à l’approche du retour le 15 décembre, 1824

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) et Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), ses parents (au n°40 de la rue d’Angoulême à Lille). Saint-Acheul, 4 décembre 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa et ma chère maman,

Votre lettre m’a causé d’autant plus de joie que j’étais fort impatient d’en recevoir. C’est donc le 15 de ce mois que j’aurai le plaisir de vous revoir. J’en suis charmé.

Je vous prierai de m’apporter du taffetas d’Angleterre. Quand je me coupe, ce qui arrive encore assez souvent, je suis obligé d’en aller demander à ceux que je crois en avoir.

Je crains fort que vous ne puissiez avoir Waldemar. Il est relégué dans une maison d’externes depuis le commencement de cette année scolastique.

Ma montre depuis longtemps est cassée. Je ne sais ce qu’il y a. Mais on peut faire faire à la petite aiguille le tour du cadran sans que la grande aiguille ne bouge d’une seconde. Je continue cependant à la remonter. Tantôt elle s’arrête tant elle va. Je la laisse aller à son gré. Je voudrais pouvoir vous la faire passer. Vous la donneriez à Pierre qui verrait ce qu’il y a de cassé, qui la raccommoderait si cela est possible ou qui la donnerait à l’horloger s’il ne pouvait rien y faire. Au reste, j’espère, cher papa, que vous me fournirez le moyen de la faire remettre à maman.

Il s’agit encor de remettre Gustave à Saint-Acheul, vous le savez sans doute. C’est pour la troisième fois. Il ne se lasse pas de changer. Nous l’attendons et nous croyons même que vous l’amènerez.

Arthur se porte très bien. Il vous présente ses respects ainsi que messieurs Charvet. Je ne pourrais en dire autant sur le rapport de la santé. L’ainé a mal à la poitrine. Le cadet a continuellement mal à la tête depuis qu’il est revenu cette année à Saint-Acheul. On vient de lui appliquer une [sic] couple de sangsues à la tempe. J’espère que cela lui fera du bien. Quant à moi, je me porte bien.

J’espère que vous vous portez bien aussi ainsi que le petit Mando. Je suis bien aise que ses chutes n’aient pas eu de suite. Je vous prie de présenter mes respects à tous mes parents et d’embrasser Armand pour moi. Je vous prie aussi de faire mes compliments à tous les domestiques. Vous avez sûrement eu des nouvelles de Cécile, comment se porte-t-elle ? Comment se porte ma cousine Eugénie qui a été assez grièvement malade, ainsi que ma bonne marraine qui, je le sais, n’a pas une fort bonne santé ?

Nous sommes en retraite dans ce moment-ci.

Je vous prie aussi de me rappeler au souvenir de mon cousin Charles.

J’espère que vous aurez aussi pour moi des nouvelles satisfaisantes car mon professeur m’a encor dit il y a quelques jours que j’étais étonnamment changé, que j’étais plus docile.

Le pantalon brun que j’ai emporté, celui que je vous avais demandé à emporter, ce pantalon brun donc, n’est plus mettable. Il s’arrache toutes les fois que je le mets. Ma redingote n’est guère plus solide.

Il paraît que je ne pourrai encore apprendre à patiner cette année. Il ne gèle pas. Il ne fait pas froid mais il pleut.

Je vais faire en sorte de ne plus mettre mon gilet de laine car c’est une mauvaise habitude pour des enfants.

J’ai encore été le troisième en diligence. Je ne suis pas encore sorti des dix en cette faculté. J’ai été le premier, le neuvième, le troisième et le troisième. Vous voyez que je travaille bien. L’an passé, je travaillais bien deux ou trois mois et ensuite je me relâchais. Mais cette année, je veux bien travailler tout le temps pour contenter mes bons parents et en cela d’ailleurs je ferai la volonté du bon Dieu.

Mademoiselle Morel est-elle en bonne intelligence avec son époux ? [(raturé) Le fils de monsieur […] est à Saint-Acheul. Je vous le […] en [confidence] […]] Je vous prie de pardonner mes ratures, je m’étais trompé et j’ai dû effacer toute la phrase.

Je finis en vous embrassant de tout mon cœur. Je vous souhaite un bon voyage et vous attends avec impatience le 15 décembre.

Votre très soumis fils, Ferdinand d’Hancardrie.

Saint-Acheul, ce 4 décembre 1824.

Mille baisers à Armand pour moi.   


Article révisé le 12/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.