Baudenet d’Annoux, 1968

Souvenir pieux de Nicole Baudenet d’Annoux endormie dans la Paix du Seigneur le 14 juin 1968 dans sa 41e année. Archives de Laprée, Quiestède, 4.SP0003.


Article révisé le 20/11/2019.

traces de la ferme d’Oresmieulx dans l’église de Wicres

ICI REPOSSE LES CORPS / D ANSELME FRANCOIS / CUVELIER BAILLY ET / FERMIER DORESMIEU / DECEDE L ONXIESME / DE FEVRIER 1699 / AGEE DE SOIXANTE / ET DEUX ANS ET D ANNE / MULIEZ SA FEME DECEDE / LE DOUXIESME DE / NOVEMBRE 1696 AGEE / DE SOIXANTE ANS PRIEZ / DIEU POUR LEURS AMES / REQUIESCANT / IN PACE/

A LA MEMOIRE / DE JEAN BAPTISTE BRASME CULTIVATEUR / DÉCÉDÉ A WICRES LE 27 DECEMBRE 1809 AGÉ DE 57 ANS / NATIF DE LILLE PAROISSE DE ST SAUVEUR / FILS DE FEU JEAN BAPTISTE / ET DE MARIE LOUISE D’HAUBERSART, DE CATHERINE / THERESE ISABELLE FAVIER SON EPOUSE DÉCÉDÉE / A HAUBOURDIN LE 4 MAI 1839, AGÉE DE 85 ANS / leurs enfans / JEAN BAPTISTE JOSEPH DÉCÉDÉ A WICRES LE 13 / AVRIL 1823 AGÉ DE 44 ANS, FLORENT ALEXANDRE JOSEPH / DÉCÉDÉ A HAUBOURDIN LE 6 XBRE 1830 AGÉ DE 49 ANS / CATHERINE ISABELLE PHILIPPINE DÉCÉDÉE A CARVIN LE 6 / JUIN 1865, AGÉE DE 81 ANS, ANTOINE FRANÇOIS JOSEPH / DÉCÉDÉ A HAUBOURDIN LE 14 7BRE 1835, AGÉ DE 49 ANS / AUGUSTIN LOUIS DÉCÉDÉ A HAUBOURDIN LE 3 / FÉVRIER 1870, AGÉ DE 81 ANS, PHILIPPE FRANÇOIS JOSEPH / DÉCÉDÉ A WICRES LE 17 FÉVRIER 1841, AGÉ DE 49 ANS / NARCISSE JOSEPH DÉCÉDÉ A LA BEUVRIÈRE LE 21 / NOVEMBRE 1880, AGÉ DE 87 ANS, PLUS FLORENT / THEOPHILLE JOSEPH, CONSTANT FIDELE JOSEPH, TOUS DEUX MORTS EN BAS AGE / REQUIES CANT IN PACE AMEN.

A LA MEMOIRE DE / DOM MICHEL ARCHANGE / CUVELIER / NÉ À WICRES LE 26 7BRE 1643, / PROFÈS DE L’ORDRE DES CHARTREUX LE 24 JUIN 1664, PROCUREUR / DE LA CHARTREUSE DE GOSNAY, TROISIÈME PRIEUR DE LA CHARTREUSE / DE LA BOUTILLERIE LE 27 JANVIER 1689, PROVINCIAL DES CHARTREUX DE / LA RÉGION, DÉCÉDÉ EN 1728, AGÉ DE 86 ANS. R.I.P.

A LA MEMOIRE DE / ANSELOT CUVELIER 1520-1581 / AYMOND CUVELIER 1550-1615 / ANSELME OPINUS CUVELIER 1585-1655 / ANSELME FRANÇOIS CUVELIER 1637-1699 / DOM MICHEL ARCHANGE CUVELIER 1643-1728 / PRIEUR DE LA CHARTREUSE DE LA BOUTILLERIE / PIERRE JOSEPH CUVELIER 1719-1774 / HOMMES D’ARMES DE LA COMPAGNIE DE / MONSEIGNEUR LE COMTE DE LIGNE / BAILLIS DE LA SEIGNEURIE D’ORESMIEUX / TENANCIERS DE L’ABBAYE DE ST VAAST D’ARRAS / DE 1549 A 1770 / ET A CELLE DE TOUS LES MEMBRES DE LEUR / FAMILLE INHUMES DANS CETTE EGLISE / DEVANT L’AUTEL NOTRE DAME / REQUIESCANT IN PACE.


Article révisé le 10/11/2019.

lettre d’Édouard de Guémy à son beau-frère Arthur de Lencquesaing, 1841

Lettre de Thomas-Alexandre-Édouard Enlart de Guémy (1786-1844), époux de Valentine-Joséphine-Philippine de Lencquesaing (1794-1876), à son beau-frère Louis-Dominique-Arthur de Lencquesaing (1809-1887). Douai, 24 juin 1841. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0114.

 Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846)

« Vous me donnerez aussi alors les 4 l. de l’oncle Albert. Il m’a écrit qu’il vous avait chargé de me compter cette [somme ?] dans un voyage qu’il a fait dans la semaine après Pâques. Il m’avait donné commission de lui retenir une place dans la diligence d’Abbeville, me disant de venir déjeuner avec lui avant son départ pour entendre des choses qu’il m’a débitées vingt fois. Puis il est monté précipitamment en diligence et, quelques jours après, il m’a écrit pour me faire part qu’il avait oublié de me remettre les 4 l. que j’avais données pour arrhes. »

Voyage de noces de Céligne-Joseph-Eugénie Enlart de Guémy (1821-1866), épouse de Charles-Alexandre Doresmieulx de Fouquières (1807-1888) et petite-fille de Louis-Dominique-Joseph de Lencquesaing (1763-1854)

« Nous avons eu hier des nouvelles du jeune ménage. Il est dans la lune de miel. Céligne est aux anges de tout ce qu’elle voit. Sa dernière lettre est de Cologne. Elle est maintenant embarquées sur le Rhin. On compte pousser jusqu’à Schaffhouse puis revenir à Strasbourg, de là à Paris puis au Havre et retourner au logis en passant par la Picardie pour aller visiter une soeur. Oh ! C’est superbe en vérité, votre nièce pourra causer voyage. Elle a déjà vu plus que son père. Elle monte à cheval. Je ne sais tout ce que monsieur Doresmieulx va lui apprendre pour peu que cela continue. »


Article révisé le 25/10/2019.

notes anciennes à conforter sur Flour Doresmieulx

Flour ou Floris Doresmieulx.

Avocat au conseil d’Artois (1601), procureur de la ville de Saint-Omer (1602-1607). Seigneur de Setques. Conseiller des archiducs Albert et Isabelle au quartier de Saint-Omer. Conseiller au bailliage de Saint-Omer entre 1606 et 1618. Grand bailli de l’abbaye Saint-Bertin (nommé par l’abbé en 1612).

Il épouse Anne de Siméon, fille de Jean (gouverneur-capitaine et grand bailli des château et marquisat de Renty) et de Catherine Cauwel. Anne de Siméon était veuve de Symphorien de Wavrans (à vérifier). Ils ont quatre enfants :

Continuer la lecture de « notes anciennes à conforter sur Flour Doresmieulx »

mort du dernier Doresmieulx, 1944

Discours prononcées aux obsèques de René-Alexandre Doresmieulx de Fouquières (1845-1944), dernier du nom. Livret. Document disponible en version numérique uniquement. Archives de Laprée, Quiestède, 2.2712.


Article révisé le 19/10/2019.

un livre passé entre les mains d’Adrien Doresmieulx

Artémidor de Daldis, De somniorum interpretatione, Bâle, Jean Froben et Nicolas Espiscopius, 1544. Bibliothèque de la communauté d’agglomération du pays de Saint-Omer, inv.1898.

Il s’agit de la traduction par Jean Cornarius du traité d’interprétation des rêves Oneirokritika, composé au IIe siècle par Artémidore de Daldis, ou d’Éphèse. Ce traité compile toutes les connaissances de l’antiquité sur l’oniromancie (divination par les rêves). Il a rassemblé toutes les sources accessibles en son temps mais aussi rencontré nombre d’onirocrites, ce qui fait de son ouvrage une référence sur le sujet jusqu’au XIXe siècle. Sigmund Freud lui-même s’en est servi dans ses recherches. Cela est aussi dû à la méthode très structurée qu’il emploie pour présenter cet art qui prend l’apparence d’une véritable science, traitant de plus de 3 000 types de rêves divinatoires qu’il divise en deux grandes catégories. Il y a ainsi les songes théorématiques, où la vision coïncide avec son accomplissement, comme rêver qu’un ami lointain vient vous rendre visite et que celui-ci arrive justement le jour suivant, et les songes allégoriques « qui signifient certaines choses au moyen d’autres choses ».

Ce volume appartenait à H. Espillet qui le donna à Adrien Doresmieulx (1545-1619), jurisconsulte du Magistrat de Saint-Omer, qui le vend en 1587 à l’évêque de Saint-Omer, Christophe de Morlet (v.1590-1633), futur évêque de Saint-Omer (1632-1633).


Article révisé le 10/10/2019.

chanoine Doresmieulx, 1785

Commission départementale des monuments historiques, Épigraphie du département du Pas-de-Calais, tome V, Arras, 1892, p.49-50.

MONUMENTUM

VENERABILIS DOMINI
JOANNIS BAPTIST‎Æ JOSEPHI
DORESMIEULX
HUJUS ECCLESIÆ CANONICI NOBILIS GRADUATI
VIR EXTITIT
GRAVITATE ET MORUM INTEGRITATE CONSPICUUS
PIETATE IN PERSOLVENDIS DIVINIS OFFICIIS
JUXTA AC ASSIDUITATE COMMENDABILIS
IN PERTRACTANDIS CAPITUALI NEGOTIIS
SEDULITATE ATQUE SAGACITATE NULLI SECUNDUS
UNDE MEMORIA EJUS HIC DIU LAUDABITUR
OBIIT
DIE 24A AUGUSTI 1785 ÆTATIS SUÆ 59
JACET IN CLAUSTRI PARTE OCCIDENTALI
ANIMA EJUS ET ANIMÆ FIDELIUM DEFUNCTORUM
REQUIESCAT IN PACE

Jean-Baptiste-Joseph Doresmieulx, prêtre, curé du Nard près de Saint-Omer, est nommé le 8 novembre 1765 au canonicat et à la prébende diaconale réservés aux gradués nobles par le doyen Théodore-Jacques de Bryas, en vertu d’une commission royale donnée pendant la vacance du siège, à la mort de l’évêque Pierre-Joseph de Brunes de Monlouet (1754-1765).

Cathédrale de Saint-Omer, flanc occidental du transept. Marbre blanc cintré et encadré de bois noir, 1,62 m x 0,79 m, armorié (Doresmieulx : d’or à la tête de more de sable accompagnée de 3 roses de gueules).


Article révisé le 07/10/2019.

 

les vaches de M. Doresmieulx

Charles-Alexandre Doresmieulx (1807-1888), époux de Céligne Enlart de Guémy (1821-1866) s’est installé au château de Fouquières près de Béthune où il mène une vie de gentilhomme campagnard. Membre correspondant de la société d’agriculture de Douai, sa communication de 1847 révèle combien il est attaché à la question agricole.

Les bestiaux sont la base de toute bonne culture et leur nombre est en quelque sorte la mesure de la prospérité agricole d’un pays. Ce principe n’est pas nouveau, il a été reconnu à toutes les époques par les hommes les plus remarquables. Sully indiquait le pâturage et le labourage comme les deux grandes mamelles de l’État. Les Taer, les Dombasle, les Yvart, les Touret et tous ceux qui ont marqué dans les annales agricoles de tous les pays reconnaissent que sans pâturages pas de bestiaux, sans bestiaux pas d’engrais, sans engrais pas de blé.

Continuer la lecture de « les vaches de M. Doresmieulx »