lettre de la baronne van Overbeke, 1929

Lettre de la baronne van Overbeke (51 square Marie-Louise, Bruxelles) à André de Lencquesaing (1893-1976). Bruxelles, 10 octobre 1927. Archives de Laprée, Quiestède, 4.0149.


Article révisé le 06/02/2020.

Potteau d’Hancardrie-Lencquesaing, 1833 et 1858

Souvenir pieux de messire Louis Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (officier de la Légion d’honneur, conseiller de préfecture et président du conseil général du Nord, décédé à Paris le 18 juin 1833 âgé de 63 ans) et de dame Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), son épouse, décédée le 14 novembre 1858 âgée de 84 ans. Archives de Laprée, Quiestède, SP0024 et SP0091 (illustration différente au verso).


Article révisé le 24/11/2019.

 

Louis Potteau au collège de Navarre, 1786-1788

Cahier de classe de Louis Potteau (1770-1833), élève au collège de Navarre, 1786-1788. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J99/3.

À la veille de la Révolution, c’est l’un des établissements parisiens les plus avancés pour l’enseignement de la science moderne, telle qu’elle a été conçue par Newton. Dès juillet 1752, Louis XV y a créé une chaire de physique expérimentale. Supprimé à la Révolution, le Collège de Navarre voit ses locaux affectés à l’École polytechnique par Napoléon en 1805. 


Article révisé le 29/09/2019.

compagnie d’assurances contre la grêle, 1835

On pense communément que la noblesse du XIXe siècle, en-dehors de l’ordre éternel des champs, manifeste un intérêt très relatif pour les affaires en raison de réticences morales au profit et spécialement au profit tiré de spéculations.  

Le principe de l’assurance étant de permettre à l’assuré d’acquérir non pas un bénéfice mais une indemnité, les compagnies d’assurances suscitent l’intérêt de nobles en raison de l’évidence de leur moralité et de l’utilité de leur objet, tout en offrant la sécurité des rendements par les mathématiques (probabilités, statistique) appliquées à la gestion des risques, autrement dit l’actuariat que la noblesse d’Ancien Régime avait déjà expérimenté dans ces rentes viagères qu’elle prisait particulièrement.   

En janvier 1835, Louis-Philippe autorise par une ordonnance la société anonyme lilloise Compagnie d’assurances contre la grêle pour le département du Nord au capital d’un million de francs dont les statuts ont été déposés chez le notaire Deledicque.

Continuer la lecture de « compagnie d’assurances contre la grêle, 1835 »

d’Aire à Sains…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Aire, 26 juillet 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 26 juillet.

Je me suis rendue aux instances de toute la famille, mon cher ami, pour rester ici le vendredi. Je profite de ce séjour pour t’écrire un mot.

Notre voyage s’est fort bien passé ainsi que celui de Décamp. Et demain, à sept heures et demie, nous partons pour Sains. Tu auras su notre exactitude à partir hier car, à cinq heures moins un quart nous étions dans le cabriolet. J’ai eu bien du regret mon cher Coco de ne pouvoir t’embrasser avant mon départ. J’ai été plusieurs fois tentée d’entrer tout doucement dans ta chambre pour te donner un joli baiser mais j’ai été retenue par la crainte de te réveiller. Je sais comme tu aimes à dormir. Je me serais reprochée de troubler un sommeil si doux. Tu me sauras gré, j’espère, de ma discrétion car elle m’a coûté beaucoup.

Continuer la lecture de « d’Aire à Sains…, 18.. »

tu t’accoutumes fort bien à l’absence…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Marquain (Belgique), 16 septembre 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Marquain, ce 16 septembre.

En prenant la plume aujourd’hui, mon bon mari, je te préviens que c’est pour te gronder bien fort car je t’avoue que je suis fort touchée de voir ton peu d’empressement à revenir près de celle que tu appelles ta chère Joséphine.

Continuer la lecture de « tu t’accoutumes fort bien à l’absence…, 18.. »

te rappelles-tu le plaisir…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (chez monsieur Aronio de Lestrée, au n°74 de la rue Royale à Lille). Château de Sains (Hauteclocque), 2 août 1805. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 2 août 1805.

J’ai été fort sensible mon cher ami à ton exactitude à me répondre. Je vois que tu n’oublies pas ta Joséphine qui, de son côté, fait bien de même pour toi. Tu en jugeras par l’empressement que je mets à te répondre. J’éprouve tant de plaisir à m’entretenir avec le plus cher objet de mes affections que, malgré mon dégoût pour écrire, je sens une douceur extrême à le faire pour toi. Ne pouvant exprimer de vive voix mes sentiments, je trouve du soulagement à pouvoir le faire par l’intermédiaire d’une lettre.

Continuer la lecture de « te rappelles-tu le plaisir…, 1805 »

le bonheur de te presser sur mon cœur…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Paris). Château de Sains (Hauteclocque), 20 août 18(05) . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 20 août.

Je n’ai reçu ta lettre qu’aujourd’hui, cher et tendre ami. Je suis ravie d’apprendre que tu te décides à partir pour l’Artois le 21 ou le 22. Je me fais une fête d’aller te rejoindre à Aire. Je goûte fort ta proposition là-dessus. J’ai écrit à Beauroi pour savoir si nous ne gênerions pas ma tante et je l’ai chargé de te le dire naturellement après l’avoir sondée. Si cela était, tu pourrais te loger à l’auberge. Je m’y rendrais aussi. Parle à Beauroi avant de faire porter tes paquets. Je sais que ma tante est [illisible] et qu’elle s’en fait un grand embarras. J’ai chargé mon amie de m’envoyer [Medé ?] le 27 pour partir le 28. Son projet était de se rendre à Lille ce jour-là. Je l’engage à remettre au 29. J’espère qu’elle cèdera à nos instances.

Continuer la lecture de « le bonheur de te presser sur mon cœur…, 1805 »

autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1827

Lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1770-1840) à son cousin Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Paris). Lille, 13 mars 1827. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Lille, ce 13 mars 1827.

Mon cher cousin,

Je suis revenu ici samedi l’après-midi et j’y ai trouvé votre dernière lettre par laquelle vous m’annoncez le succès de mon affaire que je dois à vos bons soins. Je vous en fais mille remerciements et je vous prie de compter sur toute ma reconnaissance.
Je me propose de retourner à Saint-Omer un des jours de la semaine prochaine. J’espère y trouver l’expédition de la décision prise sur ma demande. J’ai trouvé Martial et son monde qui étaient arrivés le 6 de ce mois. Ils sont tous en bonne santé et se joignent aux personnes qui m’entourent pour les rappeler à votre bon souvenir et vous dire mille choses amicales.

Continuer la lecture de « autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1827 »

autre lettres d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825

Lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1770-1840) à son cousin Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Aire, 4 décembre 1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 4 décembre 1825.

Mon cher d’Hancardrie,

Dans le sac d’argent que j’envoie par monsieur Henri Menche à notre beau-frère commun, j’y ai joint un paquet à votre adresse contenant 151 francs payés par Fontaine le 23 novembre dernier que Lencquesaing vous remettra. Dans cette somme de 151 francs se trouvent 1° 61 francs pour fin du rendage de 1823 2° 90 francs pour l’importance de trois années d’intérêts d’une somme de 600 francs, la dernière échue le 10 août 1825. Cet occupeur vous doit encore les rendages de 1824 et 1825. Il m’a promis qu’il paierait pour l’époque de Pâques prochain. 220 francs pour 1824. Et comme c’est à cette condition que vous lui avez promis un nouveau bail, j’ai lieu de croire qu’il tiendra sa promesse, vu l’exactitude qu’il a mis [sic], cette fois, de venir payer à la foire d’Aire les 151 francs que je vous envoie.

Continuer la lecture de « autre lettres d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825 »