permis de conduire de Jacques de Lencquesaing, 1908

Certificat de capacité valable pour la conduite d’une voiture automobile avec moteur à pétrole délivré à Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914). Nice (Alpes-Maritimes), 15 janvier 1908. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2843.


Article révisé le 19/06/2020.

église Saint-Pierre à Aire, v.1900

Carte postale de l’église Saint-Pierre (extérieur) à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) adressée à Robert de Lencquesaing (1889-1968) peut être par son frère aîné Jacques (1883-1914), 1904. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2745.


Article révisé le 14/12/2019.

à Boulogne-sur-Mer, 1885

Portrait de groupe à Boulogne-sur-Mer. À l’arrière-plan, de gauche à droite : madame René-Henri-Séraphin d’Hespel de Flencques née Anne-Marie-Adélaïde de Melun (1843-1920) (tenant une ombrelle) ; René-Henri-Séraphin d’Hespel de Flencques (1840-1926) (à la gauche de son épouse) ; Paule-Marie-Joseph-Isabelle d’Hespel de Flencques (1871-1925) (à la gauche du précédent) ; Albéric-Louis de Lencquesaing (1851-1936). Au second plan, de gauche à droite : Geneviève-Marie-Joseph d’Hespel de Flencques (1875-?) (tenant l’épuisette) ; le comte Anatole-Louis-Joachim-Joseph de Melun (1807-1888) ; Antoinette-Marie-Philomène d’Hespel de Flencques (1864-1933) tenant sur ses genoux Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914). Au premier plan, peut-être Marie-Renée-Joseph d’Hespel de Flencques (1872-1918). Photographie Auguste-Louis-Alexandre Patte (Boulogne-sur-Mer), v.1885. Archives de Laprée, Quiestède, 5P0103.48.


Article révisé le 13/12/2019.

lettre du capitaine Joseph du Teil, 1914

jacques

Lettre du capitaine Joseph du Teil (1863-1918), du cabinet du ministre de la Guerre, à Albéric-Louis de Lencquesaing (1851-1936). Bordeaux, 14 (?) novembre 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2319.

Bordeaux, le 14 [?] novembre 1914.

Cher monsieur, Je ne veux pas attendre le résultat de l’enquête que j’ai demandée à Reims pour vous dire toute la part que nous prenons, Madame du Teil et moi, à votre immense chagrin. Votre fils Jacques nous était extrêmement sympathique. J’appréciais beaucoup ses qualités de cœur et d’intelligence et sa parfaite courtoisie. Je le considérais comme un ami bien qu’il fût infiniment plus jeune que moi. 

J’aurais bien voulu vous renseigner sur son hospitalisation mais, malheureusement, à cause de la gravité de sa blessure, il était demeuré à proximité du front, de sorte que le ministère n’avait pas reçu avis de son évacuation.

Continuer la lecture de « lettre du capitaine Joseph du Teil, 1914 »

lettre de l’aumônier militaire, 14 novembre 1914

jacques

Lettre de G…, vicaire de Saint-Rémy et aumônier militaire à l’Hôpital civil de Reims au curé de Quiestède. Hôpital civil de Reims, 14 novembre 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2301.

Monsieur et cher confrère,

Je viens de recevoir et votre lettre et celle de monsieur le maire de Quiestède. Vous voudrez bien vous charger de communiquer à monsieur de Lencquesaing ce qui pourrait l’intéresser.

Le militaire Jacques de Lencquesaing est mort ici salle Jolicœur après un passage d’à peine vingt-quatre heures. L’état du malheureux jeune homme ne lui permettait pas de nous donner ses dernières instructions. Il put toutefois me montrer qu’il était heureux de recevoir les derniers sacrements et d’offrir sa vie à Dieu notre maître pour le succès de nos armes et le salut de la France.

Continuer la lecture de « lettre de l’aumônier militaire, 14 novembre 1914 »

lettre du lieutenant André Pagnier, 1915

jacques

Lettre du lieutenant André Pagnier à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), mère de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914). Hôtel Célérier (Coussac-Bonneval, Haute-Vienne, papier à en-tête), 1er mars 1915. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2306.

Coussac-Bonneval, le 1er mars 1915.

Madame,

Je viens de reprendre le commandement de la 29e compagnie que j’avais au début de septembre quand est parti votre fils.

Je vais vous donner les quelques renseignements que j’ai pu réunir, heureux s’ils peuvent apporter un peu d’adoucissement à votre chagrin.

Je suis arrivé, évacué  pour maladie, au dépôt à Bernay le 29 août et on m’a confié le commandement de la 29e. Un renfort de 400 hommes et gradés venait d’être demandé et ma compagnie devait en fournir cinquante. Le 1er septembre, votre fils s’est proposé à remplacer un caporal, père de trois enfants qui avait été désigné.

J’avais la veille proposé votre fils pour le grade de sergent mais la nomination n’a pu être faite avant son départ.

Le 2 septembre, j’ai accompagné à onze heures soir le détachement à la gare de Bernay et j’ai serré la main de votre fils, lui souhaitant bonne chance. Il m’a répondu qu’il estimait de son devoir de partir mais qu’il avait la conviction de n’en pas revenir. Je l’ai félicité du beau dévouement qu’il avait eu la veille et lui ai remonté le moral. Hélas il avait raison !

Bien que connaissant de Lencquesaing depuis quelques jours seulement, j’éprouvais pour lui une de ces sympathies qu’on ne s’explique souvent pas, sympathie qui s’était accrue lorsqu’il avait fait cette belle demande pour remplacer un père de famille. La nouvelle de sa mort m’a réellement peiné.

Je me suis renseigné de divers côtés afin de savoir où et comment la triste chose s’était passée. J’aurais voulu revoir les deux sergents partis avec lui et qui le connaissaient bien : Mascré et Bargnez. Ils sont encore au front et je vais leur écrire.

Il est bien difficile de recueillir des renseignements en ce moment et bien souvent ceux qu’on me donne sont contradictoires. Malgré tout, en rapprochant les dates et du départ de Bernay et du jour où votre fils a été blessé, nous arrivons aux certitudes suivantes. Le renfort dont faisait partie de Lencquesaing est arrivé au front le 7 septembre et a été réparti dans les diverses compagnies du régiment. Il ne m’a pas été possible de savoir dans quelle compagnie il a été placé. Le 15 septembre, jour où votre fils a été blessé, le régiment en entier combattait dans la plaine de Bétheny et allait à l’attaque des forts de Brimont et de Fresnes. Un de mes amis qui a été blessé m’a dit que le régiment était entre la voie ferrée de Reims à Laon et le champ d’aviation de Bétheny et ne pouvait plus avancer étant sous un feu terrible d’artillerie. Tous les blessés de cette journée l’ont été par des éclats d’obus.

Je n’ai pas d’autres renseignements pour le moment et je vais tâcher de savoir dans quelle compagnie se trouvait votre fils, quels étaient son capitaine et ses lieutenants. Peut-être par eux, s’ils sont encore vivants, pourrai-je avoir d’autres renseignements.

Veuillez croire, madame, à la part que je prends à votre chagrin et agréer l’assurance de mon respect. Lieutenant André Pagnier.

J’apprends à l’instant que le soldat Gras Georges (201e régiment d’infanterie, en campagne) était à côté de votre fils quand il est tombé. Peut-être par lui pourriez-vous avoir d’autres renseignements.


Article révisé le 06/11/2019.

Jacques de Lencquesaing, 1914

Souvenir pieux de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914), caporal au 201e régiment d’infanterie, tombé glorieusement pour la France à Bétheny (défense de Reims) le 15 septembre 1914, décédé le 16 septembre 1914 des suites de ses blessures à l’âge de 30 ans. Trois exemplaires. Archives de Laprée, Quiestède, SP0077.


Article révisé le 03/11/2019.

souvenir de Louis d’Hespel, 1915

jacques

Lettre de Louis d’Hespel de Flencques (Prémesques,1881-Massemen (Belgique), 1958) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa cousine (?), 25 mars 1915. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2299.

Ma chère cousine,

On m’a remis à l’État-major votre lettre restée en souffrance depuis si longtemps. Excusez-moi donc, je vous prie, à cause de ce contretemps, du retard que j’ai dû mettre à vous répondre.

Je m’empresse d’obéir à votre si légitime désir d’obtenir des nouvelles sur notre pauvre Jacques. En effet, je l’ai rencontré à Cambrai. Lui était au  1er de ligne, moi au 162e. Néanmoins, après les heures de service, nous nous retrouvions et, à partir de ce moment, nous étions très liés et prenions presque toujours nos repas ensemble. C’était une consolation mutuelle de retrouver de la famille. Ce cher cousin était très sociable et ne comptait que des amis parmi ceux qui le connaissaient.

Continuer la lecture de « souvenir de Louis d’Hespel, 1915 »

lettres du soldat Edmond Leclercq, 1915

jacques

Carte de correspondance militaire d’Edmond Leclerc à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sans date (< 10 mai 1915). Ponctuation corrigée pour faciliter la lecture du document. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2311.

Madame, Étant rentré au dépôt samedi 1er mai, j’ai appris au bureau de renseignement que vous recherchez votre fils. Je puis vous donner des nouvelles sur lui car j’ai toujours été de son escouade depuis le début que nous sommes arrivés à Cambrai. Ensuite, nous sommes partis à 400 du dépôt de Bernay et nous avons été aux environs de Montmirail. Nous avons battu les Allemands en retraite jusque Reims. Le lendemain de notre arrivée, nous sommes partis sur Bétheny et à cinq heures du matin nous avons été repérés par l’artillerie. Alors votre fils a été gravement blessé par un obus. Je lui ai encore donné à boire pendant qu’il était couché. Maintenant, je sais pas s’il a été ramassé mais je sais très bien l’endroit où il est tombé. Je lui ai donné la main avant de partir. Je vous salue. Leclercq, Edmond. Je vous mettrai plus de détails sur une lettre.

Continuer la lecture de « lettres du soldat Edmond Leclercq, 1915 »

lettre à Jacques, 9 octobre 1914

jacques

Lettre d’Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933) à Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914), son fils, 9 octobre 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2316.

Laprée, 9 octobre 14. Enfin, mon bien cher enfant, que faire pour que tes cartes ou lettres nous arrivent plus souvent ? C’est avec toi que cela cloche encore. Avec les autres, cela va mieux. Tâche d’envoyer souvent quelque chose. Sur le nombre, nous espérons qu’il en arrivera toujours. Dis-moi si tu reçois nos lettres et cartes. Robert* et Bernard** commencent à en recevoir. Reçu des lettres d’eux hier. [illisible] vont bien. Robert, pour la première fois me dit où il se trouve. Il écrit en effet sur une carte d’un château où ils se trouvent depuis dix ou douze jours. Il nous dit avoir manqué être tué revenant avec ses hommes la nuit. D’un [illisible] village, ils n’entendirent pas le  « Halte-là ! » d’une sentinelle qui, voyant qu’ils ne s’arrêtaient pas, tira sur eux. Personne n’a été blessé ni tué ! Que le bon Dieu et la Sainte-Vierge continuent à le protéger et tous les cinq aussi.

Continuer la lecture de « lettre à Jacques, 9 octobre 1914 »