bail de la ferme de Mesplau (au Locon), 1823

Bail de neuf ans de la ferme de Mesplau (bâtiments, manoirs, prairies, bosquets et terres à labour en 42 ha 16 a 18 c (118 mesures, 3 quartiers et demi, 12 verges)) au Locon consenti par Louis de Lencquesaing (1763-1854) à Reine-Joseph Delerue, veuve de Benoît-Joseph Pannier, qui l’occupe déjà en vertu d’un bail passé par devant le notaire Hermand et son confrère à Aire le 15 juillet 1814. Fermage fixé à 2 400 francs. Béthune (notaire Herreng), 10 août 1823. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2875.


Article révisé le 21/06/2020.

foi et hommage pour trois fiefs au Locon, 1775

Foi et hommage fait au bureau des finances et domaines de la généralité de Lille par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), ancien capitaine au régiment de Navarre, pour trois fiefs tenus du roi à cause de son château de Béthune, échus à lui par le trépas le 11 décembre 1774 d’Eugène-Joseph Dupuich, écuyer, seigneur de Mesplau : la paierie de Salau au village du Locon, les fiefs de Mesplau, également au Locon (28 mesures / 19 mesures et rentes seigneuriales). Lille, 4 mai 1775. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2804.


Article révisé le 14/03/2020.

lettre d’un érudit arrageois, 1925

Lettre d’un érudit arrageois à André de Lencquesaing (1893-1976) comprenant un crayon généalogique Dupuich. Arras, 8 juillet 1925. Archives de Laprée, Quiestède, 4.0215.


Article révisé le 06/02/2020.

fondation d’un monastère à Béthune, 1635

Fondation du monastère de la Paix du Saint-Esprit à Béthune par Anthoine de La Ruelle et Anne Thorel, sa femme, 17 décembre 1635. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J68.I.5 (papiers Dupuich).

Sœur Marie-Jenne Aucoustel, prieure ; Marie-Placide Enlart, sous-prieure ; Barbe Raulin, ancienne prieure de la Paix du Saint-Esprit en la ville de Béthune. Elles représentent tout le couvent.

Elles reconnaissent et confessent avoir reçu d’Antoine de La Ruelle, sieur de Moncourt, Bois-[Pol…], naguère échevin de Béthune, et de damoiselle Anne Thorel, sa femme, la somme de 5 000 florins employés en l’achat de la maison au seigneur de Verquigneul en la rue des Annonciades, tenant au refuge de l’abbaye de Chocques, aux remparts de ladite ville, et à deux rues par une partie et par autres parties.

5 000 autres florins ont été employés au bâtiment et construction de l’église. 

Continuer la lecture de « fondation d’un monastère à Béthune, 1635 »

vœux solennels de sœur Julie, 22 juin 1736

Certificat de profession et de vœux solennels de religion de sœur Isbergue-Françoise-Julie Dupuich de Mesplau dite de Sainte-Julie (1715- >1752) le 22 juin 1736. Paris, 23 juin 1736. Signé sœur Luce d’Artagnan de Montesquiou, prieure de la Madeleine de Traisnel. Archives départementales du Pas-de-Camais, fonds Clouët des Pesruches, 43J71/24.

Le contrat de profession est généralement un acte notarié dans lequel les parties contractantes, à savoir la famille d’une part et la communauté religieuse d’autre part, acquiescent à l’entrée au couvent de la demoiselle. Les conditions sont, pour la famille, de servir une pension viagère à la future bénédictine et, pour le prieuré, de lui assurer, sa vie durant, entretien, nourriture et logement. La pension viagère n’était pas invariablement fixée à 300 livres, contrairement à ce qu’a écrit Jèze dans son Tableau de Paris. Les sommes varient dans ce prieuré de 100 à 1 200 livres, suivant la fortune des familles.

Dans un registre des titres du prieuré, conservé aux Archives nationales, dans le chapitre intitulé Pensions viagères (AN, S4603), on lit : « Le 23 juin 1736, reçu en aumône pour la dot de ma sœur Mesplau, de Sainte-Julie, la somme de 8 000 livres, plus pour les frais de sa profession, 1 500 livres. »

Les entrées en religion donnaient toujours lieu à d’importantes cérémonies dans le chœur de l’église. Un cérémonial à l’usage des religieuses de Traisnel, datant de 1684, nous donne les formules de la prise d’habit des novices, dans ce doux français fluide du Grand Siècle qui donne aux mots la grâce d’une langue morte.

– Ma fille, quel est votre dessein et que demandez-vous ?

– Mon Révérend Père, mon dessein est de me consacrer à Dieu dans ce monastère et d’y embrasser la vie religieuse. Je vous demande très humblement la grâce d’y être reçue pour faire mon année de probation dans le noviciat.

Après une série de considérations sur le courage et l’abnégation dont il faut être doué pour renoncer volontairement au monde et à ses attraits, sur le dépouillement du vieil homme et sur l’esprit de sacrifice, la novice enlevait « les colliers de perles et les mouchoirs de points » dont elle pouvait être parée, et ses compagnes lui passaient les vêtements ecclésiastiques. Elle se prosternait ensuite, « les cheveux épars », devant la prieure qui lui en coupait quelques mèches. Des oraisons, des cantiques, des aspersions d’eau bénite, et la cérémonie prenait fin.

La profession était plus émouvante :

– Ma fille, demandait le célébrant, êtes-vous résolue de garder la règle de Saint-Benoît et les coutumes de cette maison toute votre vie, et croyez-vous pouvoir le faire ?

– Mon Révérend Père, répondait la novice, j’espère que Dieu, qui m’a donné ce dessein et qui a commencé en moi cette œuvre de sa miséricorde, l’achèvera et la perfectionnera jusqu’à la fin.

Les vœux étant prononcés et signés à la suite d’un formulaire écrit à l’avance, la professe se couchait sur le tapis du chœur et deux sœurs étendaient sur elle le drap mortuaire, entouré de six chandeliers. Les religieuses poursuivaient alors l’antienne pendant que la mère prieure aspergeait la professe d’eau bénite, trois fois de chaque côté. L’oraison finie, la prieure relevait le coin du drap, la professe se redressait et venait se mettre à genoux devant elle pour y recevoir la couronne que celle lui posait sur la tête. La cérémonie était alors terminée.

Cérémonial pour les religieuses bénédictines du prieuré de La Magdeleine Lez Trenels, establiy à Paris rüe Charonne, Faux-bourg S. Antoine, Paris, Jacques Langlois, 1684, un volume in 8°.

En savoir plus sur le prieuré de la Madeleine de Traisnel à Paris. À la page 12 de cet ouvrage, il apparaît qu’en 1738 sœur de Sainte-Julie fait toujours partie de la communauté ainsi, page 62, qu’en 1749 et, page 105, en 1752. 

 

traisnel

 


Article révisé le 07/10/2019.

lettre de la prieure à l’oncle Dubois de Chocques, 1736

Lettre de sœur Luce d’Artagnan, prieure de la Madeleine de Traisnel, à Eugène-Lamoral Dubois de Chocques (1687-1755), rue de Condé à Paris, 20 juin 1736. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J71/24.

« Je m’étais flatté, Monsieur, que nous aurions l’honneur de vous voir avant la profession de notre novice et que je pourrais vous convaincre par ma façon d’agir de l’estime et de la considération que j’ai pour vous. Si j’avais l’honneur d’être connue de vous, Monsieur, vous ne me soupçonneriez pas d’intérêts. Je n’ai jamais été obligée de m’en justifier mais je crois devoir à mon honneur et à ma conscience les assurances que je vous donne aujourd’hui que je n’ai eu aucune part directe ou indirecte dans les propositions que ma sœur Mesplau vous a faites, que je les ai ignorées aussi bien que les lettres qu’elle a écrites à ce sujet et que ce qu’elle a fait à mon insu et à celui de la maîtresse des novices n’a été que dans la crainte que nous ne l’empêchassions de le faire parce qu’elle sait comment nous pensons à cet égard. Je porte même la délicatesse sur cet article si loin que je ne fais jamais aucune convention avec les parents des novices et ne leur parle d’affaires qu’après la réception des novices, c’est-à-dire lorsqu’il n’est plus à notre pouvoir de les renvoyer. Ainsi, Monsieur, je n’ai point agi différemment pour mademoiselle votre nièce. Mon amitié pour elle est indépendante de tout intérêt mais elle me fait vivement ressentir le chagrin qu’elle a d’être privée de l’honneur de vous voir et que vous ne vouliez pas même être témoin de son sacrifice. Si quelque chose est capable de troubler la joie qu’elle a de se donner au Seigneur, c’est de voir le peu de part que sa famille y prend. Vous me direz sans doute, Monsieur, qu’elle se l’est attiré car on dit qu’elle a vous mandé des choses qui vous ont déplu mais une jeune personne manque d’expérience et ne sent peut-être pas la valeur de ses expressions car assurément elle a le cœur très bon et reconnaissant et sait toutes les obligations qu’elle vous a. Ainsi, Monsieur, je vous supplie d’oublier les torts qu’elle peut avoir et soyez persuadé de l’estime et de la parfaite considération avec laquelle je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissante servante. Sœur Dartagnan, prieure de la Madeleine de Trenel le 20 juin 1736. Nous avons résolu de faire la profession de M. de Mesplau vendredi 22 de ce mois à neuf heures du matin. Ce serait une grande joie, Monsieur, pour nous de vous y voir. » 


Article révisé le 07/10/2019.

supplique aux échevins de Béthune, 1732

Supplique d’Eugène-Lamoral Dubois de Chocques (1687-1755) aux échevins de la Ville de Béthune, pour qu’ils ordonnent à sa nièce, Isbergue-Françoise-Julie Dupuich (1715-?) de se rendre incessamment chez son oncle ou de se retirer six mois dans un couvent en qualité de pensionnaire, à Arras, Douai ou Marquette, 1732. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J71/21.   

« La famille a trouvé bon de confier l’éducation de ladite demoiselle aux dames de La Madeleine de Tresnel à Paris, où le suppliant l’a mise pensionnaire. Et la famille ayant trouvé bon de faire revenir ladite demoiselle qui est âgée de dix-sept ans chez son tuteur, le suppliant s’est transporté dans la ville de Paris dans le dessein de retirer ladite demoiselle dudit couvent et la ramener chez lui. Mais les dames prieure et religieuses dudit couvent ont refusé de la lui remettre sous prétexte que ladite demoiselle vouloit se faire religieuse audit couvent. »

Continuer la lecture de « supplique aux échevins de Béthune, 1732 »