au prétendant d’une demoiselle Comerford

Copie d’une lettre à un prétendant d’une demoiselle de Comerford (alors à Agnetz (Oise), chez madame d’Armanville, sa cousine), sans date (v.1813). Archives de Laprée, Quiestède, 1.0604.

Mademoiselle de Cormerford a quitté momentanément la ville d’Aire. Une de ses parentes est venue la chercher depuis la mort de son père et se propose de la garder chez au moins pendant tout l’été. Cette cousine est mademoiselle d’Armanville demeurant en son château à Agnetz, près Clermont, département de l’Oise. Si le jeune homme qui désire connaître les sentiments de mademoiselle de Comerford à son égard veut lui écrire, on pense qu’il peut le faire sans inconvénient. Il règlera sa conduite ultérieurement d’après la réponse qu’il recevra.


Article révisé le 27/03/2020.

garde-chasse de la douairière de Lencquesaing, 1787

Réception par le bailliage royal d’Aire d’Antoine Galand, jardinier et chasseur du prieuré de Saint-André-lez-Aire, qui a prêté serment accoutumé de garde-chasse et conservateur des bois de la douairière de Lencquesaing (Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826), veuve de Charles-Louis-François de Lencquesaing (1709-1787)). Aire, 28 octobre 1787. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0782.


Article révisé le 20/03/2020.

baptême de Charles-Louis-François de Lencquesaing, 1709

Extrait (1778) du registre aux baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Pierre en la ville d’Aire. Naissance le 18 septembre 1709 et baptême par le vice-curé Crépin le 21 de Charles-Louis-François de Lencquesaing (1709-1787), fils de Charles-Ignace-Joseph et Marie-Thérèse Lochtenberg. Parrain : Nicolas-Louis de Lencquesaing (1680-1738), seigneur du Favier, son oncle du côté paternel. Marraine : Marie-Françoise de Lencquesaing, épouse de Vos, de la paroisse Saint-Denis à Saint-Omer. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0746.


Article révisé le 17/03/2020.

naissance de Charles de Lencquesaing, 1772

Extrait (1791) du registre aux baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Pierre à Aire. Naissance et baptême le 23 juillet 1772 par le vice-curé Duval de Charles-Ignace-Joseph (1772-1840), fils de Charles-Louis-François (1709-1787), écuyer, ancien capitaine d’infanterie au régiment de Royal-Wallon, chevalier de Saint-Louis, et de dame Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826). Parrain : Pierre-Ignace-Eugène Lochtenberg, chanoine, chantre de la collégiale Saint-Pierre, cousin germain du père de l’enfant. Marraine : Marie-Charlotte de Lencquesaing, épouse de monsieur Le Caron de Canettemont, écuyer, seigneur de Canettemont et de Sains, tante de l’enfant du côté maternel. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0747.


Article révisé le 16/03/2020.

contrats de rente viagère à liquider, an XII

Attestation de Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826) relative à la possession de cinq contrats de rente au cours annuel de 200 livres chacun, créés sur les têtes et vies de quatre de ses enfants (Marie-Thérèse-Charlotte-Eugénie, Marie-Joseph-Adélaïde, Étienne-François-Louis et Charles-Ignace-Joseph (1772-1840) de Lencquesaing), affectés sur les villes et châtellenies de Lille et Cassel. Elle y affirme ne pas avoir touché les cours de ces cinq rentes depuis 1791. Aire, 1er ventôse an XII. Archives de Laprée, Quiestède,  1.1580.

Département du Nord. Bureau des Domaines. Lettre du préfet à Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826) demandant au sujet de rentes viagères des renseignements complémentaires sous forme d’une attestation (année de cessation de paiement de ces rentes,  bénéficiaires toujours en vie) de afin de pouvoir procéder à la liquidation de ces rentes viagères. Douai, 25 pluviôse an XII. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1579. 


Article révisé le 05/02/2020.

séjour chez une nièce Le Caron de Canettemont, avril 1809

Copie par Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840) d’une lettre écrite par sa mère Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826) probablement à sa nièce Le Caron de Canettemont née Boudart de Couturelle, avril 1809. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1562.

Persuadée, ma chère nièce, que vous apprendrez avec plaisir mon heureux retour à Aire, je m’empresse de vous mander que j’y suis arrivée en bonne santé vers les six heures. Je m’étais reposée environ trois grandes heures tant à Béthune qu’à Chocques. La journée n’a pas été belle mais dans la voiture je n’ai point souffert du mauvais temps. J’ai trouvé tous ceux qui m’intéressent bien portants. La nouvelle accouchée est on ne saurait mieux et le nouveau né vient à merveille. Ce sera une grande satisfaction pour moi d’apprendre que vous continuez à vous bien porter ainsi que votre mari et vos charmants enfants que j’embrasse. Mes fils se joignent à moi pour vous témoigner combien nous avons été sensibles aux marques d’amitié que vous nous avez données. Croyez que j’en garderai le souvenir toute ma vie. Je n’oublierai pas non plus l’accueil flatteur que m’ont fait toutes les personnes de votre société. Veuillez à cet égard être mon interprète près d’elles et leur dire mille choses honnêtes et gracieuses de ma part et particulièrement à madame votre mère. Recevez, ma chère nièce, le témoignage d’amitié de ma famille et l’assurance des sentiments d’attachement que vous a voués votre affectionnée tante. Mes fils vous présentent leurs hommages respectueux et vous prient de les faire agréer à monsieur de Couturelle.


Article révisé le 02/02/2020.

 

pour madame veuve baronne de Comerford…, 1829

Reçu donné à Louis-Dominique-Joseph de Lencquesaing (1763-1854) qui a mis 2483,25 francs au compte de la veuve baronne de Comerford née Marie-Joseph-Adélaïde de Lencquesaing (1757-1836). Lille, mars 1829. Archives de Laprée, Quiestède, 1.1462.


Article révisé le 02/02/2020.

impôt extraordinaire de 1813

Reçu délivré par le receveur des contributions directes (à Aire) à Marie-Louise-Joseph de Lencquesaing (1737-1826), veuve de Charles-Louis-François de Lencquesaing (1709-1787), d’un montant de 48 francs faisant l’importance de son impôt extraordinaire pour 1813. Aire, 7 décembre 1813. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2726.


Article révisé le 11/11/2019.

décès de Charles-Louis-François de Lencquesaing, 1787

Extrait du registre aux naissances, mariages, décès de la ci-devant paroisse de Saint-Pierre en la ville d’Aire, an III. Décès le 26 septembre 1787 et inhumation le 28 dans le cimetière « après un service célébré au son de toutes les cloches» de noble homme Charles-Louis-François de Lencquesaing (1709-1787), écuyer, chevalier de Saint-Louis, ancien capitaine au régiment de Royal-Wallon, mayeur d’Aire. Témoins : Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1772-1840), son fils ; messire le comte de Lannoy, commandant du fort Saint-François. Anciennes archives Paul Denis du Péage (1874-1952) (cachet). Archives de Laprée, Quiestède, 1.0736.


Article révisé le 26/10/2019.

brevet de mayeur, 1773

Brevet de mayeur de la ville d’Aire pour Charles-Louis-François de Lencquesaing (1709-1787). Versailles, 20 novembre 1773. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0086.


Article révisé le 25/10/2019.