agonie de Charlotte Hémart du Neufpré, 1820

Copie autographe d’une lettre écrite par Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) à Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846). Aire, 19 mars 1820. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0137.

« Mon cher cousin, votre lettre du 15 de ce mois me détermine à employer le moyen que vous m’indiquez pour avoir les arbustes promis par madame Lenglé à mon frère Étienne.  Le voiturier de Saint-Pol partant d’ici les vendredis, le commissionnaire que je vous envoie n’ira à Oxelaëre que jeudi prochain. Je dois néanmoins vous écrire aujourd’hui parce que je pars demain pour Saint-Omer sans savoir quand j’en reviendrai. J’y suis appelé par mon frère  Martial qui est à la veille de perdre sa chère femme. Elle est tombée dans un état de marasme et dépérissement qui la mène au tombeau. Toutes nos espérances sont évanouies. La pauvre Charlotte dépérit à vue d’œil. La toux est devenue plus opiniâtre et plus terrible que jamais. L’irritation des nerfs augmente tous les jours. Le peu de nourriture qu’elle prend et le liquide même passe avec peine. Un état aussi fâcheux ne peut plus durer longtemps. Je vais être témoin d’une séparation bien cruelle. Quel funeste moment et combien je le redoute ! Mon pauvre frère est bien à plaindre. Il a joui bien peu d’une union qui faisait toute sa félicité. Hélas, les plaisirs de ce monde sont de courte durée. Qu’il est triste de devoir succomber après plus de six mois de souffrances ! Si l’événement auquel on s’attend d’un instant à l’autre tarde à arriver, je vous écrirai, étant à Saint-Omer. Persuadé que vous recevrez volontiers des nouvelles de la situation de ma belle-sœur quoique je ne prévois pas pouvoir vous en donner de satisfaisantes. Adieu mon cher cousin. Veuillez bien présenter mes hommes respectueux à vos dames et croire aux sentiments d’amitié de votre dévoué parent et ami. Charles. »

« PS. Je suis trop préoccupé du malheur particulier dont nous sommes menacés pour vous parler politique. Nous avons aujourd’hui des nouvelles qui donnent fortement à penser sur les événements à venir. Qui aurait cru que le roi d’Espagne qui, jusqu’ici a été ferme et sévère, aurait eu la faiblesse de se mettre sous la tutelle des Cortès ? C’est presque incroyable. »


Article révisé le 04/10/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.