le bonheur de te presser sur mon cœur…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Paris). Château de Sains (Hauteclocque), 20 août 18(05) . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 20 août.

Je n’ai reçu ta lettre qu’aujourd’hui, cher et tendre ami. Je suis ravie d’apprendre que tu te décides à partir pour l’Artois le 21 ou le 22. Je me fais une fête d’aller te rejoindre à Aire. Je goûte fort ta proposition là-dessus. J’ai écrit à Beauroi pour savoir si nous ne gênerions pas ma tante et je l’ai chargé de te le dire naturellement après l’avoir sondée. Si cela était, tu pourrais te loger à l’auberge. Je m’y rendrais aussi. Parle à Beauroi avant de faire porter tes paquets. Je sais que ma tante est [illisible] et qu’elle s’en fait un grand embarras. J’ai chargé mon amie de m’envoyer [Medé ?] le 27 pour partir le 28. Son projet était de se rendre à Lille ce jour-là. Je l’engage à remettre au 29. J’espère qu’elle cèdera à nos instances.

Madame de Canettemont, à qui j’ai lu l’article de ta lettre qui la concernait, y a paru sensible. Elle me charge de te dire qu’elle a peine à croire que Froutin se soit plu l’année dernière chez elle puisqu’il n’y est pas revenu cette année. Elle désirerait qu’il lui donnât une marque de souvenir en venant lui faire une petite visite dans la voiture qui viendra prendre sa femme. Elle prétend qu’une nuit [illisible/manque] à Sains après un mois d’absence fera une grande merveille. Elle voudrait la conserver plus longtemps mais elle sent bien qu’en prenant une voiture de louage il ne pourra pas lui donner davantage.

Vois mon ami si tu veux réaliser cette proposition. J’ai toujours la moitié de mon lit à t’offrir et tu y seras reçu à bras ouverts et avec un cœur plein d’amour. Si tu veux faire 22 lieux pour m’embrasser vingt-quatre heures plutôt, voilà une bien bonne occasion. Le lendemain, nous nous rendrons à Aire où tu finiras tes affaires bien vite pour retourner à Lille.

Madame de Canettemont n’engage pas mon frère parce qu’elle n’a pas de lit vacant. Elle te fait tous deux [sic] mille compliments. Dis à Glatignies que je ne réponds pas à sa lettre parce que j’espère bientôt le revoir et qu’elle m’a fait grand plaisir. Mille amitiés pour moi. Sa part de chandelles était dans la cave à la bière comme il s’en servait tous les jours.

Je ne conçois pas qu’on ait laissé à monsieur de [N ?]ieuport tous les petits objets qui restaient encore à nous tant à la cuisine qu’à la cave. Mon frère devait le savoir.

Mademoiselle de Béthune me charge de te faire ses compliments. Elle est toujours aussi douce et aussi aimable. Le château de Sains ne désemplit pas cette année. Après moi, il en viendra d’autres.

Je juge d’après ce que tu me dis que la croix du cousin doit être fort jolie. J’espère que tu pourras m’annoncer que ce qu’il a promis à mon frère est arrivé. J’apprendrai cette nouvelle avec une grande joie.

Adieu mon bon et tendre ami. Je soupire après le bonheur de te presser sur mon cœur et de te dire mille fois que je t’aime plus que ma vie.

Louis te dit bien des choses.

Je t’envoie ma lettre à Aire. Je compte que tu y seras samedi ou dimanche.


Article révisé le 21/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.