Valentine Le Sergeant de Bayenghem, 1894

Portrait de Valentine-Marie-Charlotte-Noémie Le Sergeant de Bayenghem* (1871-?). Photographie L. Piccolati (59 rue Nationale, Lille), août 1894. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.56.

« Ta tante Marthe qui était venue avec son mari et sa fille pour que celle-ci me fasse ses adieux avant d’entrer au couvent est repartie hier pour Upen. Valentine est enchantée de pouvoir enfin suivre sa vocation. Ses parents, eux, sont désolés. À tout moment, sa mère a les larmes aux yeux. Quant à son père, il est tout-à-fait changé. Il n’a plus ni énergie, ni volonté, ni activité. La marche lui est pénible. Il ne chasse plus du tout et m’a plusieurs fois répété qu’il voudrait bien mourir. On a eu toutes les peines du monde à obtenir de Valentine qu’elle voulût bien attendre le retour d’Auguste qui passe son examen demain jeudi et arrivera le soir même à Upen. Elle n’a pu consentir à attendre le congé de vingt-huit jours qu’aura Charles après les grandes manœuvres. […] Il est donc irrévocablement décidé qu’elle entrera le 16 août aux Carmélites de Saint-Omer.» (Lettre du vicomte Gaston de Butler à son neveu Fernand de Butler. Château de Remaisnil, 25 juillet 1894. Archives Butler**.)


*. Se prononce [bajɛ̃ɡɛ̃].
**. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&p=valentine&n=le+sergeant+de+bayenghem


Article révisé le 19/12/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.