marché aux volailles de Saint-Omer, 1904

Carte postale représentant le marché aux volailles de Saint-Omer adressée à Bernard de Lencquesaing (1886-1946) ou à Robert de Lencquesaing (1889-1968) (au château de Laprée). Aire-sur-la-Lys, 29 juin 1904 (cachet de la poste). Archives de Laprée, Quiestède, 1.2764.


Article révisé le 10/01/2020.

1567, les Jésuites à Saint-Omer…

En 1553, le siège épiscopal de Thérouanne est détruit sur ordre de Charles Quint. Soutenu par les États d’Artois, le Magistrat de Saint-Omer réclame rapidement le transfert du siège épiscopal en arguant de la présence à Saint-Omer d’une partie du chapitre morin. En 1558, Philippe II divise le diocèse de Thérouanne en trois diocèses, censés, par leur taille plus modeste, être efficace dans la lutte contre la Réforme : celui de Boulogne, sous domination française ; celui d’Ypres, flamand ; celui de Saint-Omer, bilingue, formant une étroite bande de Gravelines à Lillers. Si l’évêché de Saint-Omer est érigé par deux bulles de Pie IV en 1561, il faut néanmoins attendre 1563 pour en connaître le premier titulaire, Gérard d’Haméricourt.

Continuer la lecture de « 1567, les Jésuites à Saint-Omer… »

mentalité audomaroise, 1778

« J’espère que vous ferez remettre une bonne somme à M. du Bois car il sera sans cela très embarrassé vu que je l’ai chargé de payer des dettes que j’ai à Saint-Omer et auxquelles je serais bien fâché qu’il manquât, n’aimant pas manquer de parole ni à devoir, étant désagréable de faire crier après soi, surtout dans des petites villes comme Saint-Omer, où l’on n’aime pas mieux qu’à tomber sur la pelure de quelqu’un… »

Lettre de Louis-Eugène-Marie de Beauffort (1728-1793) à Pierre-Paul-Raulin Garnier (1717-1787), époux de Marie-Marguerite de Saint-Just (1719-1809), 1778.

François de SAINT-JUST, Chronique intime des Garnier d’Ardres (1767-1824), 1973, p.30.


Article révisé le 04/11/2019.

chanoine François Martel, 1683

francois-martel

D.O.M.

ET MEMORI‎Æ VEN AC RDI DNI
FRANCISCI MARTEL EX CAMPANIA
APUD BOLONIENSES ORIUNDI HUIUS
DUM VIVERET ECCLESIÆ CATHEDRALIS
CANONICI QUI FUNDATIS….
AMPLA BURSA ET OBITU SOLEMNI
OBIIT DIE DECIMA SEPTIMA IULII
1683 ÆTATIS SUÆ ANNO 53
REQUIESCAT IN PACE AMEN

Originaire de Campagne-lès-Boulonnais, François Martel (v.1630-Saint-Omer, 1683) est admis à la dignité sacerdotale et attaché au diocèse de Boulogne. Nommé chanoine de la cathédrale de Saint-Omer, il prend possession de sa prébende le 1er octobre 1677. Il est enterré près de l’horloge dans le transept nord.

Continuer la lecture de « chanoine François Martel, 1683 »

chanoine Doresmieulx, 1785

Commission départementale des monuments historiques, Épigraphie du département du Pas-de-Calais, tome V, Arras, 1892, p.49-50.

MONUMENTUM

VENERABILIS DOMINI
JOANNIS BAPTIST‎Æ JOSEPHI
DORESMIEULX
HUJUS ECCLESIÆ CANONICI NOBILIS GRADUATI
VIR EXTITIT
GRAVITATE ET MORUM INTEGRITATE CONSPICUUS
PIETATE IN PERSOLVENDIS DIVINIS OFFICIIS
JUXTA AC ASSIDUITATE COMMENDABILIS
IN PERTRACTANDIS CAPITUALI NEGOTIIS
SEDULITATE ATQUE SAGACITATE NULLI SECUNDUS
UNDE MEMORIA EJUS HIC DIU LAUDABITUR
OBIIT
DIE 24A AUGUSTI 1785 ÆTATIS SUÆ 59
JACET IN CLAUSTRI PARTE OCCIDENTALI
ANIMA EJUS ET ANIMÆ FIDELIUM DEFUNCTORUM
REQUIESCAT IN PACE

Jean-Baptiste-Joseph Doresmieulx, prêtre, curé du Nard près de Saint-Omer, est nommé le 8 novembre 1765 au canonicat et à la prébende diaconale réservés aux gradués nobles par le doyen Théodore-Jacques de Bryas, en vertu d’une commission royale donnée pendant la vacance du siège, à la mort de l’évêque Pierre-Joseph de Brunes de Monlouet (1754-1765).

Cathédrale de Saint-Omer, flanc occidental du transept. Marbre blanc cintré et encadré de bois noir, 1,62 m x 0,79 m, armorié (Doresmieulx : d’or à la tête de more de sable accompagnée de 3 roses de gueules).


Article révisé le 07/10/2019.

 

crise de 1810-1812 à Saint-Omer

Épisode important de l’histoire du Premier Empire, le blocus continental (ou de manière abrégée, le Blocus) est le nom donné à la politique suivie par Napoléon Ier, qui tentait de ruiner le Royaume-Uni en l’empêchant de commercer avec le reste de l’Europe, engagée par le décret de Berlin en novembre 1806. Le blocus continental prend fin en avril 1814, avec le départ de Napoléon pour l’île d’Elbe.

Saint-Omer le subit de plein fouet entre 1810 et 1812. La médiocrité de l’agriculture dans la campagne environnante provoque une hausse violente du prix du blé, la ville étant essentiellement ravitaillée en blé par bateau depuis Gravelines et Dunkerque.

Continuer la lecture de « crise de 1810-1812 à Saint-Omer »

vénerie dans le pays de Saint-Omer

Édouard-Guy comte du Passage (1872-1925), Un siècle de vénerie dans le nord de la France, Paris, 1912, p.342-347.

Saint-Omer fut durant tout le dix-neuvième siècle une petite ville de province sachant garder dans son enceinte de canaux une société agréable et mondaine. Entourée par les forêts d’Éperlecques, de Tournehem et de Clairmarais, il est aisé de concevoir que parmi la gentry de la contrée, il se rencontra nombre de chasseurs, voire même de veneurs.

Le vicomte du Tertre et monsieur Léonce Bacon sont les seuls survivants de ces joyeuses réunions, où se retrouvaient : monsieur Gustave d’Artois, le père Bau, le comte de Bouillé, messieurs Henri Donjon de Saint-Martin, Charles Donjon de Saint-Martin, Marcotte de Noyelles, le marquis de Fricon, messieurs de Laage de Bellefaye, Bacon, Félix et Alfred de Monnecove et le comte de Valanglart.

Continuer la lecture de « vénerie dans le pays de Saint-Omer »