congé de la maison des pages

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), sans date. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

J’ai encore recours à votre obligeance pour faciliter à mon fils les moyens de venir en congé.

Vous avez eu la bonté, l’année dernière, de me proposer de le réclamer près de monsieur le marquis de Creux et de le faire partir pour Paris où sa place avait été retenue d’avance à la diligence.

Si vous voulez bien prendre cette peine, je vous en aurai beaucoup d’obligations car cela me dispensera d’envoyer quelqu’un à Versailles pour prendre mon fils et il ne devra pas, comme l’an passé, attendre plusieurs jours après le départ de ses camarades. Il me mande que le congé commence le 1[5 ?] qui est un samedi. Il me semble qu’il ne peut guère partir de Versailles que le dimanche matin après la messe pour Paris et prendre le soir la diligence qui passe par Saint-Quentin et Douai et Pont-à-Marcq où il descendra [phrase raturée : mon projet étant d’aller le chercher dans cette dernière ville] parce que nous sommes à notre campagne de Maurepas*.

J’ai demandé à monsieur de La Bouillerie qu’il voulût bien permettre à mon fils d’emporter son uniforme parce qu’il lui sera agréable de la porter pendant le séjour du roi à Lille. J’ose vous prier, monsieur le comte, d’en parler à monsieur de Creux et de chercher à aplanir les difficultés s’il y en avait. Vous vous êtes aperçu souvent que mon fils avait besoin d’indulgence. Vous avez eu mille bontés pour lui. Tant de bienveillance me fait espérer que vous serez son appui, son protecteur au moment où l’on [?] sur son sort. Ce qu’il paraît redouter le plus c’est de ne pas suivre ses camarades à l’école de Paris et je vous avoue que je craindrais fort que cette [?] ne le décourageât complètement.

Vous avez été informé sans doute de la mort de monsieur de La Grandville. J’ai appris cette nouvelle dans une tournée que je viens de faire pour monsieur le préfet et monsieur le comte [?] de Sainte-Al.[degonde ?] que j’ai eu l’honneur de voir à Valenciennes avec messieurs de [?] m’a dit qu’il avait nommé monsieur le marquis de Wignacourt son légataire universel. Il deviendrait donc aujourd’hui votre débiteur et vous ne pourriez sans doute que vous en applaudir.

Veuillez agréer mon compliment sur l’heureux accouchement de madame la comtesse et présenter mon hommage respectueux à vos dames sans m’oublier près de [?] vos fils. J’ai l’honneur d’être avec les sentiments de la plus haute considération et de la plus vive reconnaissance.

*. Château de Molpas à Mérignies, ancienne propriété Dubois de Chocques puis Lencquesaing.


Article révisé le 24/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.