Jean de Lencquesaing, v.1945

Photographie représentant Jean de Lencquesaing (1887-1964) devant le château de Laprée, v.1945. Probablement au second plan, Hervé de Lencquesaing (1920-1990), son neveu (de dos). Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0127.


Article révisé le 20/06/2020.

 

jours heureux d’autrefois, 1946

Mot du colonel et de la baronne Pierre Moullart de Vilmarest (écrit par madame née Marie-Josèphe de Montgazon) à Jean de Lencquesaing (1887-1964), suite au décès de son frère Bernard de Lencquesaing (1886-1946). La Sauverie (Danzé, Loir-et-Cher), sans date. Archives de Laprée, Quiestède, 1946. 1.2844.


Article révisé le 19/06/2020.

 

enfants Lencquesaing autour d’Anna Kunze à Cannes, v.1902

Les enfants d’Albéric de Lencquesaing (1851-1936) et d’Antoinette d’Hespel (1864-1933) – au moins Jean (1887-1964), Simonne (1888-1918) (assise), Élianne (1891-1972) (debout à l’arrière-plan), André (1893-1976) – entourant Anna Kunze (v.1845-1925), ancienne gouvernante au service de la famille d’Hespel, assise sur un banc dans un jardin de la villa du Lys à Cannes. Photographie, v.1903. Archives de Laprée, Quiestède, 5.P0108.36.


Article révisé le 19/01/2020. 

 

au château de Bambecq, 1924

Portrait de groupe au château de Bambecq (Racquinghem). De gauche à droite : Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964), André-Joseph de Lencquesaing (1893-1976), Jean-Marie-Alfred Tillette de Buigny (1855-1926), Albéric-Louis de Lencquesaing (1851-1936), Jean-Charles-Anaclet-Ghislain Barbier de La Serre (1873-1952), Paul-Anatole-Auguste-Marie Denis du Péage (1874-1952), madame Alfred Tillette de Buigny née Marie-Thérèse Plantard de Laucourt (1864-1951). Assises : madame Albéric-Louis de Lencquesaing née Antoinette-Marie-Philomène d’Hespel de Flencques (1864-1933), madame Jean-Charles-Anaclet-Ghislain Barbier de La Serre née Suzanne-Mathilde van Zeller d’Oosthove (1880-1927), madame Paul-Anatole-Auguste-Marie Denis du Péage (1874-1952) née Marguerite Becquet de Mégille (1880-1977). Château de Bambecq, Racquinghem, 24 juin 1924. Archives de Laprée, Quiestède? 5.P0103.47.


Article révisé le 13/12/2019.

au château de Batavia (Arques), v.1901

849

Au pied du perron du château de Batavia à Arques (Pas-de-Calais). De gauche à droite : Joseph Macquart de Terline (1886-1957), Bernard de Lencquesaing (1886-1946), Jean de Lencquesaing (1887-1964), Simonne de Lencquesaing (1888-1918), Jacques de Lencquesaing (1883-1914), Joseph Fouache d’Halloy (1868-1946) et son épouse (1901) née Thérèse de Lignaud de Lussac (1880-1931).

Continuer la lecture de « au château de Batavia (Arques), v.1901 »

dernière lettre d’Albéric, 1936

Lettre d’Albéric-Louis de Lencquesaing (1851-1936) à Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968), son fils. Paris, 11 février 1936. Archives de Laprée, Quiestède. 

2237.2

« Paris, 11 février [1936]. Mon cher Robert, ce sera avec grand plaisir que nous t’attendrons pour déjeuner vendredi et tu verras encore Marie-Antoinette qui ne nous quitte que vers trois heures. Et ainsi tu pourras loger très facilement chez nous. Vous logez chez nous. [s’ensuivent deux fois « nous »] Bien à vous de tout cœur. de Lencquesaing. »

Indication manuscrite en bas à gauche par Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968) : « dernière lettre de mon père».

Albéric-Louis de Lencquesaing (1851-1936) est mort à Paris (à son domicile au n°143 de l’avenue de Suffren) le 16 mars 1936.

Dans d’autres courriers :

Correspondance relative notamment à la ferme de Wevelgem (appartenant à Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) : quatre lettres de Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) à Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968), son frère : Paris, 20 janvier 1936, 1.2235  ; Paris, 22 janvier 1936, 1.2234  ; Paris, 30 janvier 1936 (carte postale), 1.2233  ; Paris, 5 février 1936,  1.2231. Archives de Laprée, Quiestède. 

« Nous voici arrivés à Paris. Mais ce pauvre papa est resté un peu fatigué de son voyage. Quelques symptômes de fléchissement musculaire dans les jambes nous ont ennuyés. Le médecin que nous avons fait venir nous dit que les troubles que le malade ressent sont provoqués par le durcissement des artères et par de l’angine de poitrine. Les crises provoquent un peu de paralysie des jambes qui ne dure pas longtemps. Je ne crois qu’il y ait danger immédiat, nous dit le docteur. Mais il pourrait partir dans l’autre monde très vite. Je tiens à le répéter pas pour le moment car tous les organes sont en parfait état. Papa trouve extraordinaire tout ce qui lui arrive n’ayant jamais été malade de sa vie. Tu avais pu remarquer comme moi son changement depuis trois mois. Il était miné par le mal qui commençait. Enfin, il faut bien mourir d’une façon ou d’une autre. »
 
(Lettre de Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) à son frère Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968). Paris, 20 janvier 1936. Archives de Laprée, Quiestède.)
 

« Je puis te donner quelques nouvelles rassurantes sur l’état de santé de notre cher père. La crise se calme. Je crois bien que cette amélioration que nous constatons ira en s’accentuant. Par précaution nous faisons venir le Père de Villars, son confesseur habituel. Mon père l’a accepté et nous ne lui avons pas caché son état qui n’est pas alarmant pour le moment mais, à son âge, toutes les surprises sont possibles. » 

(Lettre de Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) à son frère Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968). Paris, 22 janvier 1936. Archives de Laprée, Quiestède.)

« J’ai trouvé papa très bien. Naturellement marchait un peu moins bien. Cet après-midi, il a dû aller voir Paul de Pas en taxi et nous avons obtenu qu’il revienne en taxi. Il voulait revenir en autobus. » 

(Lettre (sur carte postale) de Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) à son frère Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968) (à la Villa Les Roses, Saint-Martin-au-Laërt). Paris, 30 janvier 1936. Archives de Laprée, Quiestède.)

« L’angine de poitrine dont mon père souffre est très grave. Il peut s’en aller dans l’autre monde assez rapidement. Le cœur tient bon heureusement mais la marche devient très difficile. Hier il a été voir avec André le docteur Topain qui avait déjà soigné les voies urinaires. Il lui a donné l’adresse d’un grand spécialiste pour le cœur. Nous irons le voir lundi prochain. » 

(Lettre de Jean-Joseph-Alexandre de Lencquesaing (1887-1964) à son frère Robert-Frédéric-Michel de Lencquesaing (1889-1968). Paris, 5 février 1936. Archives de Laprée, Quiestède.)


Article révisé le 07/10/2019.