Les Lencquesaing du XVIIIe siècle et de la Révolution

Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776)

Même si devant le peintre il porte une belle cuirasse sur lequel flotte le rouge d’un drapé Grand Siècle – telle la bande pourpre posée sur la toge -, Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) ne s’est pas adonné  à l’essentiel de l’idéal de vie noble qu’est le métier des armes.

Tôt orphelin, c’est son grand-père Rogier (1658-1730) qui se charge de sa bonne éducation, la confiant aux Jésuites de Saint-Omer puis à ceux de Douai. La mort de monsieur Rogier en 1730 le laisse seul pour préparer son établissement : ce sera en 1733 avec Marie-Josèphe-Eugénie Dupuich (1709-1748), d’une famille aisée d’anciens brasseurs de Béthune très récemment anoblie. Les malheurs communs rapprochent les cœurs : comme son futur époux, la jeune fille a perdu tôt ses parents.  C’est donc un oncle maternel, Eugène-Lamoral Dubois (1687-1755), qui reçoit le prétendant et conduit avec lui les discussions sur le contrat de mariage.

Leur vie conjugale dure quinze ans : Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing perd en effet son épouse son épouse en 1748 et des huit enfants qu’elle lui a donnés, cinq sont décédés  très jeunes.

L’incendie de leur maison à Saint-Omer en 1737 le décide à s’intéresser au vieux château de Laprée, sur la seigneurie acquise par son grand-père en 1669. Sur les plans de l’Audomarois Jean-Louis Chipart, géomètre arpenteur, il fait bientôt élever l’actuel corps de logis, achevé en 1740. Il mène dès lors une vie de gentilhomme campagnard, gérant son héritage et l’arrondissant quand une bonne occasion se présente (la seigneurie de Lescoire en 1758, la terre à clocher de Quiestède et le fief vicomtier de Rond en 1771).  Solidaire de la dignité officière et de l’identité urbaine des premiers Lencquesaing, il rachète en 1760 pour sa famille un office héréditaire : celui de grand bailli d’épée de Saint-Omer, acheté à la famille de Beauffort.

Cet homme épris de tranquillité, de mœurs simples et très religieux, représente sans doute assez bien la moyenne noblesse de la France du Nord. Il a laissé à l’historien d’abondantes archives qui nous permettent de dégager les traits essentiels d’une vie noble en province sous le règne de Louis XV.

Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805)

Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing rêve comme tous les jeunes gens de son ordre du miroitement des lames, de défilés retentissant d’hommes armés et de grands chevaux chaussés de fer. Il est enseigne en mai 1753 en la première compagnie ordinaire du troisième bataillon du régiment de Navarre commandé par le comte de Choiseul. Il devient lieutenant en la compagnie de Bataille au même régiment en avril 1755, lieutenant en la compagnie de Choisy au même régiment en juin 1755. Il est capitaine au même régiment de Navarre en juin 1760. En 1764, il reçoit son compte de retraite : 2 577 livres, une somme qu’il n’a sans doute jamais perçue intégralement. Son temps est celui du malaise et du découragement pour les officiers de l’armée française car nombreux sont ceux sans emploi après la réforme de 1763. Les grands confisquent pour leur progéniture des grades prématurés. La bravoure et l’honneur des petits gentilshommes est au mieux récompensée par le grade de capitaine, la croix de Saint­-Louis attachée à la boutonnière de l’habit par un petit ruban rouge. Pour des gages modiques, le soutien d’un fils au service perce la bourse paternelle et bien des familles ne s’en relèvent jamais : la carrière militaire est un investissement à fonds perdus. L’équipement du cavalier coûte en effet très cher. Outre sa charge, vénale, le capitaine doit acheter une compagnie et payer certains frais de la levée.

Le temps, la terre, le corps aussi fabriquent la noblesse. Eustache a justement la finesse et les grâces, des grâces naturelles qui expriment la facilité d’être, un magnétisme,

Fuyant Lille et après un court séjour au château de Sains bien enfoui dans les bois chez son beau-frère Le Caron de Canettemont, Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) s’installe entre le 14 septembre 1793 et le 18 février 1794 dans une maison appartenant au cultivateur Nicolas Duseval, rue de Lucheux. En août 1794, il est en détention à la prison de Bicêtre à Amiens.

Karl-Michael Hoin 2020.

Sommaire :

  1. Fin de la tutelle de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing, 1721
  2. Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing à Douai chez les Jésuites, 1722
  3. Les dots des époux Lencquesaing-Dupuich, 1733
  4. La belle-famille de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing : les Dupuich de Mesplau.
  5. La mort et la succession de Marie-Joseph-Eugénie Dupuich, 1748.
  6. Le « Journal de ma despense », un document historique exceptionnel.

Page révisée le 11/10/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.