tu t’accoutumes fort bien à l’absence…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Marquain (Belgique), 16 septembre 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Marquain, ce 16 septembre.

En prenant la plume aujourd’hui, mon bon mari, je te préviens que c’est pour te gronder bien fort car je t’avoue que je suis fort touchée de voir ton peu d’empressement à revenir près de celle que tu appelles ta chère Joséphine.

D’après ta lettre de mercredi, je croyais pouvoir t’embrasser demain mais mon frère est venu dissiper cette douce espérance en [me ?] disant qu’il avait ouï dire que tu ne revenais que [jeudi ?]. Tu devais le charger d’une lettre et tu ne l’as pas fait. Enfin, si tu veux que je te dise ce que je pense, je vois que tu t’accoutumes fort bien à l’absence et je crois que l’essai que tu en as fait pendant un mois ne t’a pas autant coûté que tu as cherché à me le persuader. Si de Lestrée ne veut pas revenir avant jeudi, prends la diligence demain pour me prouver que tu m’aimes encore. Tu mettras tes affaires en avant, je m’y attends. Vaine excuse, je n’y crois pas. Je sais que tu [illisible] que des papiers à remettre à monsieur Wattrelot. Ton premier retard m’a été pénible. Juge si celui-ci doit me l’être. Madame d’Olnois se joint à moi pour te gronder. Elle se plaint de ce que tu lui donnes bien peu de temps. En effet, il y aura près de quinze jours que je serai ici et n’y auras été que [trois ?] jours. Ainsi, empresse-toi de venir te raccommoder avec nous. Il n’y a que ta présence qui puisse calmer notre courroux et le mieux, quoique le plus fort, l’empire de l’amour le dissipera bientôt. Tu sais le charme d’un baiser de ta bouche… N’en abuse pas cependant car je ne répondrai pas qu’à la fin je ne te tienne rancune.

N’oublie pas de m’apporter les journaux de modes. Tu m’as fait plaisir de me les envoyer par mon frère. As-tu été parler à Bo[nnier ?] d’après la commission de madame de Canettemont ? Je suis pressée de lui répondre. Je suis bien aise que Glatignies ait trouvé à faire l’acquisition d’une maison et celle-là lui convient beaucoup. Voilà l’aîné propriétaire d’un bel hôtel. Dis mille choses à sa femme pour moi. J’ai eu bien du regret de ne pas la voir aujourd’hui. [Maudit point ?] Je désire qu’elle renouvelle cette partie-là une autre fois. Brig… promet toujours sans succès à ce que me mande Glatignies. C’est une chose incompréhensible que cela. J’avoue que j’ai toujours craint sa fausseté. Adieu mon cher ami. Souviens-toi que je t’en veux beaucoup et que tu as des torts à réparer. Je t’attends demain sinon…

As-tu été parler au blanchisseur pour arrêter la [illisible].
Demande à Amélie si madame Prud’homme a renvoyé mon fichu. Monsieur Prud’homme vient de venir voir madame d’Olnois. Il est reparti pour Lille. Il part mercredi pour son pays.
Mille choses à de Lestrée. Madame d’Olnois vous attend aussi et ne sais pas si elle doit vous dire quelque chose.


Article révisé le 22/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.