1.2818

« Le soussigné mari et bail de Claire-Agnès Marche confesse par cette lui avoir été ce jourd’hui mis ès mains plusieurs lettreaiges et autres titres et munimentz concernant les affaires de la maison mortuaire de feu maître Philippe Marche, sa femme et autres leurs prédécesseurs, et ce par le sieur Jacques Lencquesaing, conseiller et receveur général des aides d’Artois et damoiselle Marie Marche, sa compaigne, que promettent les décharger desdits tiltres et lettreaiges vers tous qu’il appartiendra. Ainsi fait à Saint-Omer le [?] 1648. Hurtevent. »


Article révisé le 21/03/2020.

maison d’Aire, 1636

Renonciation aux droits dans une maison à Aire, rue de Saint-Omer, consentie par les enfants de Philippe Marche (Philippe (1636, 1.2392), François (1630, 1.2393), Ignace, Christophe et Claire-Agnès (1637,1.2394)) et par sa veuve, Jeanne de Hauteclocque (1633, 1.2395), au profit de Jean-Jacques de Lencquesaing (1601-1662), époux de Marie-Marche (1603-1654), leur sœur et fille.

Les archives de Laprée conservent peu de documents sur Jean-Jacques I de Lencquesaing (1601-1662) qui quitte le Hainaut pour s’installer à Aire en Artois et y tenir la recette des domaines du roi. Il y épouse en 1627 Marie Marche (1603-1654), fille de feu Philippe Marche, en son vivant conseiller et receveur du roi au quartier d’Aire.

Dans une suite de documents il est question d’une renonciation aux droits dans une maison à Aire, rue de Saint-Omer, consentie en 1636 par les autres enfants de Philippe Marche (Philippe en 1636, François en 1632, Ignace, Christophe et Claire-Agnès en 1637) et par sa veuve, Jeanne de Hauteclocque en 1633, au profit de Jean-Jacques I de Lencquesaing.

Probablement est-ce en tout ou partie sur le terrain qu’occupait cette maison qu’a été construit au XVIIIe siècle l’hôtel Lencquesaing.

Continuer la lecture de « maison d’Aire, 1636 »

un livre passé entre les mains de frère Bertin, 1664

Ex-libris d’un ouvrage (la traduction latine et les commentaires de Nicolò Leonico Tomeo sur la philosophie naturelle d’Aristote – contenant le De Divitatione par somnia, Paris, Simon de Colines, 1530) ayant appartenu à Robert-Ignace de Lencquesaing (1638-1664), en religion frère Bertin, moine de l’abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer. Bibliothèque de la communauté d’agglomération du pays de Saint-Omer, inv.1493.

Le Traité sur la divination par les songes d’Aristote fait partie de la série de ses Petits traités d’histoire naturelle, dans lesquels ce dernier applique les principes du fonctionnement de l’esprit exposés dans son traité De l’Âme.

Il y démontre notamment que les rêves prémonitoires ne sont pas suscités par les dieux mais résultent uniquement de l’activité de la psyché. Il ne s’agit donc pas de divination à proprement parler mais bien de psychologie avant la lettre.

Continuer la lecture de « un livre passé entre les mains de frère Bertin, 1664 »

contrat de mariage de Jean-Jacques I de Lencquesaing, 1627

 

Copie du contrat de mariage de Jean-Jacques de Lencquesaing (1601-1662) et de Marie Marche (1603-1654). Aire (notaires Jean Le Comte et Adam Denis), 20 novembre 1627. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1972.

Document consultable en ligne et en haute définition sur demande : avantlapree@gmail.com


Article révisé le 04/10/2019.

 

la qualité de dominus, 1662

Extrait du registre aux sépultures de la paroisse de Saint-Denis à Saint-Omer par le curé Dallennes et certification de la qualité de ce dernier par le bailliage de Saint-Omer, 1772. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2540.

En 1772, Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) fait rechercher les registres paroissiaux de Saint-Denis de Saint-Omer l’inscription du décès de son grand-père Jean-Jacques (1601-1662), décédé le 27 février 1662. Le curé Dallennes en établit un extrait et écrit à la suite ceci :

certifie en outre que dans les anciens registres on n’emploie que rarement la qualité de « dominus » et qu’on n’en voit point d’autre. À Saint-Omer, ce quatorze mars mil sept cent soixante douze.

Il précise encore sous sa signature :

Je certifie encore que dans nos anciens registres les plus qualifiés n’ont d’autre marque que celle de « dominus ».


Article révisé le 20/09/2019.

pose d’un marbre dans l’église Saint-Denis, 1744

Reçu donné à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) par le sculpteur audomarois Antoine Piette pour la pose d’un marbre de sépulture en l’église Saint-Denis de Saint-Omer à la mémoire de Jean-Jacques de Lencquesaing (1601-1662) et de Marie-Anne Durietz (1644-1711), sa bru, 4 mai 1744. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0274.


Article révisé le 14/08/2019.

reçu donné par Jean-Jacques I de Lencquesaing, 1654

Reçu de 435 florins 5 sols pour une année des aides ordinaires du roi donné par Jean-Jacques de Lencquesaing (1601-1662) à son fils Jean-Jacques de Lencquesaing (1629-1683), receveur des domaines du roi ès ville et quartier d’Aire, novembre 1654. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0298.


Article révisé le 06/08/2019.