d’Aire à Sains…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Aire, 26 juillet 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 26 juillet.

Je me suis rendue aux instances de toute la famille, mon cher ami, pour rester ici le vendredi. Je profite de ce séjour pour t’écrire un mot.

Notre voyage s’est fort bien passé ainsi que celui de Décamp. Et demain, à sept heures et demie, nous partons pour Sains. Tu auras su notre exactitude à partir hier car, à cinq heures moins un quart nous étions dans le cabriolet. J’ai eu bien du regret mon cher Coco de ne pouvoir t’embrasser avant mon départ. J’ai été plusieurs fois tentée d’entrer tout doucement dans ta chambre pour te donner un joli baiser mais j’ai été retenue par la crainte de te réveiller. Je sais comme tu aimes à dormir. Je me serais reprochée de troubler un sommeil si doux. Tu me sauras gré, j’espère, de ma discrétion car elle m’a coûté beaucoup.

Quoique je sois loin de toi, mon bon ami, je n’en suis pas moins occupée. Je désire bien que tes occupations ne t’absorbent pas de manière à te laisser à peine le temps de penser à la plus tendre de tes amies.

Réponds-moi de suite à Sains. Je sens que tes lettres me seront nécessaires. Entre dans bien des détails, tu me feras plaisir.

Ma tante m’a demandé si tu ne viendrois pas ici pour tes affaires. J’ai répondu que je croyais que oui. Elle m’a ajouté qu’elle sera bien aise de te posséder quelques jours chez elle. Mon désir serait que tu vinsses ensuite me rejoindre à Sains pour revenir ensemble. Tu dois avoir reçu ce matin une lettre de madame de Lencquesaing. Elle m’a dit qu’elle t’avoit écrit parce qu’elle étoit inquiète de moi. Je n’ai pas trouvé ma sœur ici. Elle court les côt[e ?]s avec le cher Roland. Elle ne revient que demain soir. Ainsi, je partirai sans l’avoir vue. De Lestrée t’écrit. Il doit entrer dans plus de détails. Tu sais qu’il aime à rire. Cependant, ce voyage nous paraît fort extraordinaire et inconséquent. Toute la ville jase beaucoup.

Comment est Glatignies ? Fais-lui mille amitiés de ma part. L’ami est-il arrivé ? En quoi en est l’affaire en question ? Tu sais l’intérêt vif que j’y prends. As-tu pensé à aller voir avec Bleu[s ?]et voir le saloir de beurre ? Mes matelas sont-ils placés et battus ? Monsieur de Nieuport est-il arrivé ? Me voilà dans le chapitre des questions. En finirai-je ? Je ne sais pas trop. Il pourra m’en venir encore.

Ma tante n’ayant plus de militaires chez elles, elle a pu me loger avec Décamp. De Lestrée est logé à l’hôtel d’Angleterre. Mes cousins vont lui porter ma lettre et s’informeront s’il est content de sa nuit. Il te parle sans doute de son cheval qui a été encloué. Il étoit hier en route tout affligé. Heureusement qu’on est parvenu à ôter la pointe du clou qui était cachée dedans le pied. Il espère pouvoir s’en servir demain.

Mon frère ainé visite ses biens de Lillers. Il est allé voir ses bois de Pacault.

Dis-moi toutes les nouvelles de la ville. Mes compliments aux dames qui te parleront de moi. Ne m’oublie pas près de La Chaussée et de madame d’Olnois quand tu iras à Marquain.

Beauroi te prie de passer chez Salembier pour savoir s’il a reçu sa lettre en réponse à celle concernant la maison rue des Jésuites. Elle vit toujours dans l’espérance que son mari consentira à faire l’acquisition de l’hôtel pour lui et ses descendants. Elle l’attend demain soir. Aussitôt sa décision prise, il écrira et il y aura sûrement mardi une lettre ou sa personne. À Lille, les directeurs des domaines nationaux ont décidé que mon frère étoit exempt de payer les droits de succession tant sur la donation dont il jouissait du vivant de papa que pour celle acquise depuis sa mort. Beauroi, en femme discrète, n’ose pas me charger de choses trop tendres pour toi mais, avec ma permission, elle t’embrasse.

Tout le monde ici te dit mille choses. Adieu mon cher et tendre ami. Je t’envoie deux jolis baisers et suis en t’assurant pour la vie [illisible] amour et d’un attachement invariable. [manque] Joséphine et ta fidèle épouse.


Article révisé le 22/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.