lettre à la cousine Godefroy, 1810

Copie autographe d’une lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856), sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819), relative notamment au mariage d’un cousin Fouler de Relingue, 1er janvier 1810. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0840.

Du 1er de l’an 1810.

Qui se serait attendu, mon aimable cousine, qu’après vous avoir montré mon cœur à découvert, vous auriez encore douté de la véracité de ma confiance ? Ah vraiment ! Vous me faites injustice. Que puis-je ajouter à ce que je vous ai dit ? Rien présentement. Puisque mes écritures n’ont pas le talent de vous convenir, je me réserve de reprendre cet entretien de vive voix. Peut-être qu’alors vous vous laisserez persuader par la simplicité et la sincérité de mes disc[ours ?] et j’espère que vous saurez [démêler ?] que je ne suis point dissimulé avec mes amis. Mais brisons là-dessus car votre obstination à ne pas vouloir m’en croire me fait de la peine.

Continuer la lecture de « lettre à la cousine Godefroy, 1810 »

domicile de Denis-Charles Godefroy, 1837

Journal des communes :  recueil périodique de décisions administratives et judiciaires à l’usage des maires, des officiers municipaux, des juges de paix et des habitants de la campagne, tome 11, Paris, 1838, p.95.


Article révisé le 18/09/2019.

inquiétude pour l’oncle d’Oxelaëre, 1829

Lettre de Denis-Charles de Godefroy-Ménilglaise (1795-1877)* à son oncle Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), député du Nord. Lille, 29 juin 1829. Fonds Clouët des Pesruches, 100/6.

Lille, 29 juin 1829.

Mon bon oncle,

J’ai beaucoup différé à répondre à votre dernière lettre, espérant pouvoir le faire de vive voix. Maintenant que je sais que vous ne quittez point Paris avant la mi-juillet, je profite de l’occasion d’A[r. ( ?)] de Garsignies pour vous adresser une petite dépêche.

Continuer la lecture de « inquiétude pour l’oncle d’Oxelaëre, 1829 »