jardins de Laprée, début XIXe siècle

Projet d’aménagement des jardins du château de Laprée par Louis-Dominique-Joseph de Lencquesaing. Photographie d’un dessin daté du début du XIXe siècle, aujourd’hui encadré et présenté dans le bureau du rez-de-chaussée (2020). Archives de Laprée, Quiestède, 3.2910.

Ce projet daterait du début du XIXe siècle. Il a été présenté après-coup à Louis de Lencquesaing (1768-1854) qui n’était pas satisfait du coup d’œil sur ses jardins depuis les fenêtres de sa salle-à-manger. Trop coûteux, ce projet n’a pas été retenu : « Le sieur Clabaud ayant manqué le but de son canal depuis la fenêtre du salon dont il devait faire des courbes bien allongées, les a fait tortueuses de manière que l’île qu’il a établie n’est point vue de la porte du salon de compagnie, ce qui a tout à fait masqué le coup d’œil qu’il était bien aisé à lui de faire apercevoir. Voyant qu’il s’était trompé, il a fait après un plan pour tenter de réparer ses bévues, le tout sûrement dans l’espoir de chercher à gagner davantage, ce que M. de Lencquesaing n’a pas tenté d’essayer davantage. »  Du temps de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1707-1776), grand-père de Louis, il semble que les jardins étaient à la française, organisés en multiples carrés de pelouses rectilignes.


Article révisé le 29/07/2020.

fontaine de Coquaille

Recueil de témoignages relatifs au détournement des eaux de la fontaine de Cocquaille, XVIIIe siècle. Incomplet. Archives de Laprée, Quiestède, 3.1464.


Article révisé le 19/03/2020.

procuration pour traiter avec messieurs du chapitre de Saint-Omer, 1743

Procuration donnée par le comte de Lannoy à Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) pour traiter avec messieurs du chapitre de Saint-Omer afin de rectifier un bout de rivière, « et l’ayant confiée à messieurs du chapitre, elle s’est trouvée égarée et me l’ont remise quelques temps après ». Lille, 19 août 1743. Archives de Laprée, Quiestède, 3.0783.


Article révisé le 15/03/2020.

bail de la ferme de Laprée, août 1803

Bail de neuf années consenti par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805), rentier, demeurant à Lille, à Michel-Joseph Mahieu, cultivateur, demeurant à Quiestède, de 35ha46a20c (100m) consistant en un château, cour, basse-cour, jardin, ferme et pigeonnier entourés de fossés et avant-fossés, pâtures, prairies, terres à labour et rietz, « faisant le marché de la ferme de Laprée situé au terroir de Quiestède et à l’environ ». Rendage : 1 350 francs. Paiement annuel au 12 prairial. Aire (notaire Mathieu-Joseph Hermand), 22 thermidor an XI. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2788.


Article révisé le 03/03/2020.

il faut relever et entretenir la rivière jusqu’au Pont-à-Ham, v.1744

Pièce du procès pour Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) contre les chanoines de Saint-Omer, propriétaires du moulin d’Ecques, pour qu’ils relèvent et entretiennent la rivière depuis leur moulin jusqu’au Pont-à-Ham, v.1744. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2767.

Porte une indication relative à la reconstruction du château de Laprée :

…ce qui porte un très gros préjudice au suppliant qui s’est trouvé en 1740 dans l’obligation d’abattre un quartier neuf de son château de Laprée que son grand-père avait bâti et, quoique le suppliant ait bâti à neuf son château et qu’il se soit mis un pied au-dessus du niveau des eaux, cependant son fils ou son petit-fils se trouveront dans le cas malheureux où le suppliant s’est trouvé en 1740 par la faute desdits chanoines qui, par faute de curement de rivière, se trouveront dans la suite des temps dans l’obligation de relever encore leur moulin et laisseront par leur négligence rehausser toujours le lit de la rivière.  


Article révisé le 12/01/2020.

un laboureur de Rebecques se porte caution, 1763

Pleige et caution solidaire de François-Joseph Delehaye, laboureur à Rebecques, et de Jeanne-Thérèse Bayart, sa femme, en faveur de François-Joseph Chavin, laboureur actuellement à Quiestède, et de Jeanne-Françoise Delehaye, sa femme, pour sûreté des rendages, charges, clauses, conditions et accessoires du bail accordé à ces derniers de la ferme, cense et marché de Laprée à Quiestède par Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) (bail passé à Aire le 27 août 1763). Aire (notaires Varlet et Dewimille), 23 novembre 1763. Archives de Laprée, Quiestède, 1.0846.


Article révisé le 15/12/2019.

 

Laprée, 1777. Salon, office, chambre, vestibule…

Prisée des meubles et effets du château de Laprée, 8 juillet 1777. Archives départementales du Pas-de-Calais, fonds Clouët des Pesruches, 43J64/15.

Dans le salon

  • 2 verges de fer estimées 30 sols (1 # 10 s)

Dans l’office de la place à manger

  • une armoire de bois blanc estimée 7 livres 10 sols (7 # 10 s)
  • un bureau de bois de chêne et un petit écran estimés 10 livres (10 #)
  • une verge de fer estimée 20 sols (1 #)
  • un tiné de brasseur estimé 3 livres (3 #). C’est un gros bâton qui sert aux garçons brasseurs à transporter la bière et à la descendre à la cave au moyen de deux chaînes qui accrochent le tonneau. Deux ouvriers se placent l’un à un bout, le second à l’autre du tiné qu’ils portent sur l’épaule.  

Continuer la lecture de « Laprée, 1777. Salon, office, chambre, vestibule… »