noms de pays : XVII provinces

« Contrée d’Europe composée de dix-sept provinces, situées entre l’Allemagne, la France et la mer du nord. […] Huit de ces provinces qui sont vers le nord, ayant secoué la domination espagnole, formèrent une République qui est aujourd’hui la plus puissante de l’Europe et qu’on connaît sous le nom de Provinces-Unies. »

Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, tome XII. Article Pays-Bas écrit par le chevalier de Jaucourt (1704-1779).

Parlons de ce pays maintenant disparu des cartes qui a légué sa vieille atmosphère un peu à la Flandre française, beaucoup à la Belgique et aux actuels Pays-Bas. Les Dix-Sept Provinces des Pays-Bas font partie d’un ensemble politique constitué aux marges du royaume de France et du Saint-Empire, en gros sur les décombres de la vieille Lotharingie dont l’Histoire a retenu l’incapacité à fonder un état territorial stable.

Avant de désigner une entité politique, les Pays-Bas ou Basse-Allemagne sont l’expression d’une réalité géographique et culturelle : la partie basse de la vallée du Rhin par opposition à la partie haute située en amont de Cologne, l’estuaire de trois grands fleuves du nord-ouest de l’Europe : le Rhin, la Meuse et l’Escaut. Bordés à l’est par les cercles d’Empire rhénan et westphalien et au Sud par la France, les Pays-Bas font partie du Saint-Empire Romain Germanique. D’ailleurs, dans les Pays-Bas du sud, l’Artois, la Flandre et le Hainaut font partie du bassin géologique de Bruxelles, tournant le dos naturellement au royaume de France et à son bassin parisien. N’existe pas encore l’entaille contre-nature que représente notre actuelle frontière franco-belge. La seule frontière naturelle sur ce territoire est l’Escaut. Ce fleuve sépare la terre de France de celle d’Empire dès le traité de Verdun qui détermine en 843 le destin de l’Europe. Jehan de Lencquesaing a ainsi vécu dans un entre-deux culturel, sur ce pont entre les cultures germanique et française qu’est encore aujourd’hui la Belgique.

Le Cercle de Bourgogne est une division administrative de l’Empire créée en 1512 par l’empereur Maximilien Ier, veuf de Marie de Bourgogne, l’unique héritière du dernier duc Charles le Téméraire, « grand duc d’Occident » dont le corps nu est retrouvé deux jours après la bataille de Nancy (1476) contre le duc de Lorraine, le crâne fendu jusqu’aux dents par un coup de hallebarde et le corps visité par les loups. Par le traité d’Arras (1482) qui met fin à la guerre de succession de Bourgogne, Maximilien et Louis XI s’étaient partagés les restes d’un duché qui s’était cru nouvelle Lotharingie. Fin de l’Histoire.

Le Cercle de Bourgogne regroupe la Franche-Comté et la majeure partie des Pays-Bas (quatre provinces, au sud-ouest, étant encore sous suzeraineté du roi de France). Devenu empereur en 1519 Charles Quint s’attache à affranchir les Pays-Bas de toute influence française. En 1526, il profite de la captivité de François Ier à Madrid pour forcer le roi de France d’abandonner sa suzeraineté sur le Cambrésis, l’Artois, le Tournaisis et la Flandre. Dès lors, les Pays-Bas relèvent exclusivement de l’Empire. Poursuivant ses conquêtes, Charles Quint joint successivement le Hainaut (conquis sur la France en 1521), l’évêché d’Utrecht (1528), la seigneurie de Groningue (1536), le duché de Gueldre et l’évêché de Cambrai (1543) au Cercle de Bourgogne. Depuis la Pragmatique Sanction (1549), les Dix-Sept Provinces constituent un ensemble autonome, émancipé de l’Empire, ce qui permet à Charles Quint de les transmettre en 1555 à son fils Philippe II d’Espagne et non à son successeur sur le trône impérial, son frère Ferdinand Ier. Cet ensemble à son apogée correspond peu ou prou à la Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas et au nord de la France (Flandre française, Artois) d’aujourd’hui.

Avec sa quarantaine d’habitants au kilomètre carré, les Pays-Bas forment au milieu du XVIe siècle un monde plein, libre-échangiste avant l’heure, fort d’un chapelet exceptionnellement dense de villes marchandes et industrielles. C’est le principal centre de gravité de l’économie européenne du temps : « Lorsque les Dix-Sept Provinces belgiques étaient réunies sous un même souverain, elles formaient un état beaucoup moins considérable par son étendue, que par ses richesses, par le nombre et par l’industrie de ses habitants. L’espace qu’elles occupent n’est pas plus grand que la cinquième partie de l’Italie et le pays est plus riche et plus peuplé que l’Italie entière. On y compte jusqu’à deux-cent villes murées, cent-cinquante bourgs aussi grands que des villes, six-mille-trois-cent paroisses, sans parler d’une quantité prodigieuse de villages et hameaux. » (Les Délices des Pays-Bas, 1697)

Le rêve du nouveau monde se précipite à Anvers et de là à la mer. C’est alors la première place commerciale de toute l’Europe, le siège d’une considérable industrie et de deux grandes foires. Le tiers des échanges internationaux transite par sa bourse de commerce. La découverte de la nouvelle route des Indes orientales et la présence d’un facteur du roi de Portugal chargé de la vente des épices lui ont donné une impulsion décisive. En Europe, seul Lyon peut rivaliser avec son marché financier, depuis que Charles Quint y a autorisé le dépôt à intérêt, stimulant ainsi par le crédit les initiatives entrepreneuriales. Embarrassés de richesse sont souvent les marchands des Pays-Bas, attirés par la mer voisine que Dieu leur ouvre au commerce et à la fortune, favorisés par un incomparable réseau de communication qu’organise essentiellement le puissant fleuve Escaut jusqu’à Anvers et la mer du Nord, à dix-sept lieues.

Les œuvres des primitifs flamands tout particulièrement mais aussi les vues de profil gouachées du valenciennois Adrien de Montigny, exécutées à la fin du XVIe siècle pour les Albums de Croÿ, voire Les Délices des Pays-Bas (1697), ce succès de librairie cultivant la nostalgie des Dix-Sept Provinces perdues, ont construit notre imaginaire collectif des anciens Pays-Bas. Les Dix-Sept Provinces tiendraient autant du Jardin des délices, représentation concrète des plaisirs de la vie, ceux de l’humanité pécheresse avant le Déluge, panneau central du fameux triptyque de Jérôme Bosch (v.1494-1505) que du pays de Cocagne, titre d’une peinture de Pierre Breughel l’Ancien, dont l’opulence comble les satisfactions de chacun mais aussi, à bien y réfléchir, monde à l’envers de la tradition carnavalesque, tournant à sa perte…

La réalité historique est de toute façon, comme toujours, bien plus nuancée. Pour l’appréhender, il faudrait plutôt apprendre à regarder au-delà des lieux communs et s’attarder sur des sujets toujours plus nombreux et de moins en moins assurés de leur subsistance, sur les ruraux les plus misérables qui s’entassent dans les faubourgs des villes dans l’espoir d’y trouver travail et assistance, sur les loqueteux assis au bord des routes, sur les maraudeurs tenant les chemins creux et les bois. Dans ce monde-là, tout inconnu rencontré est une menace : « nul ami la nuit », dit un proverbe artésien du XVIe siècle…

« A fame, peste et bello, libera nos, Domine » / « De la famine, de la peste et de de la guerre, libère-nous Seigneur », gémissent en procession et en prière les hommes de ce temps. Dès qu’une pénurie de grains est entrevue suite à une maigre récolte, les prix montent puis s’affolent sous les coups de main des spéculateurs et les étals des marchés se vident. Le petit peuple, tant des villes que des villages, en est la première victime et murmure sa faim jusqu’à provoquer le trouble. La peste emporte d’abord les plus pauvres, provoque la fuite des plus riches à la campagne ensuite et rompt bientôt tous les échanges. La maladie se propageant dans l’air croyait-on, de grands feux sont allumés sur les places. Promis à la mort, les pestiférés sont regroupés en-dehors des villes, leurs proches enfermés dans leurs maisons signalées chacune honteusement par une botte de paille posée sur un poteau. Le besoin de victimes expiatoires se porte sur de présumés « engraisseurs » – nom donné à ceux qui enduisent les murs et les portes des maisons de graisse infectée du bacille – et autres semeurs de peste accusés d’en tirer grand profit – barbiers-chirurgiens, parfumeurs, croque-morts – désignés hâtivement par les autorités à la vindicte de foules angoissées. Peignant vers 1567 Le Massacre des Innocents, Pierre Breughel l’Ancien a décrit le contact brutal entre les paysans et les soldats. Les chevauchées ennemies n’ont rien de sublime. Elles volent et violent, brûlent les récoltes et emmènent les bestiaux. Elles sont suivies d’une cohorte inquiétante de vivandiers, de prostitués, de bâtards de militaires et de mendiants se servant elle aussi. Impuissants également sont les paysans face aux bandes de soudards qui écument les villages, aux « chauffeurs » qui terrorisent les fermes isolées de l’Artois – chauffant les pieds de leurs victimes pour mieux les rançonner –, la faute revenant à la paix revenue ou à une solde qui a trop tardé. Quant aux soldats « amis », en garnison ou de passage, particulièrement les mercenaires étrangers qui étaient mal et irrégulièrement payés, ils sont tout autant redoutés.

Le sentiment d’insécurité, réel mais aussi surnaturel, angoisse les hommes de ce temps qui ont souvent un tempérament inquiet et méfiant, agressif et violent, leur corps portant ordinairement les stigmates d’une vie difficile à l’image des faces édentées et difformes qui entourent le Christ dans Le Portement de Croix de Jérôme Bosch exécuté vers 1515. Leur tempérament instable est souvent représenté dans la peinture par la pierre de folie – « een kei in het hoofd hebben » / « avoir une pierre dans la tête » dit-on en Flandre – que la sorcière de Mallegem, dessinée par Breughel, feint d’extraire des crânes de villageois crédules. Tous ont fortement conscience d’appartenir à leur village ou à leur ville. Au-delà, commence pour eux l’inconnu peuplé d’étrangers…

La campagne est cultivée par de petits exploitants possédant, pour les moins pauvres d’entre eux, un « manoir amazé », c’est-à-dire une maisonnette couverte de chaume avec son petit jardin ou verger et quelques animaux (volailles, porc). Ils travaillent à la journée au service de grands propriétaires, ecclésiastiques et nobles, qui possèdent l’essentiel des terres, complétant leur chiche ordinaire par une besogne textile à domicile mobilisant femmes et enfants. Dans les terroirs de champs ouverts aux excellents sols limoneux reposant sur des assises crayeuses perméables (Flandre, Brabant, Cambrésis, plateaux du sud-ouest et du nord du Hainaut, plateaux de l’Artois) sont cultivées à haut rendement surtout les céréales panifiables, le froment notamment. Les paysages de l’herbe, de la forêt et de l’eau sont liés généralement liés à des sols plus humides, argileux ou à des terres froides. Les grains récoltés vont vers les grandes villes, apportés par les bateliers des rivières et revendus sur les places de marché. L’élevage est bien présent : les ovins sont élevés sur les terres légères, comme le Hainaut, pour leur lait, leur laine, leur viande et leur peau tandis que les bovins paissent davantage sur les terres grasses, comme la Flandre.

La production et l’échange de tissus et d’étoffes ont fait la fortune des provinces de Flandre, du Hainaut et du Cambrésis. La lourde draperie, fabriquée à partir de laine anglaise, souffre désormais à la fois de la rigidité de ses corporations et des prix agressifs proposés au marché par les concurrents d’Angleterre. Elle est donc peu à peu supplantée par une industrie drapière libre, fabriquant des draps plus légers faits d’une laine bon marché venue d’Espagne et d’Écosse via Anvers, se développant dans les campagnes et dans quelques villes, dont Valenciennes, Lille et Hondschoote. Le lin, cultivé en abondance dans les zones humides, alimente toutes les productions locales, fournissant au siècle le fil délicat à la dentellière de Vermeer. Elles sont légion à travailler leur ouvrage au fuseau sur coussin à Bruxelles, Malines, Valenciennes et dans bien d’autres villes. Dans le duché de Brabant, Bruxelles produit depuis le XVe siècle des tapisseries de haute lisse – de soie et de laine, rehaussées d’or et d’argent –, Audenarde – au sud de Gand, dans le comté de Flandre – des pièces plus courantes.

En Hainaut, la houille est exploitée à l’affleurement dans le Borinage (à l’ouest et au sud de Mons) où elle sert au chauffage domestique ainsi qu’autour de Liège où elle permet l’essor vigoureux de la sidérurgie dans l’évêché où se multiplient hauts-fourneaux, forges, ateliers de clouterie, fabriques d’armes (canons, arquebuses, poudre). Plus tard, elle sera l’énergie de la première révolution industrielle dans le bassin de Charleroi. Longtemps prospère, Dinant, qui a donné son nom à la dinanderie – le travail du cuivre –, a entamé son long déclin. En Hollande et en Zélande, les chantiers navals construisent les nombreux navires qui sillonnent les mers bordières et assurent les relations avec la Baltique et l’Atlantique. Les ports grouillent des promesses des bateaux qui approchent à pleine voile, des activités de pêche – au hareng, au saumon et à la morue, alimentant l’industrie des salaisons – ainsi que d’expéditions plus aventureuses bravant les flots grondants de l’océan : la chasse au phoque et à la baleine. Certains se spécialisent quelque peu, Amsterdam recevant par exemple les grains des pays baltes – coûteux mais providentiels lors des famines –, Middelburg les vins de France.

C’était mieux avant… La mémoire collective crédite Charles Quint d’une naturelle compréhension de ce qui faisait l’originalité de la civilisation des Pays-Bas. Elle regarde son règne comme un temps de grande prospérité et d’exercice équilibré du pouvoir. Né à Gand, élevé à Bruxelles et n’ayant quitté sa terre natale pour l’Espagne qu’à l’âge de dix-neuf ans, parlant français mieux que toute autre langue, il était en effet culturellement des pays « de par-deçà », un vrai Bourguignon. Kaiser Karl savait parler au peuple, participant à ses fêtes, tirant à l’arc avec lui, buvant la même petite bière qu’eux dans les kermesses de ses villes des Pays-Bas. Il respectait les traditions bourguignonnes des Pays-Bas, allant jusqu’à les doter d’une personnalité juridique, le cercle de Bourgogne, différente de celle de l’Empire et lui conférant une relative autonomie. Ses deux gouvernantes générales qui l’ont ensuite remplacé à Bruxelles, Marguerite d’Autriche entre 1507 et 1530 et Marie de Hongrie entre 1531 et 1555, ont eu à cœur de poursuivre le subtil compromis entre l’autorité du Prince et les libertés provinciales en particulier dans les domaines judiciaire et financier, admettant un enchevêtrement de compétences caractéristiques des institutions d’Ancien Régime. Si Charles Quint a réprimé avec sévérité les mouvements communaux traditionnels dans des villes flamandes, il a su vivre en bonne intelligence avec les villes marchandes et sa bourgeoisie dont il a favorisé l’essor et écouter ses collaborateurs soucieux de moderniser l’État, les organes de gouvernement et de contrôler le grand problème du paupérisme.

Dès 1531, Charles-Quint institue à Bruxelles autour de la régente Marie de Hongrie un gouvernement central appuyé solidement sur trois conseils collatéraux. Le conseil d’État est composé de grands seigneurs. Le conseil privé, haute cour de justice, et le conseil des Finances recrutent parmi des légistes issus de la petite noblesse ou de la bourgeoisie et sont dévoués au souverain. Dans les provinces, l’administration comprend des conseils de justice formés de magistrats recrutés sur place et cinq chambres des comptes. Des gouverneurs – les stathouders – commandent les forces armées réduites à quinze compagnies d’ordonnance sauf en temps de guerre où l’on fait appel à des mercenaires. La puissance du prince est toutefois restreinte par l’influence des États provinciaux qui se composent de la noblesse, du clergé et des villes. Ils s’assemblent toutes les fois que les besoins publics l’exigeaient, les besoins d’argent surtout.

Le règne de Charles Quint paraît d’autant plus brillant que celui de son successeur, crépusculaire, lui fait repoussoir. Peu attaché à ses terres du Nord, l’étranger et hostile Philippe II (1555-1598), le souverain de Jehan de Lencquesaing, se montre d’emblée peu disposé à en respecter la culture, très différente de celle de l’Espagne. Pour autant, les Dix-Sept Provinces filaient déjà clairement vers la tangente dès avant 1555 car épuisées d’hommes et d’argent par les guerres européennes menées sans relâche par l’Empereur. Dès l’écrasement, en 1540, de la révolte des habitants de Gand refusant de financer davantage la guerre, ses sujets s’étaient détachent d’un prince qui leur échappait, excessif tant dans son rêve de reconquête de la Bourgogne du temps de Charles le Téméraire que dans sa méfiance haineuse du royaume de France. La lourde présence militaire espagnole subie à la fin du règne, celle qui contribuera bientôt à l’éclatante et inquiétante victoire de Saint-Quentin (1557), n’a été pour les habitants des Pays-Bas qu’une occupation étrangère agressive.

Après les États bourguignons en octobre 1555, Charles Quint, pressé de partir s’ensevelir en Espagne, se dépouille encore en janvier 1556 en faveur de son fils des royaumes, des provinces et des îles qui lui appartenaient encore tant dans l’ancien monde que dans le nouveau monde : les royaumes de Castille, d’Aragon, de León, de Grenade, de Sardaigne et de Sicile, en Europe ; en Afrique, des îles Canaries, de Tunis et d’Oran ; en Amérique, du Mexique, du Pérou, de la Nouvelle-Grenade, du Chili et d’autres dépendances de la couronne de Castille. Il s’embarque ensuite au port de Somburg sur le symbolique Espiritu Santo pour onze jours de traversée jusqu’à Laredo, sur la côte asturienne, le 28 septembre 1556. 

« C’est le moment », dit Charles Quint en mourant le 21 septembre 1558 au monastère hiéronymite de Yuste, son ultime et dérisoire royaume. Moment du fatal dénouement… Si le roi Philippe II est depuis trois ans toujours aux Pays-Bas, contraint par la guerre contre le roi de France Henri II qui lui barre la route de la péninsule, le retour en Castille se fait alors pressant… Il est permis en 1559 à la fois par le traité du Cateau-Cambrésis signé en avril et par son troisième mariage en juin avec la très jeune Élisabeth de France qui scelle enfin la réconciliation des deux couronnes. Philippe II quitte les Pays-Bas en août 1559 et n’y revient jamais, confiant son gouvernement ou plutôt l’exécution de ses ordres à Marguerite de Parme, sa demi-sœur, née d’une passade de Charles Quint avec la fille d’un tapissier des environs d’Audenarde. Depuis son palais de l’Escurial, il continuera de diriger la politique des Pays-Bas par l’intermédiaire de conseillers espagnols et d’une consulte qui coiffe les trois conseils établis par Charles Quint et qui ne reçoit ses ordres que de Madrid. Elle est composée du juriste Viglius – chef du conseil privé –, de Louis de Berlaymont – chef du conseil des finances – et surtout du cardinal Granvelle, évêque d’Arras puis primat de Malines, qui concentrera bientôt sur sa personne l’hostilité du pays tout entier vis-à-vis de la politique royale.

La situation des finances est très inquiétante dans les Pays-Bas dès l’abdication de Charles Quint. Le domaine royal – c’est-à-dire l’ensemble des terres, des biens et des droits relevant directement du pouvoir du souverain – mais aussi les provinces sont chargées d’une très lourde dette dont il faut supporter les intérêts. L’arriéré de la solde des gens de guerre et de l’entretien des cornettes appelées aussi bandes d’ordonnance, celui des garnisons et des fortifications, celui enfin des services administratifs exigent tous les ans plus d’argent frais. Les États provinciaux se contentent de voter des subsides ordinaires et refusant tout subside extraordinaire, le peuple des Pays-Bas se plaignant de supporter le principal fardeau d’une guerre contre le roi de France qui ne la concerne pas. Philippe II se résout ainsi à convoquer les États généraux, émanation des États provinciaux, souverains en matière d’impôts. Ceux-ci refusent son projet d’un système fiscal très inspiré des « alcabalas » espagnols (un impôt d’un centième sur les revenus des immeubles, un autre d’un cinquantième sur les transactions de marchandises) et ne lui accordent que des subsides. Le terrain est sec, propice à un embrasement qui naît souvent d’une remise en cause de l’impôt.. Il lui faut une étincelle. Elle sera protestante…


Article révisé le 22/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.