lettre d’Armand d’Hancardrie à sa mère, 1830

Lettre d’Armand-Jules-Joseph Potteau d’Hancardrie (1819-1879) à Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), sa mère. Lille, 26 février 1830. Lettre adressée à Paris.  Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/5. 

Lille, le 26 février 1830.

Ma chère maman,
Je regrette bien, ma chère maman, de ne pouvoir pas vous embrasser comme mon bon papa ainsi que mon cher Ferdinand. Je parle souvent de vous.

J’espère que papa vous dira des choses agréables sur moi. Je fais de mon mieux pour contenter monsieur [Corroyer ?]. Je pense que madame [Corryoer ?] est satisfaite de mon.

J’ai eu beaucoup de plaisir à voir papa et j’aurai autant de plaisir à vous voir. Je vous embrasse ainsi que Ferdinand. Je vous prie à la première occasion que vous verrez Hippolyte de lui dire que je l’embrasse.

J’ai été à confesse à la Noël et j’espère que les bonnes résolutions que j’ai formées me feront changer de caractère.

Je suis pour la vie votre très dévoué et très soumis fils.

Armand d’Hancardrie.


Article révisé le 16/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.