Une famille

« Fils magnanime de Tydée, pourquoi me demandes-tu ma naissance? Telle la naissance des feuilles, telle celle des hommes. »

Homère, Iliade, chant VI, VIIIe siècle avant J.-C.

 » Et c’était moi qui étais chargé de faire tomber du sac de pharmacie dans une assiette la quantité de tilleul qu’il fallait mettre ensuite dans l’eau bouillante […] Mille petits détails inutiles […] me donnaient, comme un livre où on s’émerveille de rencontrer le nom d’une personne de connaissance, le plaisir de comprendre que c’était bien des tiges de vrais tilleuls, comme ceux que je voyais avenue de la Gare, modifiées, justement parce que c’étaient non des doubles, mais elles-mêmes et qu’elles avaient vieilli. Et chaque caractère nouveau n’y étant que la métamorphose d’un caractère ancien, dans de petites boules grises je reconnaissais les boutons verts qui ne sont pas venus à terme ; mais surtout l’éclat rose, lunaire et doux qui faisait se détacher les fleurs dans la forêt fragile des tiges où elles étaient suspendues comme de petites roses d’or […] me montrait que ces pétales étaient bien ceux  qui avant de fleurir le sac de pharmacie avaient embaumé les soirs de printemps. »

  Marcel Proust (1871-1922), À la Recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.

« Le monde commençait avec Éléazar. Avant, tout était obscur puisque nous n’étions pas encore nés. Je me disais bien qu’Éléazar aussi devait avoir un père et une mère, deux grands-pères et deux grands-mères et huit arrière-grands-parents. Mais ils n’existaient pas, parce qu’ils n’avaient pas de nom. Les choses et les personnes n’avaient de sens pour nous que par le nom qu’elles portaient. »

Jean d’Ormesson (1925-2017), Au plaisir de Dieu, Paris, 1974.

 

 

Tous les peuples du monde ont construit des récits relatifs à l’origine de la Terre, du Ciel et de la Vie. La plupart citent un principe créateur – dieu, idée ou élément – à la source de toute chose. Si nous voulons considérer la création du monde comme un événement, cela implique de la situer au sein de l’écoulement du temps. Et si nous concevons le temps comme une entité linéaire, comme c’est le cas en Occident, nous sommes alors inévitablement amenés à nous interroger sur l’existence et la signification d’un avant.

« Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » sont les premiers mots de la Bible. Le récit de la Genèse a dominé la cosmogonie en Occident jusqu’au XVIIIe  siècle en proposant l’« Heptaméron », une classification rationnelle en sept jours. Au XIXe siècle, la notion d’évolution prend le pas sur la notion de création et l’astrophysique découvre les berceaux des étoiles sous forme de nébuleuses gazeuses. La théorie du big-bang, élaborée dès le début du XXe siècle, améliorée au point d’être désormais indiscutée, propose un panorama quasi complet de l’évolution cosmique, depuis la naissance de l’espace-temps-matière dans le vide quantique il y a environ 13,5 milliards d’années jusqu’à l’émergence de la complexité il y a environ 300 000 ans. Les télescopes les plus perfectionnés montrent les germes des premières galaxies, les accouchements d’étoiles au sein de nuages d’hydrogène interstellaire, les parturitions de planètes dans des disques de poussières… Nous sommes dans un cosmos où la genèse est toujours en cours. Mais ce n’est plus tant l’origine du monde que l’origine de la vie qui demeure énigme tout comme ses structures plus élaborées encore qu’on appelle les cultures, apparues il y a près de 70 000 ans. Celles-ci ont donné le coup d’envoi à l’histoire des hommes. Le grand récit commence alors…

« Au commencement était le Verbe » sont les premiers mots du Prologue de l’Évangile selon Jean. Une première parole qui dit que la parole est première, qui dit la parole première. Si le Verbe vient du latin « verbum » signifiant « parole », le mot originel, « λόγος » / « lógos » est grec. Il signifie un discours, une parole créatrice. Il est aussi justement la racine de « prologue », « pro »-/« προ » signifiant « avant » et « lógos » / « discours » : le prologue est un discours introductif ou préambule.

La généalogie, orale puis écrite, rythme les récits fondateurs de la plupart des grandes civilisations. Des chapitres entiers de la Bible, principalement dans la Genèse et les Chroniques, sont des généalogies. La Théogonie d’Hésiode chante la généalogie des dieux grecs. Le souvenir et le culte des ancêtres distinguent le patriciat de la plèbe et assurent la légitimité politique dans la Rome antique. Le Nouveau Testament, dès son premier Évangile, celui de Matthieu, s’ouvre par la généalogie descendante d’Abraham jusqu’au Christ. Le troisième, l’Évangile selon saint Luc, en établit une autre, ascendante cette fois du Christ jusqu’à Adam et divergeant parfois de la précédente. Ces deux textes, lus chaque année au temps de Noël, ont longtemps été familiers des chrétiens. Inspirés par l’arbre de Jessé, les Vitae des saints et les Gesta des abbés et des évêques, les grands feudataires du Moyen-Âge étaient naturellement sensibles aux suites ininterrompues d’ancêtres plongeant dans une antiquité de légende, prétendument troyenne, mérovingienne ou carolingienne. La maison de Croy qu’a servi Jehan de Lencquesaing ne fait pas exception à cette construction d’immortalité. En mémoire de son grand-oncle Guillaume de Croÿ dit le Sage, Charles, premier duc de Croÿ, quatrième duc d’Aerschot, a fait ainsi peindre aux stalles de l’église du monastère de Héverlé, près de Louvain en Brabant, six arbres généalogiques tenant tant de la démonstration d’orgueil et de vanité que de la déclaration de puissance. Le premier développe la postérité d’Adam jusqu’à Nemord ; le deuxième, celle de Nemrod à Attila ; le troisième, celle d’Attila jusqu’à Marc de Hongrie ;  le quatrième, celle de Marc de Hongrie jusqu’au duc ; le cinquième, celle de Henri Ier, duc de Brabant jusqu’à Marguerite de Lorraine ; le sixième, de Saint-Louis jusqu’à Jacqueline de Luxembourg, mère de Guillaume de Croÿ, duc de Soria, fondateur du monastère.

Jehan de Lencquesaing n’est ni un dieu, ni un saint, ni un prince de l’église, ni un grand seigneur. Mais, par sa parole première, il a fondé sa famille à l’époque moderne, dans le dernier tiers du XVIe siècle. Une fois assuré de sa bonne assise au sein de la société des Pays-Bas, il a en effet ressenti le besoin de s’extraire de l’indifférenciation dans laquelle se trouvaient jusqu’alors confondus ses parents en s’individualisant et en amorçant l’écriture d’un livre.

L’Histoire des Lencquesaing commence dès lors par le verbe de Jehan et, tel le rameau sortant du tronc de Jessé, jaillit jusqu’à aujourd’hui du halo de mystère entourant cet ancêtre. C’est bien de Genèse dont il est question, du commencement et du commandement, selon les deux traductions possibles des premiers mots (« ἀρχή » / « arkhè »)  de la Bible en grec. Comme le commencement de sa propre religion qui est institution de mémoire par définition, le verbe de Jehan forme le prologue d’une longue litanie des origines, d’une généalogie de près d’un demi-millénaire qui est elle-même discours, parole créatrice par son étymologie même : « γενεά » / « genea », « génération » et « λόγος » / « lógos »… de Jehan de Lencquesaing (1555-après 1602) à Albéric de Lencquesaing (1851-1936)….

Karl-Michael Hoin, 2020.


Page révisée le 21/10/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.