les trois fils de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing

Copie par Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) (?) de notes de naissance sur ses trois fils : son fils aîné, Louis-Dominique-Eustache, né le 4 août 1734 et baptisé le même jour en la paroisse Sainte-Aldegonde à Saint-Omer (parrain : Nicolas-Louis de Lencquesaing, écuyer, seigneur de Favier, son grand-oncle paternel / marraine : demoiselle Isbergue-Eustachienne Dubois de Chocques, sa grand-tante du côté maternel), décédé le 20 mai 1805 et enterré à Esquermes, près de Lille ; son second fils, Eugène-Lamoral, né le 6 août 1735 et baptisé le lendemain en la paroisse Sainte-Aldegonde à Saint-Omer (parrain : Eugène-Lamoral Dubois, écuyer, seigneur de Chocques, son grand-oncle du côté maternel / marraine : Catherine-Thérèse Doresmieulx, son arrière grand-tante du côté paternel) ; Louis-Jean-Jacques, né le 15 novembre 1742 et baptisé le lendemain en la paroisse Saint-Sépulcre à Saint-Omer (parrain : Louis-François Damiens, son oncle à la mode de Bretagne du côté maternel / marraine : Marie-Françoise de Vos, épouse de M. de Bailleul, sa tante à la mode de Bretagne du côté paternel. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0748. 


Article révisé le 16/03/2020.

foi et hommage pour trois fiefs au Locon, 1775

Foi et hommage fait au bureau des finances et domaines de la généralité de Lille par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), ancien capitaine au régiment de Navarre, pour trois fiefs tenus du roi à cause de son château de Béthune, échus à lui par le trépas le 11 décembre 1774 d’Eugène-Joseph Dupuich, écuyer, seigneur de Mesplau : la paierie de Salau au village du Locon, les fiefs de Mesplau, également au Locon (28 mesures / 19 mesures et rentes seigneuriales). Lille, 4 mai 1775. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2804.


Article révisé le 14/03/2020.

justice seigneuriale à Quiestède, 1773

Lettre de Marie-Cécile-Joseph Aronio (1734-1802) à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing, son beau-père (à Saint-Omer) au sujet de la justice seigneuriale qui s’exerce dans la seigneurie de Quiestède. Lille, 13 août 1773. Archives de Laprée, Quiestède, 3.0843.


Article révisé le 27/11/2019.

Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing, enseigne au régiment de Navarre, 1753

Charge d’enseigne en la première compagnie ordinaire du troisième bataillon du régiment de Navarre, vacante par la promotion du chevalier d’Iverfay à une lieutenance, donnée par le roi à Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805). Lettre adressée au comte de Choiseul (Gabriel-Florent-Christophe comte de Choiseul-Beaupré), colonel du régiment d’infanterie de Navarre, et en son absence à celui qui commande la première compagnie ordinaire du troisième bataillon. Signé Louis (secrétaire de la main) et, plus bas, de Voyer d’Argenson (Marc-Pierre de Voyer de Paulmy d’Argenson (1696-1764), secrétaire d’État de la Guerre). Versailles, 7 mai 1753. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0272.


Article révisé le 16/11/2019.

recrutement au régiment de Navarre, v.1760

Carrière militaire. Affiche de recrutement au régiment de Navarre invitant à s’adresser à Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), capitaine, v.1760. Archives de Laprée – Document disponible uniquement en version numérique. Communication de M. Emmanuel Decke, novembre 2019 –, Quiestède, 1.2728.


Article révisé le 16/11/2019.

affaire du régiment Royal-Comtois, 1773

Lettre de Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776), son père. Lille, 6 août 1773. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0141.


Dîner chez mademoiselle Vicogne

« Mon cher père, nous sommes arrivés ici en parfaite santé, ayant été accompagnés de la pluie toute l’après-midi. Nous avons dîné chez mademoiselle Vicogne à qui j’ai compté les 800 livres que vous m’aviez remis pour la rente que vous devez à madame la douairière comtesse de Calonne. Aussitôt qu’elle trouvera une occasion pour vous faire passer sa quittance, elle vous l’enverra. »

Continuer la lecture de « affaire du régiment Royal-Comtois, 1773 »

arbre de la Liberté, 1799

Lettre de Pierre-Joseph Lequien, agent municipal de Quiestède, à Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) au sujet du remplacement de l’arbre de la Liberté. Quiestède, 23 Nivôse an VII (12 janvier 1799). Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J65/16.

« Au citoyen Delencquesaing, rue Nationale, n°70, à Lille. Quiestède, le 23 nivôse l’an 7eme. Citoyen, D’après la lettre du ministre de l’Intérieur en date du 30 frimaire dernier, je suis obligé de remplacer l’arbre de la Liberté [décrété/ de naître ?] le deux pluviôse prochain correspondant au vingt-et-un janvier, au sujet que ledit arbre est mort. La Loi veut aussi que soit un chêne ou un peuplier italien. Ne pouvant rien procurer dans les environs, entendu qu’ils y sont très rares, excepté sur vos biens qu’il y en a beaucoup. C’est pourquoi je m’adresse pour qui vous plaise de m’en accorder un croissant sur vos biens, soit un chêne ou un peuplier, enfin comme il vous plaira. Par ce moyen je pourrai remplir le vœu de la loi. Si vous m’accordez la demande que je vous fais, proposez une personne à qui vous avez la confiance pour cet objet et répondez-moi dans peu de jours s’il vous plait. Quoi faisant vous obligerez celui qui a l’honneur d’être, Pierre-Joseph Lequien, agent municipal de Quiestède. Je vous cette année très heureuse. P.J. LEQUIEN. »


Article révisé le 07/10/2019.

certificat de résidence, juillet 1793

Dossier de la demande formée par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) et Marie-Cécile-Joseph Aronio (1734-1802) pour échapper au séquestre qui frappe les biens des enfants d’émigrés. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J65/15.

Commune de Lille, district de Lille. Certificat de résidence délivré en conformité de la loi du 28 mars 1793 mise à exécution le 16 juin suivant. Attestation de plusieurs habitants de Lille concernant la résidence lilloise de Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), juillet 1793.

Continuer la lecture de « certificat de résidence, juillet 1793 »