agriculture à Quiestède, 1774

État que donnent les bailli, lieutenant, gens de loi et principaux habitants de la paroisse de Quiestède pour constater la récolte qui s’y fait et les bestiaux qui y existent en exécution des ordres du roi qui leur ont été notifiés par messieurs les députés généraux et ordinaires des États d’Artois, 1774. Archives de Laprée, Quiestède, 3.0753.

« Il est à remarquer que le village de Quiestède est traversé par le grand chemin de Cassel à Thérouanne dont la partie septentrionale dudit chemin compose le village de Quiestède où est le clocher et qui est de la dépendance du bailliage de Saint-Omer ; et la partie méridionale est la dépendance du bailliage d’Aire, ladite partie étant plus grande et que l’on nomme communément Quiestède-le-Grand. Les habitants de la partie septentrionale protestent avec fondement contre toutes déclarations qu’aurait données par l’autre partie au sujet du vain pâturage tant au champ qu’au marais. »

Le terroir est composé de 261,5 mesures, tant manoir que pâture, bois taillis et aulnois, terre à labour :

  • manoir, pré, pâture : 67 mesures.
  • terre à labour : 180 mesures.
  • bois : 9,5 mesures.
  • mauvaises prairies qu’il a fallu réduire en bois : 5 mesures. Nommées communément aulnois.

Il y a une charrue dans cette paroisse. Les terres ne sont pas toutes assolées : une moitié (90 mesures) l’est, dont le tiers est annuellement ensemencé en grain d’hiver (blé, scorion, seigle), l’autre tiers ensemencé « de mars » (fèves, colza, avoine), l’autre tiers en jachère.

4 mesures sont cultivées à la main.

Pour ensemencer les terres de cette paroisse, il faut 33 rasières 2 quartiers de blé mesure de Saint-Omer, pesant la rasière 240 livres ; 1 rasière 2 quartiers de scorion ; 1 rasière 2 quartiers de seigle ; 12 rasières d’avoine ; 38 rasières de fèves ; 20 rasières de grains mêlés.

Pour ensemencer une mesure, il faut : 0,5 rasière de blé ; 0,5 rasière de scorion ; 0,5 rasière de seigle ; 1 rasière d’avoine ; 1 rasière de fèves ; 1 rasière de grains mêlés.

Récolte année commune : en blé, 167 rasières 2 quartiers, la semence déduite ; 13 rasières 2 quartiers de scorion ; 12 rasières 2 quartiers de seigle, la semence déduite ; 60 rasières en avoine, la semence déduite ; un cent et 14 rasières de fèves, la semence déduite ; 12 rasières et 2 quartiers en colza, sur cinq mesures cultivées. 20 mesures sont plantées en année commune en grains mêlés (dravière et avoine, fèves et bisaille) pour la nourriture des bestiaux du village.

Produit de la récolte de l’année 1773, déduction faite de la semence. En blé, 1 cent et 67 rasières 2 quartiers ; en scorion, 13 rasières 2 quartiers ; en seigle, 12 rasières 2 quartiers ; en avoine, 60 quartiers ; en colza, 12 rasières 2 quartiers ; en fèves, un cent 14 rasières.

Bestiaux : 4 chevaux, 24 bêtes à cornes, pas de mouton. 


Article révisé le 17/03/2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.