mort de Charlotte, 1820

Copie autographe d’une lettre écrite par Charles de Lencquesaing (1772-1840) probablement à Marie-Julie-Eugénie de Lencquesaing (1766-1856) (sa cousine, épouse de Denis-Joseph Godefroy (1740-1819)), annonçant la mort de Charlotte Hémart du Neufpré (1788-1820), l’épouse de son frère Martial de Lencquesaing (1778-1854). Saint-Omer, 21 mars 1820. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2774.

Saint-Omer, ce 21 mars 2020.

C’en est fait, ma chère amie, la bonne Charlotte est décédée hier soir à dix heures, à la même heure que ses père et mère. En cessant de vivre, elle a cessé de souffrir, et nous devons être persuadés [(barré) que celle que nous pleurons] qu’elle est allée jouir de la gloire de Dieu. C’est notre unique consolation. Toutes les personnes qui entouraient la pauvre défunte sont dans la désolation et notre malheureux frère est désolé au dernier point. Il perd sa compagne chérie qui faisait toute sa félicité. Hélas, le bonheur et les plaisirs de ce monde sont de bien courte durée. Notre belle-sœur a eu une agonie de douze heures environ. Mais, par intervalles, elle a encore donné quelques signes de connaissance jusque vers sept heures. Je suis arrivé ici à quatre heures. Je n’ai pas la certitude d’avoir été reconnu par celle a toujours montré tant d’attention et d’amitié pour les parents de son mari.

Continuer la lecture de « mort de Charlotte, 1820 »