copie de documents concernant Albert de Lencquesaing

Copie de différentes archives par André de Lencquesaing (1893-1976) : extrait mortuaire de Louis de Lencquesaing (1763-1854) ; extrait mortuaire de Reine-Ferdinande-Eugénie de Lencquesaing (1771-1848) ; extrait de l’acte de mariage d’Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846) ; lettre attestant de l’authenticité des services rendus par Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846) à la cause royale, 1814 ; lettres de chevalier de Saint-Louis accordées par Louis XVIII à Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846), 1814 ; certificat du duc de Berry qui a conféré la croix de Saint-Louis à Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846), 1814. Archives de Laprée, Quiestède, 4.0925.


Article révisé le 17/03/2020.

de Lencquesaing, Albert-Joseph (1772-1846)

Albert Joseph de Lencquesaing (1772-1846) est le sixième enfant et le troisième fils de Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) et de Marie-Cécile-Joseph Aronio (1734-1802). Son existence est marquée par l’aventure européenne et la fougue romantique. 

Il naît le 5 février 1772 à Lille, paroisse Saint-André. Baptisé le lendemain, il reçoit pour parrain Jacques-Ignace-Joseph Petitpas (1704-1777), seigneur de Pontennerie et de Belleghem, également bailli et prévôt de Lannoy selon la mention que porte le père de l’enfant dans le livre de famille. Il reçoit pour marraine la demoiselle Albertine-Joseph-Eulalie Le Vaillant, fille de messire Pierre-Jean-Philippe-Guislain-Joseph, baron de Bousbecque, seigneur de Wandripont, et de dame Marie-Françoise-Hyacinthe Imbert de La Basecque, baronne de Bousbecque.

Continuer la lecture de « de Lencquesaing, Albert-Joseph (1772-1846) »

lettre d’Édouard de Guémy à son beau-frère Arthur de Lencquesaing, 1841

Lettre de Thomas-Alexandre-Édouard Enlart de Guémy (1786-1844), époux de Valentine-Joséphine-Philippine de Lencquesaing (1794-1876), à son beau-frère Louis-Dominique-Arthur de Lencquesaing (1809-1887). Douai, 24 juin 1841. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0114.

 Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846)

« Vous me donnerez aussi alors les 4 l. de l’oncle Albert. Il m’a écrit qu’il vous avait chargé de me compter cette [somme ?] dans un voyage qu’il a fait dans la semaine après Pâques. Il m’avait donné commission de lui retenir une place dans la diligence d’Abbeville, me disant de venir déjeuner avec lui avant son départ pour entendre des choses qu’il m’a débitées vingt fois. Puis il est monté précipitamment en diligence et, quelques jours après, il m’a écrit pour me faire part qu’il avait oublié de me remettre les 4 l. que j’avais données pour arrhes. »

Voyage de noces de Céligne-Joseph-Eugénie Enlart de Guémy (1821-1866), épouse de Charles-Alexandre Doresmieulx de Fouquières (1807-1888) et petite-fille de Louis-Dominique-Joseph de Lencquesaing (1763-1854)

« Nous avons eu hier des nouvelles du jeune ménage. Il est dans la lune de miel. Céligne est aux anges de tout ce qu’elle voit. Sa dernière lettre est de Cologne. Elle est maintenant embarquées sur le Rhin. On compte pousser jusqu’à Schaffhouse puis revenir à Strasbourg, de là à Paris puis au Havre et retourner au logis en passant par la Picardie pour aller visiter une soeur. Oh ! C’est superbe en vérité, votre nièce pourra causer voyage. Elle a déjà vu plus que son père. Elle monte à cheval. Je ne sais tout ce que monsieur Doresmieulx va lui apprendre pour peu que cela continue. »


Article révisé le 25/10/2019.

santé d’Albert de Lencquesaing, 18..

Lettre d’Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846) à son beau-frère Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), député du Nord (à Paris, 17 rue des Petits-Augustins). Hôtel du Maille, 8 avril 18.. . Fonds Clouët des Pesruches, 100/6.

Hôtel du Maille ce 8 avril.

Mon cher ami,

Je n’ai que le temps de vous souhaiter le bonjour. J’ai mille courses pressées à faire et passerai chez toi vers six heures. Je ne pourrai pas venir plus tôt. J’espère que Joséphine et toi, ainsi que Ferdinand, se portent bien. J’aurai grand plaisir à vous embrasser tous trois.

Continuer la lecture de « santé d’Albert de Lencquesaing, 18.. »

inquiétude pour l’oncle d’Oxelaëre, 1829

Lettre de Denis-Charles de Godefroy-Ménilglaise (1795-1877)* à son oncle Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833), député du Nord. Lille, 29 juin 1829. Fonds Clouët des Pesruches, 100/6.

Lille, 29 juin 1829.

Mon bon oncle,

J’ai beaucoup différé à répondre à votre dernière lettre, espérant pouvoir le faire de vive voix. Maintenant que je sais que vous ne quittez point Paris avant la mi-juillet, je profite de l’occasion d’A[r. ( ?)] de Garsignies pour vous adresser une petite dépêche.

Continuer la lecture de « inquiétude pour l’oncle d’Oxelaëre, 1829 »

lettre de Louis Behaghel à Albert-Joseph de Lencquesaing, 1830

Lettre de Louis Behaghel (1792-1873)* à Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846), candidat aux élections législatives de 1830 (chez monsieur d’Hancardrie, son beau-frère, rue d’Angoulême à Lille). Cassel, 23 juin 1830. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0641.

Remerciements à M. Jean Catherine pour la transcription du document, 07/08/2019.

Continuer la lecture de « lettre de Louis Behaghel à Albert-Joseph de Lencquesaing, 1830 »

lettre de Louis Behaghel à Albert-Joseph de Lencquesaing, 1830

Lettre de Louis Behaghel (1792-1873)* à Albert-Joseph de Lencquesaing (1772-1846), candidat aux élections législatives de 1830 (chez monsieur d’Hancardrie, son beau-frère, rue d’Angoulême à Lille). Cassel, 20 juin 1830. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0640.

Remerciements à M. Jean Catherine pour la transcription du document, 07/08/2019.

Continuer la lecture de « lettre de Louis Behaghel à Albert-Joseph de Lencquesaing, 1830 »