l’uniforme d’Hippolyte

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), à monsieur le baron de La Bouillerie, intendant général de la Maison du Roi. Lille, 29 juillet 1827. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

Rajout en haut à droite :

Je vous prie de lui accorder cette faveur qui n’a point été refusée à ceux de ses camarades qui l’ont demandée l’année dernière. Permettez-moi, monsieur le baron, de profiter de cette occasion pour recommander spécialement mon fils à vos bontés. Je dirai même à votre indulgence car je sais qu’il en a besoin. S’il n’a pu vaincre les difficultés que représente l’étude des mathématiques, il aurait dû sans doute chercher à mériter par une conduite constamment irréprochable le suffrage de ses supérieurs. S’il ne l’a pas fait, s’il n’en est pas ainsi, je suis convaincu qu’il s’en repent bien sincèrement et qu’il s’efforcera de réparer ses torts. Je vous supplie de les oublier et ne pas le priver de l’avantage de passer à l’école de Paris après le congé car je craindrais qu’alors il ne fût complètement découragé. J’ai l’honneur.

Corps de la lettre :

À monsieur le baron de La Bouillerie, intendant général de la maison du Roi.

Monsieur le baron,

D’après l’autorisation que vous m’avez donnée, je prends la confiance de vous renouveler la demande que j’ai eu l’honneur de vous faire avant mon départ de Paris, de permettre à mon fils, page du roi, d’emporter son uniforme avec lui lorsqu’il ira en congé.

Sa Majesté devant honorer le département du Nord de sa présence, il me serait agréable que mon fils pût paraître devant Elle en uniforme. Je vous prie donc, monsieur le Baron, de lui donner cette permission qui, déjà, a été accordée à plusieurs de ses camarades.

J’ai l’honneur d’être avec respect, monsieur le baron, votre très humble et très obéissant serviteur.

Potteau d’Hancardrie, député du Nord, rue d’Angoulème à Lille.

 

Brouillon ou copie d’une lettre au verso de la lettre :

J’ai reçu la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire pour m’annoncer que vous consentiriez à ce que mon fils, page du Roi, emportât son uniforme. Il vient d’arriver chez moi et j’ai vu avec chagrin que cette permission lui a été refusée. Je sais que mon fils n’a pas toujours eu une conduite exempte de reproches, qu’il n’a pas répondu à tous les examens d’une manière satisfaisante.Je vous en avais fait l’aveu et j’espérais que, cherchant depuis trois mois à réparer ses torts, il paraîtrait digne de quelqu’indulgence.

J’ose vous supplier, monsieur le baron, d’en avoir pour lui. Il m’a paru regretter sincèrement d’avoir négligé trop longtemps les bons avis qui lui ont été donnés et fort affligé de savoir qu’en dernier lieu on vous a fait sur son compte un rapport peu avantageux.

J’ose me flatter d’après l’extrême bienveillance avec laquelle vous m’avez accueilli avant mon départ de Paris que ces considérations vous porteront à traiter encore mon fils avec indulgence et bonté. Il a des sentiments d’honneur et l’intention bien réelle de mériter à l’avenir le suffrage de ses supérieurs.

Rassuré par les témoignages de bienveillance que vous m’avez [blanc], je ne pense pas que mon fils ait aucun défaut essentiel et je ne crains pas d’assurer qu’il a des sentiments d’honneur et l’intention bien réelle de mériter à l’avenir le suffrage de ses supérieur. Ces considérations et l’*…

*. Le paragraphe s’achève ainsi.

En vous annonçant l’arrivée de mon fils chez moi, je me fais un devoir de vous exprimer toute ma reconnaissance pour les bontés que vous avez eues pour lui pendant tout le temps qu’il a été sous vos ordres. J’eusse bien désiré qu’il eût constamment suivi les sages conseils que vous avez eu la bonté de lui donner et il ne dissimule pas ses torts. Il les sent lui-même et m’a convaincu qu’il avait le désir bien sincère de les réparer. Il est parti avec l’inquiétude qu’a dû lui causer le dernier rapport qui a été fait sur son compte à monsieur l’intendant général de la maison du roi et qu’il avait espéré rendre moins fâcheux en se conduisant depuis trois mois d’une manière plus satisfaisante.

S’il est en votre pouvoir, monsieur [illisible] de détruire, d’affaiblir du moins l’impression que ce rapport a pu produire, j’ose vous en prier et réclamer encore cette marque de bonté pour un jeune homme qui conservera toujours le souvenir de ce que vous avez fait pour lui.

J’avais désiré que mon fils pût paraître en uniforme devant le Roi qui doit honorer le département du Nord de sa présence. Si cette faveur peut encore lui être accordée, elle sera aussi agréable à ses parents qu’à lui-même.

Je vous prie de faire agréer à monsieur le chevalier de [illisible] mes compliments [et ?] l’expression de ma reconnaissance pour les bontés qu’il a eues pour mon fils.


Article révisé le 23/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.