Hippolyte aux arrêts, 1830

Lettre de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858) (à l’hôtel d’Orléans, rue des Petits Augustins à Paris). Versailles, 9 mars 1830. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Versailles, 9 mars 1830.

Mon cher papa et ma chère maman,

Je suis enchanté que Papa soit arrivé à Paris en bonne santé. Je vous prie de m’excuser si j’ai tardé à vous écrire mais comme la conduite que j’ai tenue a paru vous affecter vivement j’ai craint de vous tourmenter davantage en vous faisant savoir que je ne pouvais avoir le plaisir de vous voir puisque j’étais aux arrêts.

Je vous prie de croire que je suis vivement touché de la peine que je vous ai causée et que dorénavant cela ne m’arrivera plus et que je me conduirai par la suite de manière à vous faire oublier mes torts. J’espère que la semaine prochaine je pourrai venir vous embrasser ainsi que Ferdinand.

Je suis mon cher papa et ma chère maman,

Votre très humble et très obéissant fils.

Hippolyte d’Hancardrie.


Article révisé le 24/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.