomb qui lui donne le nom d’Indes occidentales. Enfin, en 1519, des domaines héréditaires des Habsbourg à la mort de son grand-père paternel, l’empereur Maximilien Ier. En 1520, pour acheter la voix des sept Électeurs et coiffer la couronne impériale à Aix-la-Chapelle, il était allé jusqu’à semer l’or – 850 000 florins mis sur la table, soit deux tonnes d’or – avec le sérieux coup de main des banquiers Fugger d’Augsbourg, damant ainsi le pion à François Ier, petit joueur aux 400 000 écus, soit une demie tonne d’or de moins. À l’âge de vingt ans, il devenait Charles Quint et régnait sur la moitié de l’Europe. Mais, trente ans plus tard, l’empereur se désole car son règne s’effiloche. Sa vie n’a été qu’une galopade effrénée jusqu’à l’épuisement, traînant sa vieille carcasse par monts et par vaux dans cet empire sur lequel disait-on le soleil ne se couchait jamais. Las, il est resté un étranger pour les Espagnols comme au sein de l’Empire, trop vaste et trop morcelé. Empereur, il s’était rêvé en nouveau Charlemagne guidé par la Providence pour réunir la Chrétienté sous une seule houlette et avait vibré à l’annonce prophétique d’un seul berger conduisant un seul troupeau vers le Jugement dernier. Dieu a puni sa vanité. Jamais de croisade ou autre équipée sublime contre la puissance ottomane : il s’est montré incapable de barrer la route à Soliman le Magnifique, allant plutôt jusqu’à éviter à tout prix de l’affronter. Alors que la géopolitique la vouait au dépeçage, la France, cette monarchie nationale, la seule en Europe assez puissante pour refuser son hégémonie, ruinait son rêve universel. François Ier l’avait menacé en cherchant vainement l’alliance au camp du Drap d’Or (entre Ardres et Guînes) avec le roi d’Angleterre Henri VIII et plusieurs fois il avait dû répondre aux coups de main des Français depuis leurs places fortes de l’Artois, allant jusqu’à ordonner en 1553 la destruction totale et irréversible de Thérouanne – « vrai magasin et retraite de toute infâme canaille de France », écrit le chroniqueur Louis Brésin – et d’Hesdin. Succédant à son père, Henri II était venu encore, il y a une année à peine, dévaster le pays de Namur depuis Dinant jusqu’à Renty. Quant aux princes protestants allemands, ils lui infligeront après l’été de cette année « la pire des souffrances », la paix d’Augsbourg, une paix très relative qui prendra fin avec la Défenestration de Prague (1618), à l’origine de la terrible guerre de Trente Ans. Elle consacrera la division religieuse en Allemagne en laissant libres les princes d’imposer leur religion à leurs sujets, selon le principe « cujus regio, ejus religio », « tel prince, telle religion ».

L’empereur est désormais déterminé au parfait désengagement puis au retrait du monde dans un couvent au fin fond de l’Estrémadure. L’abdication pour ses possessions des Pays-Bas aura lieu dans quelques mois, le vendredi 25 octobre 1555, au palais de Bruxelles, en présence de son successeur, son fils Philippe, tout juste rentré d’un tour d’Europe de deux ans. Elle réunira la plupart des acteurs principaux de la tragédie prochaine : le cardinal Granvelle, le duc d’Albe, le comte d’Egmont – le futur héros de la liberté d’une pièce de Goethe mise en musique par Beethoven – et le comte de Hornes qui bientôt porteront tous deux leurs têtes sur l’échafaud de la Grand-Place de Bruxelles tendue de noir pour l’occasion, le jeune prince d’Orange qui sera l’âme du soulèvement et sur l’épaule duquel le vieil empereur s’appuiera pourtant avec confiance ce jour-là en adressant ses adieux à ses sujets des Pays-Bas. Auront lieu en 1556 les abdications pour l’Espagne en faveur de son fils Philippe et pour le titre impérial en faveur de son frère Ferdinand.

Ainsi, au commencement de l’existence d’un homme s’achève celle du règne d’un prince mélancolique, hanté par l’au-delà, qui a renoncé à un empire sur lequel le soleil ne se couchait pas pour attendre la mort dans un couvent d’Estrémadure. Montesquieu (De l’Esprit des Lois, 1748) a résumé ainsi son règne : « Pour lui procurer un nouveau genre de grandeur, le monde s’étendit et l’on vit paraître un monde nouveau sous son obéissance. ». Mais « The cess of Majesty Dies not alone » / « Un Roi qui meurt n’est pas seul à mourir », rappelle Shakespeare dans son Hamlet (1603)…


Article révisé le 22/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.