te rappelles-tu le plaisir…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (chez monsieur Aronio de Lestrée, au n°74 de la rue Royale à Lille). Château de Sains (Hauteclocque), 2 août 1805. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 2 août 1805.

J’ai été fort sensible mon cher ami à ton exactitude à me répondre. Je vois que tu n’oublies pas ta Joséphine qui, de son côté, fait bien de même pour toi. Tu en jugeras par l’empressement que je mets à te répondre. J’éprouve tant de plaisir à m’entretenir avec le plus cher objet de mes affections que, malgré mon dégoût pour écrire, je sens une douceur extrême à le faire pour toi. Ne pouvant exprimer de vive voix mes sentiments, je trouve du soulagement à pouvoir le faire par l’intermédiaire d’une lettre.

Oui, sois tranquille, tu auras de mes nouvelles tous les huit jours. Glatignies a dû en recevoir avant-hier. Je me chargeais de quelques choses pour toi. J’espère qu’il s’en sera acquitté exactement. J’apprends avec joie que l’ami lui a donné l’assurance qu’il obtiendra un passeport pour aller chercher sa femme. Je suis bien aise de le savoir plus tranquille. Je désirerais tant le voir heureux et content. Partira-t-il dès qu’il le pourra ? S’il le fait avant mon retour et celui de ma sœur, termine l’objet qui regarde les reprises que chacun a faites. Monsieur Godefroy représentera sa femme comme tu le feras pour moi. Je crois que Glatignies a oublié d’écrire sur son compte la petite armoire estimée 7 livres qui est près de la relaverie. Tu peux lui faire observer cette erreur s’il l’a commise sans l’offenser. Moi j’ai un lit de repos de 26 livres, un petit coffre 40 sols, une couverture de laine 12 livres et une table avec tréteaux 6 livres. Je crois que c’est tout. Ensuite, il y a l’argenterie que tu reprends. Mon frère a la note qui regarde ma sœur.

Mon frère ainé a écrit à Salembier qu’il ne voulait pas donner plus de 32 000 livres de la maison en question. Je suis curieuse de savoir s’il l’aura. Sa femme le [sic] désire. À propos, il faut que je te dise qu’Ivain, le receveur des biens qui sont actuellement à mon frère, lui a dit que papa avait fait beaucoup d’abattis dans ses biens et qu’il n’en avait pas le droit puisqu’il n’était qu’usufruitier ; qu’en conséquence, il aurait droit à nous réclamer les deniers de ces ventes. Vois un peu Salembier et consulte [sic] le code civil ensemble. Cela me paraîtrait un peu dur s’il fallait restituer. C’est Beauroi qui a fait part à ma sœur des réflexions d’Ivain. Elle a parlé aussi que, dans les comptes rendus par papa à son fils, il ne parlait pas d’une rente de 300 livres que son grand-père lui avait laissée et dont il devait jouir. Ses comptes étant très mal faits, si on veut nous chicaner, on pourra nous mener loin. Quant à cette rente, papa ne négligeait sûrement pas de lui remettre car je lui ai entendu parler de cet avantage. Si Beauroi me parle de cela, je lui répondrai que s’ils veulent nous faire des chicanes, ils auraient beau jeu puisque papa, pour empêcher que le bien donné à son mari ne soit pris par la Nation, il le recevait comme à lui. Alors ils pourraient nous réclamer tous ce qu’ils voudraient. Dis-moi ce que tu penses de tout ceci.

Nous allons mercredi dîner à Antigneul. Nous reconduisons ma sœur qui est ici depuis avant-hier et nous ramenons Beauroi. Jaimerais d’avoir [sic] ta réponse avant. Il faut trois jours pour avoir les lettres. En écrivant lundi, j’aurai la lettre le mercredi en passant à Saint-Pol. La mienne sera mise à la poste à Arras par le domestique de madame Couturelle qui part aujourd’hui et tu l’auras, je crois, demain, si elle peut être mise dans la boîte ce soir.

Tu auras fait grand plaisir à madame d’Olnois d’aller la voir de suite après mon départ car elle était impatiente de te posséder. Mademoiselle van Zeller est-elle bien portante ? N’a-t-elle plus de [ressentiments ?] de fièvres ? Je juge que tu auras été cette s[manque] à Morpas et ses environs avec Wattrelot et Glatignies et que la semaine prochaine tu iras du côté de Menin et Courtrai. Quand tu auras parcouru tous ces lieues de Flandres, il faudra venir en Artois. Voilà le moment où les fermiers payent. La femme Lardeur, receveuse à Saint-Omer, a dit à ma sœur qu’elle avoit de l’argent à remettre. Comme elle n’étoit pas chargée de recevoir, elle n’a rien reçu. La présence des héritiers sera nécessaire pour profiter de la bonne volonté de messieurs les fermiers. Je m’imagine que monsieur Godefroy t’en laissera la besogne.

Je me flatte que lorsque tu auras fait ta tournée tu viendras me rejoindre. Caroline compte là-dessus. J’ai un grand lit dont je pourrai t’offrir la moitié. Notre jeune hôtesse est toujours aussi aimable et on s’aperçoit de ses soins vigilants dans son ménage car tout est beaucoup mieux que l’année dernière. C’est toujours la même cuisinière mais tout est mieux ordonné.

Nous sommes ici en grande société comme je l’ai mandé à mon frère. Je m’y amuse fort bien. Madame de Couturelle qu’on m’avoit dépeinte toujours grondante ne l’est point du tout. Au contraire, elle se prête fort aux plaisirs de la jeunesse. La petit Sidonie est un charmant enfant. Elle est élevée à merveille. Elle est obéissante parce que l’on oblige toujours qu’elle fasse ce qu’on lui a d’abord dit de faire. Enfin, on suit le plan que j’ai souvent dit être celui qu’on devait observer avec des enfants. Elle ne pleure presque jamais parce qu’elle sait qu’elle doit obéir. On n’est pas dans le cas de gronder fort. Il suffit de lui dire. Elle a infiniment d’intelligence et de finesse. C’est vraiment un enfant aimable. Elle a une figure pleine d’expression. On peut dire qu’elle est jolie. Elle a un attachement étonnant pour sa bonne maman et la craint beaucoup. Elle ne fait rien sans la regarder pour voir si elle l’approuve. Tout le monde l’aime à la folie. Elle est toujours avec nous. Elle n’est pas gênante du tout. Je m’étends sur les détails de cet enfant parce que je sais que tu aimes le petit Anatole. [manque] est délicat et pleure souvent. On le voit peu. Il est si petit qu’il ne peut encore intéresser qu’une mère.

J’ai remis à Louis son livre et l’argent que tu avois reçu. Il n’a pas encore signé la note que tu m’as rem[ise (manque)] ? Je lui laisse le temps d’examiner ces comptes. Je lui redemanderai avant mon départ.

Dis-moi si tu viendras me chercher. Tu me ferois bien plaisir car je pense que ce sera bien long d’être un mois sans pouvoir t’embrasser. Voilà huit jours et il me semble qu’il y a un siècle… Réponds-moi toujours bien exactement car je sens une bien grande jouissance à te lire. J’ai déjà lu ta dernière plusieurs fois. J’aime à t’entendre répéter les expressions d’une tendresse qui est si bien partagée par ta Joséphine qui t’aime et te chérit plus que la vie.

Dis-moi comment Bleu[e ?]et a trouvé le beurre ? Le croit-il encore bon ? Madame de Nieuport tarde bien à arriver. J’ai adressé la lettre pour Glatignies chez lui. Fais à ce dernier mille amitiés de ma part ainsi qu’à de Lestrée et La Chaussée.

Monsieur et madame de Canettemont te font des compliments. Nous avons assez mauvais temps ce qui nous contrarie pour la promenade. Voilà un été bien inconcevable. De Lestrée voyagera-t-il enfin ? Est-ce qu’il n’a pas été à Dunkerque ? Dis-lui que je m’informe de la santé de son cheval. Son pied est-il parfaitement guéri ? Il verra que je m’intéresse beaucoup à ce qui le touche et il ne se trompera pas car je lui suis bien sincèrement attachée.

Adieu le meilleur comme le plus chéri des époux. Je te baise de tout mon cœur et suis pour toujours ta fidèle et tendre épouse. J’espère que toi et toute la famille est [sic] en bonne santé.


Je sens qu’il m’en coûte de te quitter mais le papier le commande. Te rappelles-tu le plaisir que j’ai d’être avec toi et ce que je fais quelquefois pour te fixer plus longtemps près de moi lorsque tu veux t’en aller de mon appartement ?


Article révisé le 21/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.