château de Radinghem (près de Fruges)

Carte postale représentant le château de Radinghem, près de Fruges (Pas-de-Calais), adressée par Hugues (de la famille Le Sergeant de Monnecove ?) à madame Albéric de Lencquesaing née Antoinette d’Hespel de Flencques (1864-1933), septembre 1905 ou 1906 (cachets de la poste). Archives de Laprée, Quiestède, 1.2848.


Article révisé le 20/06/2020.

madame Charles du Broutel, v.1880

Portrait de madame Charles Loisel Le Gaucher du Broutel née Anne-Marie Le Sergeant de Monnecove (1835-1917). Photographie Walery (9bis rue de Londres, Paris), après 1878. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.84.


Article révisé le 24/12/2019.

Clotilde Le Sergeant de Monnecove, v.1875

Portrait de Clotilde Le Sergeant de Monnecove (1867-1900) (future madame de Touchet). Photographie Chambay (Grand Hôtel, 12 boulevard des Capucines, Paris), v.1875. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.80.


Article révisé le 23/12/2019.

Valentine Le Sergeant de Bayenghem, 1894

Portrait de Valentine-Marie-Charlotte-Noémie Le Sergeant de Bayenghem* (1871-?). Photographie L. Piccolati (59 rue Nationale, Lille), août 1894. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.56.

« Ta tante Marthe qui était venue avec son mari et sa fille pour que celle-ci me fasse ses adieux avant d’entrer au couvent est repartie hier pour Upen. Valentine est enchantée de pouvoir enfin suivre sa vocation. Ses parents, eux, sont désolés. À tout moment, sa mère a les larmes aux yeux. Quant à son père, il est tout-à-fait changé. Il n’a plus ni énergie, ni volonté, ni activité. La marche lui est pénible. Il ne chasse plus du tout et m’a plusieurs fois répété qu’il voudrait bien mourir. On a eu toutes les peines du monde à obtenir de Valentine qu’elle voulût bien attendre le retour d’Auguste qui passe son examen demain jeudi et arrivera le soir même à Upen. Elle n’a pu consentir à attendre le congé de vingt-huit jours qu’aura Charles après les grandes manœuvres. […] Il est donc irrévocablement décidé qu’elle entrera le 16 août aux Carmélites de Saint-Omer.» (Lettre du vicomte Gaston de Butler à son neveu Fernand de Butler. Château de Remaisnil, 25 juillet 1894. Archives Butler**.)


*. Se prononce [bajɛ̃ɡɛ̃].
**. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&p=valentine&n=le+sergeant+de+bayenghem


Article révisé le 19/12/2019.

François de Longvilliers, 1885

Portrait de François-Marie-Joseph-Antoine de Bernes de Longvilliers (Saint-Omer, 1884-?) à l’âge de huit mois. Photographie Lambert (26 rue de l’Amiral Bruix, Boulogne-sur-Mer), 1885. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.39.

Fils de Laurent-Marie-Arnold de Bernes de Longvilliers et de Marguerite-Maria Le Sergeant de Monnecove, domiciliés en 1903 à Rue (Somme).

Document complémentaire : feuillet matricule du contingent militaire, classe 1904. (AD Somme)


Article révisé le 11/12/2019.

Octave Le Sergeant de Monnecove, v.1900

Portrait d’Octave-Gilbert-Marie Le Sergeant de Monnecove (Saint-Omer, 1833-Cannes, 1903). Photographie Edward Zarski (83 rue Nationale, Lille), v.1900. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.23.

Il vit ordinairement au château de La Vasserie à Lapugnoy près de Béthune. Fils d’Amédée Le Sergeant de Monnecove et de Zénobie Le Cardon du Bosquiel. Veuf d’Elisabeth Briet de Rainvillers, il meurt à l’Hôtel de la Plage à Cannes le 6 mars 1903. La déclaration de son décès a été faite en mairie de Cannes par Bernard Briet de Rainvillers (domicilié à Boismont), son gendre, et d’Albéric-Louis de Lencquesaing. 


Article révisé le 07/12/2019.

de Laage de Bellefaye, 1933

Faire-part de décès de la baronne de Laage de Bellefaye née Jeanne-Marie Le Sergeant de Monnecove, tertiaire de l’ordre de Saint-François d’Assise, membre de toutes les confréries et œuvres paroissiale, décorée de la médaille des familles nombreuses, pieusement endormie dans le Seigneur à Saint-Omer, le 24 mars 1933 dans sa 69e année. Deux exemplaires différents. Archives de Laprée, Quiestède, 4.FP0237 / 4.FP0239.


Article révisé le 07/11/2019.

Le Sergeant de Bayenghem, 1849

Souvenir pieux d’Henri-Charles-Alexis-Joseph Le Sergeant de Bayenghem (1833-1849), décédé à Paris le dimanche de la Passion, 23 mars 1849, à l’âge de 16 ans et 3 mois. Archives de Laprée, Quiestède, SP0066.


Article révisé le 01/11/2019.

Le Sergeant de Bayenghem, 1917

Souvenir pieux d’Auguste-Henri-Charles Le Sergeant de Bayenghem (1876-1917), chef de char dans l’artillerie d’assaut, tué à l’ennemi le 23 octobre 1917 à l’âge de 41 ans. Archives de Laprée, Quiestède, SP0068.

Auguste-Henri-Charles – selon son souvenir pieux – ou Auguste-Emmanuel-Henri-Félix – selon le registre matricule militaire et son acte de naissance.

Fils de Félix-Auguste-Henri-Charles Le Sergeant de Bayenghem (1835-1914) et de Marthe-Marie-Charlotte-Augustine de Butler (Remaisnil (Somme), 1840-Delettes, 1917). Il est déclaré par son père en mairie de Delettes accompagné de son concierge et de son garde particulier, indice d’isolement de cette famille. Il a vécu au château d’Upen d’Aval, hameau de Delettes, à 11 km de Quiestède par Thérouanne.

Vers 1905, il demande la main de sa jeune cousine Ghislaine de Butler (Nœux-les-Auxy, 1885-Amiens, 1968) mais celle-ci en préfère un autre, le chirurgien Victor Pauchet (Amiens, 1869-Amiens, 1936) qu’elle épouse en 1907. Son regard sur le jeune homme éconduit est sans fard :

« Si j’avais épousé mon cousin Bayenghem (le chasseur à courre et à pied de tout ce qui se présentait), j’aurais été une châtelaine du Nord. J’aimais ton grand-père passionnément et la vie qu’il m’a offerte était infiniment plus intéressante. J’ai eu une expérience de la vie beaucoup moins étroite, infiniment plus ample et j’ai connu un grand nombre de personnalités exceptionnelles que je n’aurais jamais approchées étant comtesse de Bayenghem. » (Souvenir de madame Victor Pauchet, née Ghislaine de Butler (1885-1968), à son petit-fils Louis, 1965.)

Il est incorporé au 4e régiment de cuirassiers (1897), y est nommé brigadier (1898) puis maréchal des logis (1899) et est envoyé dans la réserve de l’armée active en 1900 au terme du service des trois ans.
Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) le connaissait voire le fréquentait. Mobilisé en août 1914, il écrit à sa mère le 10 août (1.2323) : « Ma chère mère, J’ai rencontré samedi soir en gare de Saint-Omer Auguste de Bayenghem qui venait de s’engager. Il avait été pris malgré son œil perdu. »  De Bayenghem avait été en effet réformé en 1903 par la commission spéciale de Saint-Omer en raison de la perte de l’œil droit. Jacques de Lencquesaing écrit encore à sa mère le 15 août (1.2303) : « En prenant le train à Saint-Omer, j’ai rencontré de Bayenghem Auguste* qui s’est engagé dans les conducteurs de [?] du train des équipages. » 

Maréchal des logis au 33e groupe d’artillerie d’assaut, il meurt pour la France le 23 octobre 1917 au moulin de Laffaux (Aisne), tué à l’ennemi. Médaillé militaire (décret présidentiel du 28 décembre 1923) :

« Sous-officier énergique et plein d’allant, modèle d’entrain et de crânerie. Engagé en 1914 bien que dégagé de toute obligation militaire. A trouvé une mort glorieuse le 23 octobre 1917 à l’attaque du moulin de Laffaux. » 

Croix de guerre avec palme. 

Sa photographie en ovale a été repérée parmi les morts pour la France en l’église de Delettes. Communication de M. Rudy Pauchet.

Sources : registre des naissances de Delettes (Pas-de-Calais), registre des feuillets matricules.


Article révisé le 01/11/2019.