Charles de Lencquesaing (1772-1840) dans l’armée des Princes

État de service de Charles de Lencquesaing (1772-1840), sous-lieutenant, dans l’armée des Princes, depuis son émigration en juin 1791, établi en vue d’obtenir le grade de capitaine. Copie manuscrite d’archive. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1008.


Article révisé le 18/03/2020.

naissance de Charles de Lencquesaing, 1772

Extrait (1791) du registre aux baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Pierre à Aire. Naissance et baptême le 23 juillet 1772 par le vice-curé Duval de Charles-Ignace-Joseph (1772-1840), fils de Charles-Louis-François (1709-1787), écuyer, ancien capitaine d’infanterie au régiment de Royal-Wallon, chevalier de Saint-Louis, et de dame Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826). Parrain : Pierre-Ignace-Eugène Lochtenberg, chanoine, chantre de la collégiale Saint-Pierre, cousin germain du père de l’enfant. Marraine : Marie-Charlotte de Lencquesaing, épouse de monsieur Le Caron de Canettemont, écuyer, seigneur de Canettemont et de Sains, tante de l’enfant du côté maternel. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0747.


Article révisé le 16/03/2020.

contrats de rente viagère à liquider, an XII

Attestation de Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826) relative à la possession de cinq contrats de rente au cours annuel de 200 livres chacun, créés sur les têtes et vies de quatre de ses enfants (Marie-Thérèse-Charlotte-Eugénie, Marie-Joseph-Adélaïde, Étienne-François-Louis et Charles-Ignace-Joseph (1772-1840) de Lencquesaing), affectés sur les villes et châtellenies de Lille et Cassel. Elle y affirme ne pas avoir touché les cours de ces cinq rentes depuis 1791. Aire, 1er ventôse an XII. Archives de Laprée, Quiestède,  1.1580.

Département du Nord. Bureau des Domaines. Lettre du préfet à Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826) demandant au sujet de rentes viagères des renseignements complémentaires sous forme d’une attestation (année de cessation de paiement de ces rentes,  bénéficiaires toujours en vie) de afin de pouvoir procéder à la liquidation de ces rentes viagères. Douai, 25 pluviôse an XII. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1579. 


Article révisé le 05/02/2020.

mort de Charlotte, 1820

Copie autographe d’une lettre écrite par Charles de Lencquesaing (1772-1840) probablement à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856) (sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819)), annonçant la mort de Charlotte Hémart du Neufpré (1788-1820), l’épouse de son frère Martial de Lencquesaing (1778-1854). Saint-Omer, 21 mars 1820. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2774.

Saint-Omer, ce 21 mars 2020.

C’en est fait, ma chère amie, la bonne Charlotte est décédée hier soir à dix heures, à la même heure que ses père et mère. En cessant de vivre, elle a cessé de souffrir, et nous devons être persuadés [(barré) que celle que nous pleurons] qu’elle est allée jouir de la gloire de Dieu. C’est notre unique consolation. Toutes les personnes qui entouraient la pauvre défunte sont dans la désolation et notre malheureux frère est désolé au dernier point. Il perd sa compagne chérie qui faisait toute sa félicité. Hélas, le bonheur et les plaisirs de ce monde sont de bien courte durée. Notre belle-sœur a eu une agonie de douze heures environ. Mais, par intervalles, elle a encore donné quelques signes de connaissance jusque vers sept heures. Je suis arrivé ici à quatre heures. Je n’ai pas la certitude d’avoir été reconnu par celle a toujours montré tant d’attention et d’amitié pour les parents de son mari.

Continuer la lecture de « mort de Charlotte, 1820 »

lettre à la cousine Godefroy, 1810

Copie autographe d’une lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856), sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819), relative notamment au mariage d’un cousin Fouler de Relingue, 1er janvier 1810. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0840.

Du 1er de l’an 1810.

Qui se serait attendu, mon aimable cousine, qu’après vous avoir montré mon cœur à découvert, vous auriez encore douté de la véracité de ma confiance ? Ah vraiment ! Vous me faites injustice. Que puis-je ajouter à ce que je vous ai dit ? Rien présentement. Puisque mes écritures n’ont pas le talent de vous convenir, je me réserve de reprendre cet entretien de vive voix. Peut-être qu’alors vous vous laisserez persuader par la simplicité et la sincérité de mes disc[ours ?] et j’espère que vous saurez [démêler ?] que je ne suis point dissimulé avec mes amis. Mais brisons là-dessus car votre obstination à ne pas vouloir m’en croire me fait de la peine.

Continuer la lecture de « lettre à la cousine Godefroy, 1810 »

décès de Charles de Lencquesaing, 1840

Extrait par Léon Ansel, curé de Quiestède, du registre aux sépultures de la paroisse de Quiestède. Inhumation dans le cimetière de Quiestède de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840), propriétaire, ancien capitaine d’infanterie, décédé à Saint-Omer le 6 janvier 1840, transféré dans ledit cimetière de la paroisse de Quiestède par la permission de monsieur Duriez, curé de Notre-Dame à Saint-Omer, en présence de M. Beauvois, vicaire de la paroisse de Notre-Dame, de Louis-Eugène-Martial de Lencquesaing (1778-1854) (frère du défunt) et de Louis-Dominique-Arthur de Lencquesaing (son neveu). Quiestède, 21 octobre 1925. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0777.


Article révisé le 25/10/2019.

lettres de Charles de Lencquesaing, 1818

Copie autographe d’une lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856), sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819) relative notamment au mariage de son frère Louis-Eugène-Martial de Lencquesaing (1778-1854) avec Marie-Charlotte-Joseph Hémart du Neufpré (1788-1820), 27 juin 1818. Copie suivie de la copie d’une réponse faite à cette cousine Godefroy, 12 juillet 1818. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0136.

Continuer la lecture de « lettres de Charles de Lencquesaing, 1818 »

autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1827

Lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1770-1840) à son cousin Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Paris). Lille, 13 mars 1827. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Lille, ce 13 mars 1827.

Mon cher cousin,

Je suis revenu ici samedi l’après-midi et j’y ai trouvé votre dernière lettre par laquelle vous m’annoncez le succès de mon affaire que je dois à vos bons soins. Je vous en fais mille remerciements et je vous prie de compter sur toute ma reconnaissance.
Je me propose de retourner à Saint-Omer un des jours de la semaine prochaine. J’espère y trouver l’expédition de la décision prise sur ma demande. J’ai trouvé Martial et son monde qui étaient arrivés le 6 de ce mois. Ils sont tous en bonne santé et se joignent aux personnes qui m’entourent pour les rappeler à votre bon souvenir et vous dire mille choses amicales.

Continuer la lecture de « autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1827 »

autre lettres d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825

Lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1770-1840) à son cousin Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (à Lille). Aire, 4 décembre 1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 4 décembre 1825.

Mon cher d’Hancardrie,

Dans le sac d’argent que j’envoie par monsieur Henri Menche à notre beau-frère commun, j’y ai joint un paquet à votre adresse contenant 151 francs payés par Fontaine le 23 novembre dernier que Lencquesaing vous remettra. Dans cette somme de 151 francs se trouvent 1° 61 francs pour fin du rendage de 1823 2° 90 francs pour l’importance de trois années d’intérêts d’une somme de 600 francs, la dernière échue le 10 août 1825. Cet occupeur vous doit encore les rendages de 1824 et 1825. Il m’a promis qu’il paierait pour l’époque de Pâques prochain. 220 francs pour 1824. Et comme c’est à cette condition que vous lui avez promis un nouveau bail, j’ai lieu de croire qu’il tiendra sa promesse, vu l’exactitude qu’il a mis [sic], cette fois, de venir payer à la foire d’Aire les 151 francs que je vous envoie.

Continuer la lecture de « autre lettres d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825 »

autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825

Lettre de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1770-1840) à son cousin Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (au château de Molpas à Mérignies). Aire, 10septembre 1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/6.

Aire, ce 10 septembre 1825.

Je suis bien aise de vous informer, mon cher d’Hancardrie, que, pendant que j’étais à Saint-Omer et à Laprée, le sieur Cauwetz ou sa femme a apporté ici les 650 francs qui vous étaient dus pour l’importance du rendage échu pour la dépouille de 1824. Cette somme, jointe aux 74 francs 50 restant du paiement fait par le sieur Fontaine forme un total de 724 francs 50 sur quoi j’ai prélevé les 218 francs 05 dus par vous à mon frère. Il s’ensuit qu’il me reste à votre disposition une somme de 506 francs 45 centimes.

Continuer la lecture de « autre lettre d’affaires au cousin d’Hancardrie, 1825 »