de Lencquesaing, Albert-Joseph (1772-1846)

Albert Joseph de Lencquesaing (1772-1846) est le sixième enfant et le troisième fils de Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) et de Marie-Cécile-Joseph Aronio (1734-1802). Son existence est marquée par l’aventure européenne et la fougue romantique. 

Il naît le 5 février 1772 à Lille, paroisse Saint-André. Baptisé le lendemain, il reçoit pour parrain Jacques-Ignace-Joseph Petitpas (1704-1777), seigneur de Pontennerie et de Belleghem, également bailli et prévôt de Lannoy selon la mention que porte le père de l’enfant dans le livre de famille. Il reçoit pour marraine la demoiselle Albertine-Joseph-Eulalie Le Vaillant, fille de messire Pierre-Jean-Philippe-Guislain-Joseph, baron de Bousbecque, seigneur de Wandripont, et de dame Marie-Françoise-Hyacinthe Imbert de La Basecque, baronne de Bousbecque.

Continuer la lecture de « de Lencquesaing, Albert-Joseph (1772-1846) »

La Viesville

La thèse en histoire médiévale qu’a soutenue Bertrand Haquette – L’Aire des La Viesville. Bailliage et lignage en Artois à la fin du Moyen Âge – (Lille, 2013, sous la direction de Bertrand Shnerb) a éclairé la stratégie déroulée à la fin du Moyen-Âge par un lignage noble originaire d’Enguinegatte, les La Viesville, pour mettre la main sur le pays formant l’assise territoriale d’un bailliage artésien dont le siège est placé à Aire-sur-la-Lys, petite ville vivant dans l’ombre de sa puissante voisine Saint-Omer et de la cité de Thérouanne.

Aire, farouchement artésienne mais fortement influencée par la Flandre, est toujours à la recherche d’un protecteur à la fin du Moyen Age. Ce rôle est confié tantôt au prévôt de la collégiale tantôt au bailli. Les La Viesville ont entrepris de mettre la main sur le pays d’Aire en menant une subtile politique matrimoniale puis en monopolisant la charge de bailli. Cet office, cumulé à la charge de chambellan local, leur permet de constituer un solide réseau local dans lequel sont impliqués l’échevinage, les chanoines mais aussi le cousinage et les bâtards du lignage. Les Viesville sont alors les véritables maîtres d’Aire et profitent de la reconversion économique de la région après les grandes pestes. La famille parvient à surmonter les coups durs reçus dans le premier quart du XVe siècle mais son influence est finalement balayée par la guerre menée en Artois par Louis XI après la mort de Charles le Téméraire. 

Source :

Bertrand HAQUETTE, L’Aire des La Viesville. Bailliage et lignage en Artois à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat en histoire médiévale soutenue le 7 décembre 2013 à l’université Lille-3 dans le cadre de l’école doctorale Sciences de l’homme et sociétés (Villeneuve-d’Ascq, Nord). 


Article révisé le 17/11/2019.

Deschamps de Pas

DESCHAMPS de PAS, Louis-Auguste (1765-1842). 

Né à Saint-Omer en 1765, Louis-Auguste Deschamps de Pas, fils du conseiller au bailliage de Saint-Omer, est un explorateur, botaniste, naturaliste et chirurgien français du XVIIIe siècle.

Le 28 septembre 1791, il embarque en compagnie du contre-amiral d’Entrecasteaux (1737-1793) sur la frégate La Recherche à la tête d’une expédition chargée par l’Assemblée constituante de retrouver les traces de La Boussole et de L’Astrolabe, les deux vaisseaux commandés par Jean-François de La Pérouse (1741-1788). À la mort d’Entrecasteaux en juillet 1793, l’expédition est alors dirigée par un royaliste qui, ayant eu écho de la Terreur  en France, préfère diriger ses frégates vers les colonies hollandaises de Surabaya.

Continuer la lecture de « Deschamps de Pas »

Upen

UPEN d’AVAL, hameau de Delettes (Pas-de-Calais), à 11 km de Quiestède par Thérouanne. Félix Le Sergeant de Bayenghem (1835-1914) y fait construire vers 1875 au lieu-dit Bois d’Enfer, un château dans le goût Henri IV, auquel il ajoute en 1883 une imposante chapelle funéraire néogothique, probablement œuvre de l’architecte hesdinois Clovis Normand. Le roi George V le visite le 12 août 1918. Déjà très éprouvé par le souffle des intenses bombardements de 1944, le château est détruit en 1946 par un incendie causé par un feu de cheminée. Seuls subsistent aujourd’hui la chapelle et une pittoresque conciergerie parementée en assises alternées de briques et de pierres.

Bibliographie :

  • Chevalier H. Châteaux en guerre. Pas-de-Calais 1939-1945 : occupation, ouvrages allemands, raids, destructions. Herbelles, 2015, pp.360-364.
  • Seydoux P. [et al.]. Gentilhommières d’Artois et du Boulonnais. Tome II, Audomarois, Haut-Pays, Boulonnais, Calaisis. La Morande, 2006, p.39.

Article révisé le 01/11/2019.

commerce en Flandre wallonne, v.1700.

Reprise par Louis XIV à la couronne d’Espagne lors de la guerre de Dévolution (1667-1668), la Flandre wallonne – partie de l’ancien comté de Flandre comprenant les territoires des « pays » de Lille, Douai, Orchies – va mettre du temps pour s’accommoder de la nouvelle donne politique, reconstituer du numéraire, refaire des circuits commerciaux et répondre à la pesante fiscalité de son nouveau souverain.

Continuer la lecture de « commerce en Flandre wallonne, v.1700. »

provinces belgiques

PROVINCES BELGIQUES. Les provinces de Flandre, du Hainaut et d’Artois, par leur géographie physique, tournent le dos au bassin parisien. La Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut et la Sambre coulent toutes vers le nord-est… Au début du XVIIe siècle et jusqu’à la conquête française, les provinces belgiques formaient un seul ensemble politique composé : à l’ouest de l’Escaut, du comté d’Artois et du comté de Flandre séparés par l’Aa ; à l’est de l’Escaut, du duché de Brabant, du comté de Hainaut et de la petite principauté épiscopale du Cambrésis.

Belgique. Carte physique, 1925. 

Jean-Michel LAMBIN, Quand le Nord devenait français, 1635-1713, 2008 (1980), p.10.


Article révisé le 23/10/2019.

toponymie

TOPONYMIE. Sur une carte, il est facile de repérer une frontière toponymique, voisine de la frontière linguistique : une ligne Béthune-Lille-Renaix sépare les noms de lieux se terminant par -inghem, -kerque et -zeele au nord et par -y et -court au sud. Les trois premiers sont d’origine germanique : -hem signifie l’habitation, -ing la descendance, la famille, les serviteurs : -kerque l’église ; -zeele « la maison à une seule pièce ». Ainsi, non loin de Laprée, le village de Blaringhem signifie « la maison de ceux de [Blary] ». C’est la trace concrète de l’avancée de populations germaniques venues par terre et par mer aux VIIe et VIIIe siècles.

Jean-Michel LAMBIN, Quand le Nord devenait français, 1635-1713, 2008 (1980), p.12-13.


Article révisé le 23/10/2019.

langues

LANGUES. Une frontière linguistique séparant les dialectes germaniques des dialectes romains suit un tracé presque rectiligne en France depuis Saint-Omer jusqu’à la vallée de la Lys puis, dans l’actuelle Belgique, depuis Mouscron jusqu’au nord de Liège, dans la région des Fourons. Cette limite fait encore débat en Belgique…

Jean-Michel LAMBIN, Quand le Nord devenait français, 1635-1713, 2008 (1980), p. 12.


Article révisé le 23/10/2019.

Maïoul, Jacques-Louis-Joseph (1767-1839)

MAÏOUL, Jacques-Louis-Joseph (Arras,1767-Arras, 1839). Fils de Louis-François et de Marie-Élisabeth-Marguerite Vaillant. Membre de l’Académie d’Arras. Chevalier de Saint-Louis. La ville d’Arras doit à cet ancien maire l’idée de l’actuel musée, la restauration de la façade de l’hôtel-de-ville (ravagée ensuite par la Grande Guerre), le déménagement du collège et la conservation d’une école pour les sourds-muets, l’installation de l’hospice dans les vastes bâtiments du Vivier ou encore l’institution du marché aux bestiaux. Il demeurait dans cette ville rue du Collège à la fin de sa vie.

Maurice COLIN, « Paroles prononcées sur la tombe de M. Maïoul de Sus-St-Léger, membre honoraire, le 26 décembre 1839 », Mémoires de l’Académie d’Arras / Société royale des sciences, des lettres et des arts, 1840, p.324-326.


Article révisé le 01/10/2019.

Potteau, Jean-Baptiste (1694-1768)

POTTEAU, Jean-Baptiste (1694-1768). Baptisé à Lille (paroisse Sainte-Catherine) le 17 mars 1694. Fils de François Potteau (1638-<1726) et de Marguerite Grenu (?-1726). Il a pour parrain un bourgeois de Lille (relief du 16 mai 1680), François-Rémi Fruict (1651-1720), avocat, conseiller au bailliage, choisi en 1682 pour la place de greffier des États et qui sera son futur beau-père. Il a pour marraine sa grand-mère du côté maternel, Antoinette Castelain.

Il épouse Catherine-Françoise Fruict (Lille (Saint-Maurice), 1700-1777) en l’église Saint-Maurice le 23 août 1723. Témoins : Denis-Joseph Potteau, frère du marié, et Jean-François Fruict, frère de la mariée. 

Il est bourgeois de Lille par relief l’année suivante. Greffier de la gouvernance de Lille anobli par la charge de conseiller secrétaire du roi.

Seigneur d’Escamain et de La Chaussée.

Il décède à Lille le 2 octobre 1768 et est inhumé le 4 dans la grande nef de l’église Sainte-Catherine en présence de ses deux fils (Denis-Joseph-Marie, écuyer, seigneur de La Chaussée et Jean-Baptiste-François, écuyer, seigneur de Bellincamps) . Sa veuve sera enterrée auprès de lui en 1777.

Bibliographie : 

Paul DENIS du PÉAGE (1874-1952), Recueil de généalogies lilloises, 1906-1909, tome 4, p. 1471.


Article révisé le 20/09/2019. Dates de baptême, mariage, décès vérifiés.