mort de Charlotte, 1820

Copie autographe d’une lettre écrite par Charles de Lencquesaing (1772-1840) probablement à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856) (sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819)), annonçant la mort de Charlotte Hémart du Neufpré (1788-1820), l’épouse de son frère Martial de Lencquesaing (1778-1854). Saint-Omer, 21 mars 1820. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2774.

Saint-Omer, ce 21 mars 2020.

C’en est fait, ma chère amie, la bonne Charlotte est décédée hier soir à dix heures, à la même heure que ses père et mère. En cessant de vivre, elle a cessé de souffrir, et nous devons être persuadés [(barré) que celle que nous pleurons] qu’elle est allée jouir de la gloire de Dieu. C’est notre unique consolation. Toutes les personnes qui entouraient la pauvre défunte sont dans la désolation et notre malheureux frère est désolé au dernier point. Il perd sa compagne chérie qui faisait toute sa félicité. Hélas, le bonheur et les plaisirs de ce monde sont de bien courte durée. Notre belle-sœur a eu une agonie de douze heures environ. Mais, par intervalles, elle a encore donné quelques signes de connaissance jusque vers sept heures. Je suis arrivé ici à quatre heures. Je n’ai pas la certitude d’avoir été reconnu par celle a toujours montré tant d’attention et d’amitié pour les parents de son mari.

Lettres d’annonce de sa mort. Saint-Omer, ce 21 mars 1820. Messieurs, M. de Lencquesaing (Martial), pénétré de la plus vive douleur, a l’honneur de vous faire part de la perte cruelle qu’il vient de faire de madame de Lencquesaing née Hémart, son épouse, décédée le 20 mars, administrée des sacrements de notre mère la Sainte-Église.

Pour les proches parents, il a été ajouté le post-scriptum suivant : dans la pénible circonstance où je suis, vous ne trouverez pas mauvais, j’espère, ma chère cousine, que je vous adresse une lettre de faire-part en cérémonie. Atterré par ce cruel événement qui, quoique prévu, n’en est pas moins bien douloureux, je n’ai ni la force ni le temps de vous écrire une lettre entière. Je me sers même de la main de mon frère pour tracer ici ce peu de lignes. N’ayant point connu mon épouse chérie, vous ne pouvez apprécier toute l’étendue de la perte que je fais. Je prends néanmoins la confiance de recommander la défunte à vos bonnes prières, vous conjurant de penser aussi au plus malheureux et au plus désolé de vos cousins.


Article révisé le 26/01/2020.  

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.