défense de payer une rente à M. de Lencquesaing, 1710

Deux lettres de M. Palisot de Warluzel (probablement Ambroise-Alexandre, premier président du conseil souverain d’Artois) à Jean-Baptiste-Dominique Rogier (1658-1730) (à Saint-Omer) au sujet de la défense que ce dernier lui a faite de payer le cours d’une rente à son gendre François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720), veuf de Marie-Louise Rogier (1682-1710). Arras, 2 juillet 1710 et 23 décembre 1710. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1557/1.1558.


Article révisé le 26/06/2020.

le seigneurie de Favier pour François-Jean-Jacques de Lencquesaing, 1714

Extrait (1755) de partage relatif à la seigneurie de Favier (« À l’égard du partage dudit sieur de Laprée, il aura les immeubles suivants, savoir la terre et seigneurie de Favier ainsi qu’elle se comprend et étend contenant vingt mesures ou environ avec les rentes foncières et autres droits afférents à ladite seigneurie… 2° Six mesures et demie de prés avec sept quartiers derrière le château de ville faisant partie de ladite seigneurie… ») fait en la ville d’Aire entre François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720), écuyer, seigneur de Laprée, mayeur à son tour de la ville d’Aire ; maître Jean-Baptiste Lochtenberg, conseiller du roi, procureur ès ville et bailliage d’Aire (porteur de procuration de Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1677-1732), écuyer, seigneur de Coquanne, capitaine des carabiniers du roi) ; les sieurs Nicolas-Louis (1680-1738), sieur de Favier, et Bernardin de Lencquesaing (1681-1726), écuyer, sieur du Maretz, tous frères germains, enfants et héritiers de noble homme Jean-Jacques de Lencquesaing, écuyer, seigneur de Laprée, et de dame Marie-Anne Durietz Aire (notaires Bourdrel et ?), 30 août 1714. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2821.


Article révisé le 21/03/2020.

rentes héritières, v.1720

Petite liasse d’un procès à l’échevinage de Saint-Omer relatif à une rente héritière de 1 000 livres de capital prêtés à François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) par Marguerite-Jeanne Bertin, veuve de Philippe Lemaire, « pour ladite somme être employée à ses affaires et nécessités », moyennant 50 livres par an, 1714. Saint-Omer (notaires Varlet ? et Vaneeckhout), 19 février 1714. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2803.

Le capital a été remboursé pour moitié en 1719 par François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) et pour l’autre moitié en 1720 par Thérèse van Rode, veuve de M. Lochtenberg. Ce remboursement par Thérèse van Rode est l’équivalent d’un transport de rente héritière et son remboursement est sans doute garanti par une autre constitution de rente de 600 livres de capital prêtés à François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) par François de Valbelle, évêque de Saint-Omer, « pour causes connues à mondit seigneur et audit sieur de Laprée », moyennant 30 livres par an à la maison des Bleuettes de la ville d’Aire (Saint-Omer (notaires Bonnet ? et Delepouve, 22 juillet 1717).

Le dos d’un document de la liasse nous renseigne que la fille de François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) était à l’époque de la mort de son père pensionnaire aux ursulines de Saint-Omer. Un autre nous renseigne que son frère, Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) était « en son deuil » chez son grand-père Rogier qui demeurait rue Saint-Bertin haute à Saint-Omer.


Article révisé le 14/03/2020.