lettres de Charles de Lencquesaing, 1818

Copie autographe d’une lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856), sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819) relative notamment au mariage de son frère Louis-Eugène-Martial de Lencquesaing (1778-1854) avec Marie-Charlotte-Joseph Hémart du Neufpré (1788-1820), 27 juin 1818. Copie suivie de la copie d’une réponse faite à cette cousine Godefroy, 12 juillet 1818. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0136.

Lettre du 27 juin 1818 :

Mariage de Louis-Eugène-Martial de Lencquesaing (1778-1854)

« Effectivement ma chère cousine, les bruits qui courent et qui sont parvenus jusqu’à Lille ne sont pas tout à fait dénués de fondements. Ils le sont cependant pour ce qui me regarde. Mais, quant à mon frère Martial, il est bien vrai qu’il a des projets d’établissement et même des espérances pour la réussite. Il n’est pas étonnant que la rumeur publique vous ait appris cette nouvelle. Elle occupe tout Saint-Omer et Aire depuis huit jours environ. Mais, rien n’étant encore décidé ni arrêté, on ne peut en faire part officiellement aux parents. Cependant, Martial, partant avant-hier matin pour Saint-Omer, m’a chargé de vous dire qu’il fait la cour à mademoiselle Charlotte Hémart qu’il a demandée en mariage et qu’il espère parvenir à ses fins. On fait un grand éloge des qualités morales de cette demoiselle et à un excellent caractère elle joint une jolie fortune toute venue, environ 8 000 francs de revenus plus une assez belle maison meublée en grande partie. Ce sont de ces avantages réunis qui se rencontrent rarement. Aussi, tous ceux qui prennent intérêt à mon frère lui font des compliments de félicitations. Et d’avance il les reçoit, ainsi que nous, quoique la conclusion soit encore éloignée et cela parce que la demoiselle voudrait attendre la fin de son deuil avant de se marier. On espère cependant l’amener à terminer cette affaire après les neuf mois expirés et, dans ce cas, ce serait vers la fin de septembre ou au commencement d’octobre que le mariage aurait lieu. Il y a dix ans de différence entre les âges des futurs époux. La demoiselle n’aime ni le grand monde ni les plaisirs bruyants et Martial, à son âge, ne fera pas un très grand sacrifice en se conformant aux goûts de sa femme sans pour cela se séquestrer de la société, ce qui n’entre nullement dans  les projets ni de l’un ni de l’autre. Vous êtes priée de vouloir communiquer cet article à votre famille et à monsieur et madame d’Hancardrie qui recevront ainsi que vous une lettre particulière lorsque le mariage sera fixé. Vous deviez bien croire que les bruits publics ne pouvaient me regarder car vous deviez penser que, vous écrivant, je vous aurais parlé de mes projets avant qu’ils fussent sus et connus de tout le public. »

Mort de Charles de Beaulaincourt (1777-1818)

« Après vous avoir entretenu, ma chère cousine, des espérances de bonheur, il est triste de vous parler de la mort de monsieur Charles de Beaulaincourt* qui a jeté dans une affliction sensible tous ses parents et tous ses amis. Nous nous comptions du nombre de ces derniers. Quel coup terrible pour sa famille et surtout pour sa femme. Elle est dans une désolation inexplicable. La pauvre malheureuse conservait encore de l’espoir il y a huit jours. C’est dans la nuit du samedi au dimanche dernier que son mari lui fut enlevé. Il est tombé malade le mercredi 10 juin. Malheureusement, il était en voyage et ne revint chez lui que le samedi 13. Il fut saigné de suite mais, déjà, il était trop tard et la maladie fut dès lors regardée incurable par les gens de l’art. Il y avait complication. J’ignore quel parti va prendre la vicomtesse. Elle ne pourra continuer à tenir labour que dans le cas où elle trouve un homme intègre et de confiance qui voulût s’en mêler. Peut-être engagera-t-elle son frère, monsieur de Vaudricourt, à venir demeurer avec elle ?  Mais, cela lui conviendra-t-il et puis est-il en état de conduire un labour ? Vraiment la position de madame de Beaulaincourt est affreuse. Cela fait faire de bien tristes réflexions auxquelles il ne faut pas par trop s’arrêter. » 

Période des lessives

« Aussi, je veux briser là-dessus et répondre aux autres articles de votre lettre. Ce sera donc en août que nous aurons le plaisir de vous posséder. Je ne prévois pour lors aucun obstacle. Jamais ma mère n’a fait sa lessive dans ce mois. Elle la faisait au commencement de septembre. Depuis deux à trois ans, elle est remise au mois d’octobre. »

Branche de Flavigny, camarade du régiment de Beaulieu

« C’est en vain que j’ai attendu jusqu’à présent une lettre de mon ancien camarade de Flavigny. Je devais croire qu’il allait m’écrire d’après le contenu de sa lettre à mon frère aîné qui lui a mandé que j’habitais Aire. Mais comme je désire avoir de ses nouvelles et des détails sur les événements de sa vie depuis notre séparation, je me propose de lui écrire sans que si lui-même n’entame point le premier la correspondance entre anciens camarades et compagnons d’infortune on ne doit point tirer à la courte-paille pour savoir lequel des deux commencera. Flavigny ne doit pas être plus âgé que moi ou au moins c’est bien peu de chose. Et s’il le paraît, c’est que ses campagnes l’ont plus vieilli. Je l’ai laissé au régiment de Beaulieu et sans doute après mon départ il a dû supporter encore bien de la fatigue et de la misère. »

Divers

« J’apprends avec plaisir que vous avez l’espoir de conserver la petite Clémence et que vos autres petits-enfants se portent bien. Mille souvenirs aimables et amicaux pour leur chère maman. On me charge de mille amitiés pour vous et tout ce qui vous entoure. Je m’y joins de bien bon coeur. J’y ajoute l’assurance de mon inv… attachement. Tout à vous pour la vie, votre dévoué parent et ami. Charles de Lencquesaing.  »

*. Joseph-Charles-Marie vicomte de Beaulaincourt (1777-1818), époux (1808) de Charlotte-Philippine de Beaulaincourt de Marles.

Lettre du 12 juillet 1818 :

Monsieur Branche de Flavigny

« Cette lettre vous sera remise, ma chère cousine, par M. Branche de Flavigny; capitaine à la Légion de l’Aisne* qui m’a témoigné le désir d’être admis dans votre société. Vous m’obligerez infiniment de lui permettre de vous faire des visites. C’est un brave et ancien camarade du régiment de Beaulieu que je vous prie, ainsi que votre famille, de vouloir bien accueillir favorablement. Si monsieur Godefroy ou votre cher fils veulent avoir la bonté de lui procurer quelque agrément, je leur en aurai mille obligations. Monsieur de Flavigny est de Laon et appartient sans doute à quelques-unes des familles que vous connaissez dans cette ville. »

Les Menche de Loisne (château de Beaulieu, Busnes)

« Votre lettre du 2 de ce mois confiée à madame A. Menche ne m’est parvenue que le 10. J’ai encore été surpris de la recevoir sitôt car ordinairement les lettres par cette voie-là n’arrivent qu’après quinze jours de date. C’est ce qui est arrivé l’hiver dernier à une lettre de à une lettre de Val… donnée par elle à monsieur Gustave Menche. Je ne vous engage pas à profiter souvent des offres de service des personnes habitant Busnes, surtout lorsque vous désirez que vos lettres parviennent [de suite ?] à leur destination. »

Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846)

« Nous avons été lundi dernier voir les habitants d’Ox… [Oxelaëre ?]. Le temps nous a servi admirablement bien. On nous a témoigné beaucoup d’amitié et on nous a reçu avec toute l’honnêteté possible. D’après les projets de Charles, il doit être actuellement près de vous. Ainsi il vous aura donné des détails de notre visite. Il est donc inutile de vous en parler davantage. »

Séjour au château d’Antigneul

« Je vous préviens que je pars avec Étienne mardi prochain pour Antigneul et que probablement je serai absent pendant douze à quinze jours. À mon retour je vous prie de me mander à quelle époque vous vous proposez de venir chez ma mère. »

Les de La Forge

« Ce ne sera pas de sitôt que monsieur de La Forge ira à Ennevelin car il est parti lundi dernier pour Paris. Le jour que nous fûmes dîner chez lui avec votre fils il a voulu nous donner le change en nous disant qu’il allait partir pour Londres. Sa femme a chez elle monsieur et madame [Louis ?] Menche pour lui tenir compagnie. Nous savions par Charles qu’Albert était de nouveau souffrant. »

Madame de Beaulaincourt

« Madame de Beaulaincourt est on ne saurait plus affectée de la mort de son mari. C’est une perte irréparable pour elle et dont elle ne pourra jamais se consoler. Malheureusement, elle est faible. Je crains qu’elle ne puisse se faire obéir de ses enfants et qu’elle éprouve bien des chagrins. »

Madame d’Iholdy

« Je ne crois pas que le colonel Deschamps soit repris dans le testament de madame d’Iholdy. Dans tous les cas, madame de Bellonet saura bien déterminer sa tante à changer ses dispositions testamentaires s’il s’en trouve de contraire à ses intérêts. On peut s’en rapporter à elle pour ces soins-là. Elle est fine et adroite et ce n’est parce qu’elle craint que quelque intrigant ne s’empare de l’esprit de la vieille tante dans ses derniers moments qu’elle va l’emmener près d’elle. Déjà, l’hiver dernier, elle s’est fait donner les diamants. On croit que le fils cadet qui va s’occuper des affaires de sa tante pourrait bien en obtenir une donation particulière. Les autres neveux et nièces qui sont éloignés n’auront probablement pas part égale dans la succession… Les absents ont souvent tort. »

Divers

« Si mademoiselle de Cour…  vient attendre pour se marier que le deuil pour son père soit presque expiré, monsieur le comte de C… y aura le temps de filer le parfait amour. Mais il est bien à parier que l’on n’est pas aussi rigide en Picardie qu’à Saint-Omer. »

Mariage de Louis-Eugène-Martial de Lencquesaing (1778-1854)

« Nous commençons à douter que Martial puisse épouser mademoiselle Hémart avant l’année de deuil révolue. On tient fort aux anciens usages dans cette famille. Vous voyez bien qu’on ne peut point faire part d’un mariage qui est encore si éloigné. Il pourrait encore arriver des événements qui en retarderaient la conclusion. Je suis bien fâché qu’il ne puisse se faire de suite. Ces sortes d’affaires doivent se terminer le plus promptement possible. Que sait-on ? Il peut venir des anicroches. Adieu ma chère et aimable cousine. Recevez les respects et amitiés de toutes les personnes qui n’entourent, y compris les habitants de Laprée qui sont ici aujourd’hui. On fait mille compliments amicaux à tous les vôtres. Je m’y joins et vous prie de recevoir l’assurance de mon sincère et véritable attachement. Votre cousin, Charles. »

*. Sous la Restauration, une deuxième réorganisation de l’armée a lieu en 1815 par la création des légions départementales. Les légions départementales étaient des unités d’infanterie de l’armée française aux effectifs équivalents à ceux d’un régiment. Établies par une ordonnance du Roi datée du 11 août 1815, leur mise sur pied s’inscrit dans le cadre d’une réorganisation de l’armée visant à rompre avec l’héritage politico-militaire du Premier Empire.


Article révisé le 04/10/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.