mariage de Jehan de Lencquesaing à Anvers, 1579

Lettre de Werner de Haerne (1860-1933) à André de Lencquesaing (1893-1976) lui annonçant notamment avoir retrouvé le mariage de Jehan de Lencquesaing (1555->1602) et d’Anne Masson (1563->1602) en 1579 (f°670) dans les registres paroissiaux de l’église de Notre-Dame à Anvers. Bruges (11, rue de l’Équerre), 19 novembre 1925. (4.1262)


Article révisé le 01/11/2019.

noms de pays : XVII provinces

« Contrée d’Europe composée de dix-sept provinces, situées entre l’Allemagne, la France et la mer du nord. […] Huit de ces provinces qui sont vers le nord, ayant secoué la domination espagnole, formèrent une République qui est aujourd’hui la plus puissante de l’Europe et qu’on connaît sous le nom de Provinces-Unies. »

Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, tome XII. Article Pays-Bas écrit par le chevalier de Jaucourt (1704-1779).

Parlons de ce pays maintenant disparu des cartes qui a légué sa vieille atmosphère un peu à la Flandre française, beaucoup à la Belgique et aux actuels Pays-Bas. Les Dix-Sept Provinces des Pays-Bas font partie d’un ensemble politique constitué aux marges du royaume de France et du Saint-Empire, en gros sur les décombres de la vieille Lotharingie dont l’Histoire a retenu l’incapacité à fonder un état territorial stable.

Continuer la lecture de « noms de pays : XVII provinces »

noms de pays : Hainaut

Remettons notre premier homme à sa place, dans l’immensité du temps, là où ont vécu ceux qui l’ont précédé.

Commençons donc quand il n’était pas encore question de lui et encore moins de nous. Survolons la forêt primitive, la profonde Forêt Charbonnière, relique de la forêt d’Ardenne, « désert-frontière » signalé dans son Commentarii de Bello Gallico par César venu combattre les Nerviens, peuple germain. Elle est citée mille ans avant Jehan de Lencquesaing dans la loi salique comme frontière entre les royaumes des Francs-Saliens et des Francs-Rhénans. Défrichée méthodiquement à partir du VIIe siècle, elle couvre encore presque totalement jusqu’au XIe siècle ce qui s’appellera le Hennegau sous les Carolingiens, le nom dérivant d’une rivière, la Haine, et de celui d’un comté, « Gau ». Le Hainaut change souvent de mains au gré des traités des successeurs de Charlemagne s’arrachant les dépouilles de l’Empire. Il est contrôlé successivement par la famille des Régnier (925-1051), les maisons de Flandre (1051-1280), d’Avesnes (1250-1345), de Bavière (1345-1433) puis celle de Bourgogne.

À la naissance de Jehan de Lencquesaing, le Hainaut est peuplé d’environ 250 000 âmes, dont facilement les deux tiers vivent à la campagne. Ce comté a pour limites « au Nord, le Brabant & la Flandre ; au Midi, la Champagne et la Picardie ; une partie du Brabant et du comté de Namur au Levant ; & au Couchant, l’Escaut, qui le sépare de l’Artois et d’une partie de la Flandre française », nous apprennent Les Délices des Pays-Bas (1697). On y compte vingt-quatre villes dont Mons et Valenciennes sont les principales, un peu moins d’un millier de bourgs et de villages. La population totale a crû fortement dans la première moitié du XVIe siècle, passant de 22 000 feux fiscaux en 1479 à 25 000 en 1531 puis 34 000 en 1540-1541.

Continuer la lecture de « noms de pays : Hainaut »

noms de pays : Solre-le-Château

C’est donc de Solre-le-Château, en cette année de bascule, que Jehan de Lencquesaing s’est engouffré dans l’Histoire. Lieu de résidence ordinaire de ses parents, maison de famille que ceux-ci rejoignent à la belle saison, refuge contre la crise frumentaire et contre la peste qui ravagent les villes des Pays-Bas en 1554-1555, nous ne saurons sans doute jamais.

De loin, surtout en venant du village de Clairfayts, le bourg se fait remarquer dans le paysage par le clocher à bulbes de son église Saint-Pierre, penché comme celui de l’église de Verchin, en Artois. Les Lencquesaing d’aujourd’hui connaissent mieux le second que le premier…

Continuer la lecture de « noms de pays : Solre-le-Château »

1555

Contingence d’une naissance… Jehan de Lencquesaing vient au monde le mercredi 5 juin 1555, selon le calendrier julien qui est à cette date en retard de dix jours par rapport à notre calendrier grégorien.

Il a été baptisé le jour même ou le lendemain sous les voûtes de l’église paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul, encore protégé des rumeurs affolantes de ce siècle de fer, celles qui annoncent un bouleversement prochain du cours de l’histoire des hommes.

Car cette année 1555 est extraordinaire en effet, moins par la publication à Lyon des Prophéties du mage Nostradamus que par l’abdication de l’empereur Charles Quint, à l’âge de cinquante-cinq ans, au crépuscule de sa vie terrestre. Une abdication qui tonne comme une mise en garde pour les temps à venir…

La période qui va bientôt s’ouvrir en Occident pour les « tristes hommes d’après 1560 » est en effet « le soir du XVIe siècle » (Lucien Febvre). L’enthousiasme de la première Renaissance, placé dans la « renovatio »  de l’homme et du monde par la seule restauration des bonnes lettres et le retour aux sources du savoir et de la foi, s’arrêtera prochainement net.

Continuer la lecture de « 1555 »

espace / temps

Jehan de Lencquesaing est venu au monde vingt-cinq ans avant la réalisation de son huile sur bois qui l’a en quelque sorte figé pour nous dans le temps. Il est venu au monde par les  mains expertes d’une matrone ou par celles d’une sage-femme si la future mère en avait réclamé une à l’exemple des princesses. Tout avait été préparé avec soin :  les décoctions d’herbes, les images de la Vierge disposées soigneusement dans la pièce faisant office de chambre, fleurie pour l’occasion. Depuis un moment, le feu était allumé dans la cheminée, le cuvier rempli d’eau attendait le premier bain de l’enfant. Son lange, mis à chauffer, était prêt à le réconforter de ce big-bang qu’est finalement tout accouchement.

Continuer la lecture de « espace / temps »

armoiries de Jehan de Lencquesaing

Dans le coin supérieur gauche de son portrait, Jehan de Lencquesaing a  fait placer ses armoiries. Peintes avec  une grande précision, elles sont hélas aujourd’hui difficilement  lisibles à cause d’anciennes couches de vernis jaunissant sur la peinture à  l’huile. Il les a également dessinées, très sommairement, sur la page de  garde de son livre de famille (illustration ci-dessous). Les noms patronymiques étant nés en même  temps que les armoiries, soyons sûrs qu’il accorde à son nom et à ses armes la même importance.

Continuer la lecture de « armoiries de Jehan de Lencquesaing »

portrait de Jehan de Lencquesaing, 1580

« C’était l’avantage de ces milieux très fermés d’autrefois, qu’on y considérait moins ce que vous étiez que ce que vous aviez été. Le passé, pour peu qu’on y songe, est chose infiniment plus stable que le présent, aussi paraissait-il d’une conséquence plus grande. On ne nous prêtait pas plus d’attention qu’il ne fallait ; ce que l’on estimait en nous, c’était un certain feld-maréchal qui vécut à une époque fort lointaine, dont personne, à un siècle près ne se rappelait la date. Je me rends compte aussi que la fortune de mon grand-père, et les distinctions obtenues par mon bisaïeul, restaient à nos yeux des faits beaucoup plus considérables, même beaucoup plus réels que notre propre existence. Ces vieilles façons de voir vous font probablement sourire ; je reconnais que d’autres, tout à fait opposées, ne seraient pas plus déraisonnables, mais enfin celles-ci nous aidaient à vivre. Comme rien ne pouvait empêcher non plus qu’on ne continuât de les honorer en nous ; c’était bien la seule part du patrimoine qui fût vraiment inaliénable. »

Marguerite YOURCENAR (1903-1987), Alexis ou Le Traité du Vain Combat, 1929.

Continuer la lecture de « portrait de Jehan de Lencquesaing, 1580 »

ἱστορία

« Fils magnanime de Tydée, pourquoi me demandes-tu ma naissance? Telle la naissance des feuilles, telle celle des hommes. »

HOMÈRE, Iliade, chant VI, VIIIe siècle avant J.-C.

« Le monde commençait avec Éléazar. Avant, tout était obscur puisque nous n’étions pas encore nés. Je me disais bien qu’Éléazar aussi devait avoir un père et une mère, deux grands-pères et deux grands-mères et huit arrière-grands-parents. Mais ils n’existaient pas, parce qu’ils n’avaient pas de nom. Les choses et les personnes n’avaient de sens pour nous que par le nom qu’elles portaient. »

Jean d’ORMESSON (1925-2017), Au plaisir de Dieu, Paris, 1974.

Tous les peuples du monde ont construit des récits relatifs à l’origine de la Terre, du Ciel et de la Vie. La plupart citent un principe créateur – dieu, idée ou élément – à la source de toute chose. Si nous voulons considérer la création du monde comme un événement, cela implique de la situer au sein de l’écoulement du temps. Et si nous concevons le temps comme une entité linéaire, comme c’est le cas en Occident, nous sommes alors inévitablement amenés à nous interroger sur l’existence et la signification d’un « avant »…

Continuer la lecture de « ἱστορία »