la conduite d’Hippolyte, 1822

Copie de deux (?) courriers écrits par Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) sur une invitation à invitation à dîner le mardi 8 janvier (1822) (4 heures) chez monsieur et madame de Courcelles. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4. Concernant Hippolyte d’Hancardrie (1809-1856), cette copie de correspondance a été versée par erreur dans la correspondance relative à son frère Ferdinand (1810-1870). 

Mademoiselle de La… m’a fait l’honneur de me faire part / de m’écrire et de m’annoncer que mon fils avoit profité de vos sages conseils et que l’on était satisfait de sa conduite et que vous aviez eu la bonté de lever ses arrêts le premier jour de l’an. Cette nouvelle m’a comblé de joie et pénétré de reconnaissance pour vous, monsieur, à qui je dois le changement heureux qui s’est opéré dans la conduite mon fils. Veuillez je vous prie de recevoir mes sincères remerciements pour tant de témoignages de bienveillance et conservez à ce jeune homme l’intérêt que vous avez daigné lui marquer et qui lui a été si profitable.

Continuer la lecture de « la conduite d’Hippolyte, 1822 »

Hippolyte en pension, 1821

Lettre de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858) (au n°40 de la rue d’Angoulême à Lille). Paris, 12 août 1821. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Paris, 12 août 1821.

Mon cher papa,
J’ai reçu votre lettre avec beaucoup de plaisir en apprenant que vous étiez arrivé sans accident ainsi qu’Adélaïde. J’ai reçu votre lettre le jeudi 9 août. Je suis bien aise qu’il [?] mieux à Adélaïde et que vous vous portez tous bien.

Je vous prie de présenter mes respects à maman, à ma tante [d’Olnois ?], à ma tante La Chaussée et à mon oncle et à ma cousine Potteau, bien des compliments à Adélaïde.

Continuer la lecture de « Hippolyte en pension, 1821 »

Hippolyte et la Garde nationale, 1833

Bulletin des arrêts de la cour de Cassation, année 1833. Chambre criminelle, volume 38. Annulation le 7 septembre 1833 sur le pourvoi de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856), d’un jugement rendu contre lui par le conseil de discipline du 5e bataillon de la garde nationale de Lille le 2 avril 1833.


Article révisé le 24/08/2019.

Hippolyte à Saint-Omer, 1824

Lettre de Paschal, vicaire, à Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (député du Nord, à Paris), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858). Saint-Omer, 29 décembre 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Monsieur,

Je joins mes vœux à ceux de notre cher Hippolyte. Ils renferment bien des choses et je vous prie de croire à toute leur sincérité. On en fait beaucoup dans le moment actuel qui ne consistent qu’en paroles mais les miens partent du cœur et s’étendent à tout ce qui peut vous plaire. Puisse surtout votre santé se soutenir au milieu de vos pénibles fonctions pour le bonheur d’un département que vous représentez si bien et celui de vos enfants qui trouvent en vous un père si tendre ! C’est un de mes plus ardents désirs et j’ai l’honneur de vous l’offrir entre tant d’autres que je forme pour vous.

Continuer la lecture de « Hippolyte à Saint-Omer, 1824 »

vœux de 1825 d’Hippolyte

Lettre de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (au n°49 de la rue de Bourbon, faubourg Saint-Germain à Paris), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858). Saint-Omer, 28 décembre 1824. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Saint-Omer, ce 28 décembre 1824.

Mon cher papa,

Je profite d’une occasion pour vous écrire et je crois que monsieur Paschal vous écrira aussi par la même occasion. J’espère que vous êtes arrivé à Paris en bonne santé et que vous vous portez toujours bien.

Je vous remercie beaucoup des cinq francs que vous avez bien voulu me faire donner par mon cousin Martial qui a toujours beaucoup de bontés pour moi ainsi que ma cousine dont le petit garçon se porte très bien et est fort gentil.

Continuer la lecture de « vœux de 1825 d’Hippolyte »

Hippolyte à Saint-Omer, 1825

Lettre d’Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (au n°49 de la rue de Bourbon, faubourg Saint-Germain à Paris), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858). Saint-Omer, 12 janvier 1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Saint-Omer, 12 janvier 1825.

Mon cher papa,

Je profite de l’occasion d’un pensionnaire anglais qui est chez monsieur Paschal pour répondre à votre lettre. Comme il va à Paris, il m’a demandé si je voulais quelque chose pour vous. Comme il a bien voulu avoir cette bonté-là, je lui ai donné cette lettre.

J’espère que vous vous portez toujours bien depuis que j’ai reçu de vos nouvelles. Je me porte très bien aussi. Je vous prie de dire bien des choses de ma part à Ferdinand et à Arthur quand vous lui écrirez. Monsieur Paschal a cherché un maître de dessin. Je crois que je commencerai lundi. Je vous remercie d’avoir bien voulu me le faire apprendre.

Continuer la lecture de « Hippolyte à Saint-Omer, 1825 »

Hippolyte aux arrêts, 1830

Lettre de Denis-Louis-Hippolyte Potteau d’Hancardrie (1809-1856) à son père Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858) (à l’hôtel d’Orléans, rue des Petits Augustins à Paris). Versailles, 9 mars 1830. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/2.

Versailles, 9 mars 1830.

Mon cher papa et ma chère maman,

Je suis enchanté que Papa soit arrivé à Paris en bonne santé. Je vous prie de m’excuser si j’ai tardé à vous écrire mais comme la conduite que j’ai tenue a paru vous affecter vivement j’ai craint de vous tourmenter davantage en vous faisant savoir que je ne pouvais avoir le plaisir de vous voir puisque j’étais aux arrêts.

Continuer la lecture de « Hippolyte aux arrêts, 1830 »

congé de la maison des pages

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), sans date. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

J’ai encore recours à votre obligeance pour faciliter à mon fils les moyens de venir en congé.

Vous avez eu la bonté, l’année dernière, de me proposer de le réclamer près de monsieur le marquis de Creux et de le faire partir pour Paris où sa place avait été retenue d’avance à la diligence.

Continuer la lecture de « congé de la maison des pages »

l’uniforme d’Hippolyte

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), à monsieur le baron de La Bouillerie, intendant général de la Maison du Roi. Lille, 29 juillet 1827. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

Rajout en haut à droite :

Je vous prie de lui accorder cette faveur qui n’a point été refusée à ceux de ses camarades qui l’ont demandée l’année dernière. Permettez-moi, monsieur le baron, de profiter de cette occasion pour recommander spécialement mon fils à vos bontés. Je dirai même à votre indulgence car je sais qu’il en a besoin. S’il n’a pu vaincre les difficultés que représente l’étude des mathématiques, il aurait dû sans doute chercher à mériter par une conduite constamment irréprochable le suffrage de ses supérieurs. S’il ne l’a pas fait, s’il n’en est pas ainsi, je suis convaincu qu’il s’en repent bien sincèrement et qu’il s’efforcera de réparer ses torts. Je vous supplie de les oublier et ne pas le priver de l’avantage de passer à l’école de Paris après le congé car je craindrais qu’alors il ne fût complètement découragé. J’ai l’honneur.

Continuer la lecture de « l’uniforme d’Hippolyte »

Hippolyte et monsieur Drappier

Brouillon ou copie d’une lettre de Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), à monsieur Drappier (de la maison des pages du Roi ?) au sujet de leur fils Denis-Louis-Hippolyte (1809-1856) , sans date. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/3.

Mon fils m’avait informé que vous avez eu la bonté de lui écrire et de lui faire connaître le résultat de votre conversation avec monsieur Regnault et en me témoignant combien il était touché de cette nouvelle preuve d’intérêt que vous avez bien voulu lui donner. Il me [priait ?] de lui donner votre adresse pour vous exprimer toute sa reconnaissance, ce que je me suis empressé de faire. J’espère donc qu’il a eu l’honneur de vous écrire et de vous remercier, comme il devait, des sages et utiles conseils que vous avez bien voulu lui donner.

Continuer la lecture de « Hippolyte et monsieur Drappier »