la petite sirène des Doresmieulx

Abel Pentel (1875-1958) a communiqué en 1933 sur la conservation au château de Fouquières d’une curieuse statuette en bois de chêne polychrome, d’une facture naïve, semblant dater de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Elle était transmise de génération en génération dans la famille Doresmieulx et était, il y a encore une vingtaine d’années, entre les mains d’une petite-fille de René-Alexandre Doresmieulx de Fouquières (1845-1944), dernier du nom.

Elle représente une femme au corps de sirène, tenant devant elle un écusson arrondi par le bas, à la manière espagnole, et figurant les armes Doresmieulx. Le piètement de chêne rectangulaire est postérieur. Le croquis de gauche montre bien les écailles de poisson du commencement de la queue de la sirène. On y distingue aussi un trou de cheville, et, en pointillé, la projection d’une mortaise, qui a servi vraisemblablement à fixer la queue de poisson.

On peut se demander cependant à quoi a pu servir l’entaille de forme trapézoïdale, qui existe à la hauteur de la ceinture figurant la démarcation entre le corps de la femme et les écailles de la queue. Une autre particularité curieuse est que la partie dorsale du corps est plate, comme l’indique le dessin, bien que les mèches de cheveux y soient sculptées à leur place. Enfin, la sirène porte un collier, à mailles rectangulaires, auquel est suspendue une croix à branches égales, portant en son centre un petit losange en relief, le tout sculpté dans la masse.

Karl-Michael Hoin, 2021.

Source : 

Abel PENTEL, « À propos d’une statuette appartenant à M. d’Oresmieulx, de Fouquières-lez-Béthune », Bulletin de la Société d’Études de la province de Cambrai (Histoire de Flandre, Tournaisis, Cambrésis, Hainaut, Artois), 1933, tome 33, p.122-125.


Article révisé le 04/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.