incendie de la maison de Saint-Omer, 1737

Certificat des mayeur et échevins de la ville de Saint-Omer attestant que le grand corps de logis de la maison de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) et de son épouse née Marie-Joseph-Eugénie Dupuich (1709-1748) « a été totalement brûlé » la nuit du 31 janvier au 1er février 1737 et que ses occupants « ont perdu la plus grande partie de ce qu’ils avaient de plus précieux ». Saint-Omer (halle échevinale), 11 mars 1743. Scel du registre ordinaire aux causes. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2908.


Article révisé le 28/07/2020.

fenêtre du presbytère, 1768

Mémoire d’une livraison de barreaux de fer et de clous pour le fenêtre de la maison du curé de Quiestède en 1768. Somme de 60 livres avancée à la fabrique de Quiestède par Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) et remboursée à ce dernier en 1770. Archives de Laprée, Quiestède, 1.487 et 1.2847.


Article révisé le 20/06/2020.

compliments au grand bailli de Saint-Omer, 1748

Papiers du grand bailli. Trois extraits des registres aux délibérations de messieurs du Magistrat de la ville et cité de Saint-Omer, 27 mars 1703, 7 juillet 1709 et 20 novembre 1748. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0752.

« du 27 mars 1703,  à laquelle collation ayant été invité comme gentilhomme Christophe de Beauffort, écuyer, se disant grand bailli de cette ville et bailliage, qui a affecté de prendre une des premières places à la table dont il pouvait se prévaloir ci-après quoique pareille collation et autres repas publics qui se font dans l’hôtel de ville ne regardent aucun rang ni séance. »

« Le 7 juillet 1709, messieurs du Magistrat étant assemblés pour l’adjudication des fermes de cette ville, messire de Beauffort leur a demandé audience et s’est présenté pour assister en qualité de grand bailli à l’adjudication desdites fermes comme ont fait ci-devant ses prédécesseurs sous offre de prêter le même serment qu’ils ont fait en cette dite ville et de se contenter de la première séance des échevins jurés au conseil, la place de l’angle demeurant vacante à cause de l’absence de monsieur de Bernage, intendant, sans préjudice au procès qu’il y a [?] pendant au conseil d’Artois… »

« Le 20 novembre 1748, il a été résolu d’aller au nombre de cinq échevins avec le conseiller second en robe complimenter monsieur le grand bailli au sujet de sa prise de possession à l’hôtel de ville et de lui présenter le nombre de trente flacons de vin de Champagne mousseux. »


Article révisé le 20/03/2020.

les trois fils de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing

Copie par Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) (?) de notes de naissance sur ses trois fils : son fils aîné, Louis-Dominique-Eustache, né le 4 août 1734 et baptisé le même jour en la paroisse Sainte-Aldegonde à Saint-Omer (parrain : Nicolas-Louis de Lencquesaing, écuyer, seigneur de Favier, son grand-oncle paternel / marraine : demoiselle Isbergue-Eustachienne Dubois de Chocques, sa grand-tante du côté maternel), décédé le 20 mai 1805 et enterré à Esquermes, près de Lille ; son second fils, Eugène-Lamoral, né le 6 août 1735 et baptisé le lendemain en la paroisse Sainte-Aldegonde à Saint-Omer (parrain : Eugène-Lamoral Dubois, écuyer, seigneur de Chocques, son grand-oncle du côté maternel / marraine : Catherine-Thérèse Doresmieulx, son arrière grand-tante du côté paternel) ; Louis-Jean-Jacques, né le 15 novembre 1742 et baptisé le lendemain en la paroisse Saint-Sépulcre à Saint-Omer (parrain : Louis-François Damiens, son oncle à la mode de Bretagne du côté maternel / marraine : Marie-Françoise de Vos, épouse de M. de Bailleul, sa tante à la mode de Bretagne du côté paternel. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0748. 


Article révisé le 16/03/2020.

foi et hommage pour trois fiefs au Locon, 1775

Foi et hommage fait au bureau des finances et domaines de la généralité de Lille par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), ancien capitaine au régiment de Navarre, pour trois fiefs tenus du roi à cause de son château de Béthune, échus à lui par le trépas le 11 décembre 1774 d’Eugène-Joseph Dupuich, écuyer, seigneur de Mesplau : la paierie de Salau au village du Locon, les fiefs de Mesplau, également au Locon (28 mesures / 19 mesures et rentes seigneuriales). Lille, 4 mai 1775. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2804.


Article révisé le 14/03/2020.

rentes héritières, v.1720

Petite liasse d’un procès à l’échevinage de Saint-Omer relatif à une rente héritière de 1 000 livres de capital prêtés à François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) par Marguerite-Jeanne Bertin, veuve de Philippe Lemaire, « pour ladite somme être employée à ses affaires et nécessités », moyennant 50 livres par an, 1714. Saint-Omer (notaires Varlet ? et Vaneeckhout), 19 février 1714. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2803.

Le capital a été remboursé pour moitié en 1719 par François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) et pour l’autre moitié en 1720 par Thérèse van Rode, veuve de M. Lochtenberg. Ce remboursement par Thérèse van Rode est l’équivalent d’un transport de rente héritière et son remboursement est sans doute garanti par une autre constitution de rente de 600 livres de capital prêtés à François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) par François de Valbelle, évêque de Saint-Omer, « pour causes connues à mondit seigneur et audit sieur de Laprée », moyennant 30 livres par an à la maison des Bleuettes de la ville d’Aire (Saint-Omer (notaires Bonnet ? et Delepouve, 22 juillet 1717).

Le dos d’un document de la liasse nous renseigne que la fille de François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720) était à l’époque de la mort de son père pensionnaire aux ursulines de Saint-Omer. Un autre nous renseigne que son frère, Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) était « en son deuil » chez son grand-père Rogier qui demeurait rue Saint-Bertin haute à Saint-Omer.


Article révisé le 14/03/2020.

deux confessionnaux et des fonts baptismaux pour l’église de Quiestède, 1775

Convention entre la fabrique de l’église paroissiale de Quiestède (représentée par Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776), écuyer, seigneur de Laprée, grand bailli héréditaire des ville et bailliage royal de Saint-Omer) et Étienne-Jean Soiseau, maître menuisier à Aire, pour la réalisation de deux confessionnaux (qui seront placés au coin de chaque côté de la grand-porte d’entrée de l’église), de fonts baptismaux, de portes d’entrée, pour l’église de Quiestède, le tout en bois de chêne du pays de Hainaut. Aire (notaires Varlet et Dewimille), 27 mars 1775. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2766.


Article révisé le 11/01/2020.

lettre du procureur Bultel, 1735

Lettre de Charles-François, procureur au conseil d’Artois, à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) au sujet de frais à payer (succession de Marie-Anne Durietz (1644-1711 ?). Comprend la copie autographe de la réponse de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing. Arras, 8 mai 1735. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0842.


Article révisé le 15/12/2019.

justice seigneuriale à Quiestède, 1773

Lettre de Marie-Cécile-Joseph Aronio (1734-1802) à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing, son beau-père (à Saint-Omer) au sujet de la justice seigneuriale qui s’exerce dans la seigneurie de Quiestède. Lille, 13 août 1773. Archives de Laprée, Quiestède, 3.0843.


Article révisé le 27/11/2019.