Potteau d’Hancardrie-Lencquesaing, 1833 et 1858

Souvenir pieux de messire Louis Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (officier de la Légion d’honneur, conseiller de préfecture et président du conseil général du Nord, décédé à Paris le 18 juin 1833 âgé de 63 ans) et de dame Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), son épouse, décédée le 14 novembre 1858 âgée de 84 ans. Archives de Laprée, Quiestède, SP0024 et SP0091 (illustration différente au verso).


Article révisé le 24/11/2019.

 

d’Aire à Sains…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Aire, 26 juillet 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 26 juillet.

Je me suis rendue aux instances de toute la famille, mon cher ami, pour rester ici le vendredi. Je profite de ce séjour pour t’écrire un mot.

Notre voyage s’est fort bien passé ainsi que celui de Décamp. Et demain, à sept heures et demie, nous partons pour Sains. Tu auras su notre exactitude à partir hier car, à cinq heures moins un quart nous étions dans le cabriolet. J’ai eu bien du regret mon cher Coco de ne pouvoir t’embrasser avant mon départ. J’ai été plusieurs fois tentée d’entrer tout doucement dans ta chambre pour te donner un joli baiser mais j’ai été retenue par la crainte de te réveiller. Je sais comme tu aimes à dormir. Je me serais reprochée de troubler un sommeil si doux. Tu me sauras gré, j’espère, de ma discrétion car elle m’a coûté beaucoup.

Continuer la lecture de « d’Aire à Sains…, 18.. »

tu t’accoutumes fort bien à l’absence…, 18..

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Marquain (Belgique), 16 septembre 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Marquain, ce 16 septembre.

En prenant la plume aujourd’hui, mon bon mari, je te préviens que c’est pour te gronder bien fort car je t’avoue que je suis fort touchée de voir ton peu d’empressement à revenir près de celle que tu appelles ta chère Joséphine.

Continuer la lecture de « tu t’accoutumes fort bien à l’absence…, 18.. »

te rappelles-tu le plaisir…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (chez monsieur Aronio de Lestrée, au n°74 de la rue Royale à Lille). Château de Sains (Hauteclocque), 2 août 1805. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 2 août 1805.

J’ai été fort sensible mon cher ami à ton exactitude à me répondre. Je vois que tu n’oublies pas ta Joséphine qui, de son côté, fait bien de même pour toi. Tu en jugeras par l’empressement que je mets à te répondre. J’éprouve tant de plaisir à m’entretenir avec le plus cher objet de mes affections que, malgré mon dégoût pour écrire, je sens une douceur extrême à le faire pour toi. Ne pouvant exprimer de vive voix mes sentiments, je trouve du soulagement à pouvoir le faire par l’intermédiaire d’une lettre.

Continuer la lecture de « te rappelles-tu le plaisir…, 1805 »

le bonheur de te presser sur mon cœur…, 1805

Lettre de Marie-Joseph de Lencquesaing (1774-1858), alias Joséphine, à son époux Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Paris). Château de Sains (Hauteclocque), 20 août 18(05) . Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Ce 20 août.

Je n’ai reçu ta lettre qu’aujourd’hui, cher et tendre ami. Je suis ravie d’apprendre que tu te décides à partir pour l’Artois le 21 ou le 22. Je me fais une fête d’aller te rejoindre à Aire. Je goûte fort ta proposition là-dessus. J’ai écrit à Beauroi pour savoir si nous ne gênerions pas ma tante et je l’ai chargé de te le dire naturellement après l’avoir sondée. Si cela était, tu pourrais te loger à l’auberge. Je m’y rendrais aussi. Parle à Beauroi avant de faire porter tes paquets. Je sais que ma tante est [illisible] et qu’elle s’en fait un grand embarras. J’ai chargé mon amie de m’envoyer [Medé ?] le 27 pour partir le 28. Son projet était de se rendre à Lille ce jour-là. Je l’engage à remettre au 29. J’espère qu’elle cèdera à nos instances.

Continuer la lecture de « le bonheur de te presser sur mon cœur…, 1805 »

lettre d’Armand d’Hancardrie à sa mère, 1830

Lettre d’Armand-Jules-Joseph Potteau d’Hancardrie (1819-1879) à Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), sa mère. Lille, 26 février 1830. Lettre adressée à Paris.  Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/5. 

Lille, le 26 février 1830.

Ma chère maman,
Je regrette bien, ma chère maman, de ne pouvoir pas vous embrasser comme mon bon papa ainsi que mon cher Ferdinand. Je parle souvent de vous.

Continuer la lecture de « lettre d’Armand d’Hancardrie à sa mère, 1830 »

Hippolyte aux arrêts, 1830

Lettre de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858) (à l’hôtel d’Orléans, rue des Petits Augustins à Paris). Versailles, 9 mars 1830. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Versailles, 9 mars 1830.

Mon cher papa et ma chère maman,

Je suis enchanté que Papa soit arrivé à Paris en bonne santé. Je vous prie de m’excuser si j’ai tardé à vous écrire mais comme la conduite que j’ai tenue a paru vous affecter vivement j’ai craint de vous tourmenter davantage en vous faisant savoir que je ne pouvais avoir le plaisir de vous voir puisque j’étais aux arrêts.

Continuer la lecture de « Hippolyte aux arrêts, 1830 »

congé de la maison des pages

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), sans date. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

J’ai encore recours à votre obligeance pour faciliter à mon fils les moyens de venir en congé.

Vous avez eu la bonté, l’année dernière, de me proposer de le réclamer près de monsieur le marquis de Creux et de le faire partir pour Paris où sa place avait été retenue d’avance à la diligence.

Continuer la lecture de « congé de la maison des pages »

l’uniforme d’Hippolyte

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), à monsieur le baron de La Bouillerie, intendant général de la Maison du Roi. Lille, 29 juillet 1827. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

Rajout en haut à droite :

Je vous prie de lui accorder cette faveur qui n’a point été refusée à ceux de ses camarades qui l’ont demandée l’année dernière. Permettez-moi, monsieur le baron, de profiter de cette occasion pour recommander spécialement mon fils à vos bontés. Je dirai même à votre indulgence car je sais qu’il en a besoin. S’il n’a pu vaincre les difficultés que représente l’étude des mathématiques, il aurait dû sans doute chercher à mériter par une conduite constamment irréprochable le suffrage de ses supérieurs. S’il ne l’a pas fait, s’il n’en est pas ainsi, je suis convaincu qu’il s’en repent bien sincèrement et qu’il s’efforcera de réparer ses torts. Je vous supplie de les oublier et ne pas le priver de l’avantage de passer à l’école de Paris après le congé car je craindrais qu’alors il ne fût complètement découragé. J’ai l’honneur.

Continuer la lecture de « l’uniforme d’Hippolyte »

Hippolyte et monsieur Drappier

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), à monsieur Drappier (de la maison des pages du Roi ?) au sujet de leur fils Denis-Louis-Hippolyte (1809-1856) , sans date. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

Mon fils m’avait informé que vous avez eu la bonté de lui écrire et de lui faire connaître le résultat de votre conversation avec monsieur Regnault et en me témoignant combien il était touché de cette nouvelle preuve d’intérêt que vous avez bien voulu lui donner. Il me [priait ?] de lui donner votre adresse pour vous exprimer toute sa reconnaissance, ce que je me suis empressé de faire. J’espère donc qu’il a eu l’honneur de vous écrire et de vous remercier, comme il devait, des sages et utiles conseils que vous avez bien voulu lui donner.

Continuer la lecture de « Hippolyte et monsieur Drappier »