lettre de Charles Brunet de La Charie, 1926

Lettre de Charles Brunet de La Charie (1870-1945) à André-Joseph de Lencquesaing (1893-1976) (au 143 avenue de Suffren, Paris) relative aux des Minières d’Halewyn, aux Fromentin, à l’identification d’un Fourmestraux sur une miniature, à la mort à Soueïda (Syrie) de François Vandercruisse de Waziers (1900-1926). Sainte-Austreberthe, 7 mai 1926. Archives de Laprée, Quiestède, 4.0169.


Article révisé le 06/02/2020.

Alexandrine du Haÿs, v.1880

Portrait d’Alexandrine-Joseph-Marie Vandercruisse de Waziers (1823-1903), épouse d’Yves-Maurice-Charles-Sylvain du Haÿs. Photographie L. Subercaze (33 rue Bayard, Pau), v.1880. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.22.


Article révisé le 07/12/2019.

Anatole de Melun à la fin de sa vie

Portrait du comte Anatole-Louis-Joachim-Joseph de Melun (1807-1888). Photographie Le Jeune (L. Joliot, successeur) (350 rue Saint-Honoré, Paris), v.1880. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0103.19.

Anatole-Louis-Joachim-Joseph vicomte de Melun (1807-1888) – ancien élève de l’école Polytechnique, officier d’artillerie, chevalier de l’ordre militaire de Léopold de Belgique – a épousé Marie-Aldegonde-Joseph Vandercruisse de Waziers (1814-1884), sœur de Mélanie-Joseph-Marie Vandercruisse de Waziers (1816-1906). Il est donc un oncle d’Albéric de Lencquesaing (1851-1936).


Article révisé le 01/12/2019.

le coffre de M. de Waziers

Coffret en argent et vermeil large de 210 mm, long de 160 et haut de 130, porté sur quatre pieds en argent à forme d’escargot. La base sur laquelle repose le coffret proprement dit et le rebord du couvercle  sont en vermeil et décorés de divers motifs : rinceaux, fleurs, masques et monstres, exécutés au repoussé avec beaucoup de soin. 

Le corps même du coffret et le plat du couvercle présentent des appliques en argent d’un haut relief. Le travail de ciselure rappelle les œuvres les plus riches et les plus délicates de la Renaissance. On ignore le nom du ciseleur. M. de Longpérier, membre de l’Institut, a déclaré après avoir étudie ce coffret lors de l’Exposition rétrospective de Paris en 1878, qu’il est l’oeuvre d’un artiste espagnol. Cet objet d’art a été donné en présent par Philippe IV, roi d’Espagne, à Rubens, lors de son ambassade auprès de ce roi en 162b. 

II était possédé au XVIIIe siècle par Jean-Charles-Joseph baron de Borrekens, d’Anvers, arrière-petit-fils par sa femme, Isabelle-Marie-Aldegonde Goubau, de Pierre-Paul Rubens et son héritier du chef de son fils Nicolas, né d’Isabelle, sa première femme. Le baron de Borrekens le donna en 1785 à Charles-Michel van der Çruisse de Waziers, son petit-fils du côté maternel et son filleul.

Il était encore au début du XXe siècle l’une des plus belles pièce de la riche collection de tableaux et d’objets d’art que le comte Louis de Waziers avait installée dans son château du Sart, près de Lille.

Le baron Jean de Borrekens garda pour l’héritier de son nom l’aiguière avec bassin donnée à Rubens par les archiducs Albert et Isabelle. Ce dernier objet d’art était signalé en 1903 dans la famille du baron Constantin de Borrekens, à Anvers.

Source :

L’Art pour tous. Encyclopédie de l’art industriel et décoratif, 42e année, 15 septembre 1903. Un coffret possédé par le comte Louis de Waziers y illustre l’art de l’orfèvrerie de l’école espagnole du XVIIe siècle.


Article révisé le 10/11/2019.

éloge funèbre du père de Mélanie de Waziers, 1862

Éloge funèbre de messire Charles van der Cruisse de Waziers prononcé le 18 mars 1862 par M. le Doyen de l’église Saint-André à Lille, Lille, Imprimerie de Lefebvre-Ducrocq, 1862, 12 p. Accès au livret

« Et erat vir simplex et reclus, ac timens Deum et recedens a malo. » / « C’était un homme simple et droit, craignant Dieu et s’éloignant du mal. » (Job, c.1, v.1)

En présence de la dépouille mortelle de ses enfants, l’Église ne demande ordinairement que des prières ; mais lorsque la mort vient enlever un de ces hommes dont la perte excite des regrets unanimes et qui devient comme un deuil public, il convient, il est juste, de publier ses vertus devant l’assemblée des chrétiens. 

C’est, je l’avoue, témérité de ma part que d’entreprendre de faire devant cette nombreuse assemblée l’éloge de messire Charles-Michel-Hugues-Joseph van der Cruisse de Waziers ; mais, mes frères, il est de ces entraînements de cœur auxquels on ne résiste pas, et, si je ne remplis ma tâche que d’une manière imparfaite, vous ne serez pas moins convaincus que celui qui est l’objet de nos regrets et de nos larmes, a bien rempli sa carrière, qu’il est mort plein de vertus et de mérites, qu’il a été l’homme simple et droit, craignant Dieu et s’éloignant du mal, paroles qui renferment l’éloge le plus complet, puisqu’elles sortent de la bouche du Saint Esprit.

Continuer la lecture de « éloge funèbre du père de Mélanie de Waziers, 1862 »

Tite-Live dans la bibliothèque de M. de Waziers

TITE-LIVE, Histoire romaine, traduite en français. XIVe siècle (vers 1358). Bibliothèque Nationale de France, NAF27401. Accès au manuscrit.  

Parchemin. Réglure à l’encre et à la mine de plomb. Copié au moins par deux scribes parmi lesquels on reconnaît la main de Raoulet d’Orléans qui copie les trois premiers et le dernier cahier de la Première Décade.

Manuscrit de l’Histoire romaine de Tite-Live traduite par Pierre Bersuire, portant à la fin de la IVe Décade un colophon qui date l’achèvement de la traduction de peu après le 21 septembre 1358. La copie du texte est de peu postérieure. Le manuscrit qui devait être à l’origine en plusieurs volumes, ne contient plus aujourd’hui que la moitié de la Ire Décade et la IVe Décade. Il a été relié à l’envers au XVIIIe s.

Ce manuscrit est vraisemblablement l’exemplaire de dédicace de la traduction au roi Jean le Bon. Il ne figure pas dans l’inventaire de la librairie de Charles V. A appartenu dès la fin du XVIIIe siècle à la famille Vandercruisse de Waziers. Reliure XVIIIe s. en veau raciné portant les armes de la famille Vandercruisse de Waziers. 

Il a été acheté par la Bibliothèque Nationale de France en vente publique (Drouot, Pierre Bergé & associés, 7 décembre 2004, 250 000 EUR).


Article révisé le 10/11/2019.

trésors de la bibliothèque du château du Sart, 1931

«  On a récemment signalé plusieurs offres de vente, qui ont été faites en France et à l’étranger, de différents manuscrits et incunables disparus au cours de la dernière guerre de l’une des plus importantes collections privées du nord de la France, la bibiothèque Van der Cruisse de Waziers, conservée au château du Sart, près Lille. La liste sommaire de ces volumes, qui vient de nous être communiquée et que nous reproduisons, pourra permettre de les identifier. »

S’ensuivent ces douze références :  

Continuer la lecture de « trésors de la bibliothèque du château du Sart, 1931 »

souvenir du duché de Bourgogne dans la bibliothèque de M. de Waziers

QUINTE-CURCE, Faiz et conquestes d’Alexandre. Traduction en langue française de Vasque de Lucène. Manuscrit enluminé sur papier et parchemin. Seize grandes miniatures peintes en grisaille et semi-grisaille attribuables au Maître des Grisailles fleurdelisées (avec la participation du Maître de la Toison d’or de Vienne et de Copenhague ?). France, sans doute Lille, vers 1470-1480.

Continuer la lecture de « souvenir du duché de Bourgogne dans la bibliothèque de M. de Waziers »

Vandercruisse de Waziers, 1913

Souvenir pieux de Marie-Stéphanie-Léontine du Passage, comtesse van der Cruisse [Vandercruisse] de Waziers (1841-1913), née à Lignières (Somme) le 21 mai 1841, décédée à Lignières (Somme) le 16 juin 1913. Archives de Laprée, Quiestède, SP0015.


Article révisé le 04/11/2019.