visite du père de Ferdinand, mars 1824

Lettre de Jean-Nicolas Loriquet (1767-1845), vice-recteur (à partir de 1818) de Saint-Acheul, à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), relative à son fils Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) (au 40 rue d’Angoulême à Lille). Saint-Acheul, 13 mars 1824. Est inséré dans la lettre le brouillon ou copie de la lettre écrite par Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) à Jean-Nicolas Loriquet. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Continuer la lecture de « visite du père de Ferdinand, mars 1824 »

Ferdinand veut rentrer à Lille, 1823

Lettre de Julien Druilhet (1768-1845), recteur de Saint-Acheul, à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), relative à son fils Ferdinand-Romain-Joseph (1810-1870). Saint-Acheul, 28 janvier 1823. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Saint-Acheul, 28 janvier 1823.

Monsieur,

Je me hâte de vous tranquilliser sur notre cher enfant.

Le lendemain de votre lettre, j’ai eu avec lui un entretien assez long et à cœur ouvert. Il était à l’infirmerie depuis deux jours avec un peu de fièvre, résultat de ses ennuis et de ses regrets d’être séparé de vous, s’obstinant à ne point manger et disant qu’il ressentait beaucoup de mal à la poitrine.

Continuer la lecture de « Ferdinand veut rentrer à Lille, 1823 »

santé de Ferdinand, 1823

Lettre de Julien Druilhet (1768-1845), recteur de Saint-Acheul, à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), relative à son fils Ferdinand-Romain-Joseph (1810-1870). Saint-Acheul, 3 janvier 1823 (adressée à Lille). Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Monsieur,


Je me fais un plaisir de vous envoyer le bulletin de votre cher Ferdinand. Il sera doux pour vous d’y voir que nous en avons été contents sous tous les rapports. J’espère que sa santé s’est améliorée au milieu des douceurs de la maison paternelle.

Continuer la lecture de « santé de Ferdinand, 1823 »

Ferdinand souffrant, 1822

Lettre de Julien Druilhet (1768-1845), recteur de Saint-Acheul, à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), relative à la santé de son fils Ferdinand-Romain-Joseph (1810-1870). Saint-Acheul, 14 décembre 1822 (adressé à Lille, rue d’Angoulême). Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Saint-Acheul, 14 décembre 1822.

Monsieur,
La santé de notre cher Ferdinand est délicate ou plutôt il reçoit facilement ses impressions extérieures du climat un peu âpre de la Picardie. Mais, au fond, cette santé n’est point altérée. Ce sont des maux de gorge, des fluxions sur les joues, des rougeurs d’yeux… Tous maux extérieurs et fort peu dangereux. Je crois donc pouvoir hardiment vous rassurer sur ce bon petit enfant qui prend l’alarme et s’inquiète un peu facilement. Si jamais il avait quelque chose de grave, vous le sauriez dès l’origine, comptez sur moi.

Continuer la lecture de « Ferdinand souffrant, 1822 »

le bulletin de Ferdinand, décembre 1824

Bulletin du premier trimestre de Ferdinand d’Hancardrie, élève de quatrième au petit séminaire de Saint-Acheul à Amiens, 25 décembre 1824. Document accompagnant une lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) (au 49 rue de Bourbon à Paris). Saint-Acheul, 21 février 1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Continuer la lecture de « le bulletin de Ferdinand, décembre 1824 »

un bon bulletin en mauvais état, 1825

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) (au 49 rue de Bourbon à Paris). Saint-Acheul, 21 février  1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa,

Je vous fais mes excuses de ne vous avoir pas écrit plus tôt d’autant plus que je vois, en relisant votre lettre, que vous m’engagiez à vous réponse le plus tôt que je pourrais.

Continuer la lecture de « un bon bulletin en mauvais état, 1825 »

à l’approche du retour le 15 décembre, 1824

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) et Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), ses parents (au n°40 de la rue d’Angoulême à Lille). Saint-Acheul, 4 décembre 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa et ma chère maman,

Votre lettre m’a causé d’autant plus de joie que j’étais fort impatient d’en recevoir. C’est donc le 15 de ce mois que j’aurai le plaisir de vous revoir. J’en suis charmé.

Je vous prierai de m’apporter du taffetas d’Angleterre. Quand je me coupe, ce qui arrive encore assez souvent, je suis obligé d’en aller demander à ceux que je crois en avoir.

Continuer la lecture de « à l’approche du retour le 15 décembre, 1824 »

retour à la maison, 1824

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) et à Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), ses parents (au n°40 rue d’Angoulême à Lille). Saint-Acheul, 2 août 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa et ma chère maman,

Je me hâte de répondre à la lettre que je reçois aujourd’hui. Tout est arrêté pour les places. Je partirai par la grande diligence de Notre-Dame-des-Victoires (je crois qu’on l’appelle ainsi) à deux heures après-midi. Je serai à Lille à cinq heures du matin le 19. Vous ne pourrez peut-être pas vous y rendre chère maman mais je compte sur papa à cinq heures du matin. Arthur part par la diligence d’Amiens à Arras et il prend à Arras la diligence d’Aire ou de Saint-Omer, je ne me rappelle plus bien. J’attends de vous encor une lettre. Je viendrai moi-même vous en donner réponse à moins que vous ne me demandiez quelque chose très pressé. Je vous prie de présenter mes respects à tous mes parents, d’embrasser Armand pour moi et de faire mes compliments aux domestiques que je connois. J’espère que tout le monde se porte bien. Quant à moi, je me porte à merveille ainsi qu’Arthur et j’attends ainsi que lui le moment où nous aurons le plaisir d’embrasser nos bons parents.

Je suis avec respect votre fils qui vous chérit plus que la vie.

Ferdinand d’Hancardrie. 

Saint-Acheul, ce 2 août 1824.


Article révisé le 10/09/2019.

 

 

distribution des prix, 1824

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) (au 47 rue de Bourbon à Paris). Saint-Acheul, 6 juillet 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa,

Monsieur Charvet que j’ai vu samedi 26 du mois de juin m’a donné une lettre de vous qui m’a fait d’autant plus de plaisir que j’y ai vu que vous aviez oublié le chagrin que j’ai pu vous cause en tardant à vous écrire. Monsieur Charvet a eu la bonté de me faire sortir avec ses enfants. Je me suis fort amusé. Je n’ai pas manqué de le remercier de sa bonté lorsqu’il m’a reconduit à Saint-Acheul.

Continuer la lecture de « distribution des prix, 1824 »

bonne fête papa, 1821

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) à l’occasion de sa fête. Lille, 24 août 1821. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Lille, le 24 août 1821

Mon cher papa,

Avec quel plaisir je vois approcher les époques qui peuvent me procurer l’occasion de vous exprimer mes sentiments. Je saisis donc avec empressement le jour de votre fête pour vous reproduire les vœux que je ne cesse de former pour votre bonheur.

Continuer la lecture de « bonne fête papa, 1821 »