vie religieuse du pays au Moyen-Âge

Les communes de l’actuel arrondissement de Saint-Omer font toutes partie au Moyen Âge de l’ancien diocèse de Thérouanne et presque toutes de l’archidiaconé d’Artois dans ce diocèse, sauf au nord quelques paroisses du doyenné de Marck relevant à ce titre de l’archidiaconé de Flandre.

Les deux grandes puissances qui se partagent et se disputaient la région, le roi très chrétien dans le Boulonnais, le roi catholique en Artois et en Flandre, obtiennent du pape en 1559 qu’il dépèce le diocèse de Thérouanne en deux puis en trois nouveaux diocèses : celui de Boulogne en territoire français, ceux de Saint-Omer et d’Ypres en territoire « espagnol ». Notons que la grande majorité des communes de l’arrondissement ont relevé entre 1559 et 1790 du diocèse de Boulogne et non du diocèse de Saint-Omer.

Il faut relever dans cet arrondissement le nombre élevé d’églises paroissiales. Presque toutes appartiennent au Moyen-Âge à un patron ecclésiastique – l’évêque, le chapitre cathédral et l’abbaye de Saint-Bertin sont les plus gros possesseurs d’églises – qui choisit le curé, le présente à l’évêque et surtout perçoit à son profit une partie des revenus paroissiaux, les « revenus de l’autel » (une partie des dîmes et les oblations ou offrandes des paroissiens), ne laissant au curé résidant qu’une part ou portion « congrue », c’est-à-dire, en théorie, convenable.

Dans la coutume de cette région, le patron et le curé, le clergé, sont le plus souvent responsables du chœurs, leur domaine. Les paroissiens, les laïcs, le sont de la nef dans laquelle ils se tiennent durant la messe. Ce partage coutumier est très important pour la construction, les agrandissements, l’entretien, l’embellissement des églises paroissiales !

Les chapitres de chanoines séculiers sont au Moyen-Âge :

  • le chapitre cathédral de Thérouanne, issu du groupe de clercs qui assurent le service de la cathédrale, autour de l’évêque. Il comprend 35 chanoines au XIVe siècle. C’est lui qui possède, et de loin, le plus d’églises paroissiales.
  • le chapitre de Saint-Omer, né d’une scission au sein de l’abbaye de Saint-Bertin. L’abbaye de Sithiu comprend en effet au moins deux églises : Saint-Pierre et Saint-Paul dans l’île de Sithiu où repose le corps de saint Bertin, et Notre-Dame sur la terre ferme où repose le corps de saint Omer. Longtemps, les moines ont desservi les deux sanctuaires. Mais, en 816-817, les conciles d’Aix-la-Chapelle ont prescrit aux moines de l’empire carolingien d’adopter pour de bon la seule règle de saint Benoît et aux clercs vivant en communauté, les chanoines donc, d’adopter une règle que l’on appelle la la règle d’Aix. Les desservants de l’église Notre-Dame ont choisi en 820 la règle des chanoines et se séparent des moines. Ce chapitre de trente chanoines et l’église Notre-Dame vont devenir un noyau de la ville de Saint-Omer qui s’étendra peu à peu entre les deux églises.
  • l’église collégiale Saint-Pierre d’Aire, créée vers 1059 par le comte de Flandre Baudouin V dont les successeurs vont porter jusqu’à trente-huit le nombre des chanoines, plus qu’à Thérouanne et à Saint-Omer.
  • le chapitre de Fauquembergues, apparu dans la première moitié du XIIIe siècle. Il a été fondé par les châtelains de Saint-Omer, seigneurs de Fauquembergues. Avec sa dizaine de chanoines, il est bien plus modeste que les précédents. Son histoire est encore très mal connue.

Les abbayes d’hommes vivant sous la règle de saint Benoît (moines noirs) étaient au nombre de deux :

  • en tête, et de loin, la grande abbaye fondée en 649 sur la donation d’Adroald dans l’île de Sithiu, sur l’Aa. Omer, évêque de Thérouanne et ancien moine de Luxeuil, y installe des moines dont les plus connus sont Bertin, premier abbé, Momelin (plus tard évêque de Noyon) et Ebertramme. Le monastère est dédié, comme souvent à l’époque mérovingienne, aux apôtres Pierre et Paul mais il prend plus tard, non moins classiquement, le nom de son premier et saint abbé qui y est enterré. Malgré la scission de 820, le monastère prospère spirituellement et matériellement au moins jusqu’au XIIIe siècle. De 140 avant 820 et d’une centaine au IXe siècle, le nombre de moines tombe à une petite cinquantaine aux XIVe-XVe siècles. La richesse foncière de Saint-Bertin est considérable : en Artois, en Flandre, en Vermandois, en Rhénanie et dans le Kent.
  • l’abbaye Saint-Jean-au-Mont, à Thérouanne, est fondée à la fin du XIe siècle par un évêque qui y place des moines venus de Fécamp en Normandie. Elle est détruite par la guerre en 1537. Les moines se transportent alors à Saint-Omer puis à Bailleul et enfin à Ypres où ils restent jusqu’à la Révolution.

On trouve aussi une abbaye cistercienne d’hommes vivant sous la règle de saint Benoît, mais suivant les usages et codifications de Cîteaux : l’abbaye de Clairmarais, fondée en 1140-1142 dans la forêt de Rihoult à partir de la toute récente abbaye des Dunes et avec l’appui du comte de Flandre Thierry d’Alsace. À la différence des abbayes bénédictines traditionnelles, les Cisterciens ne possèdent pas d’églises paroissiales.

Les chanoines réguliers sont représentés par une abbaye de Prémontrés, Saint-Augustin, fondée en 1131 par Milon I, évêque de Thérouanne et lui-même ancien Prémontré. L’abbaye est située dans la vallée de la Lys, sous les murs de Thérouanne, mais sur l’actuel territoire de Clarques.

Les abbayes cisterciennes de femmes sont fondées en très grand nombre dans les Pays-Bas dans la première moitié du XIIIe siècle. L’arrondissement de Saint-Omer en compte deux :

  • l’abbaye de Blendecques est la plus ancienne de ces maisons de moniales cisterciennes puisqu’elle remonte à 1182, grâce à l’évêque de Thérouanne et peut-être au châtelain d’Aire. L’abbaye, qui porte le vocable de Sainte-Colombe, ne rentre dans la filiation cistercienne qu’un peu plus tard, peut-être en 1206-1207.
  • l’abbaye de Bonham est fondée en 1223-1224 par la comtesse de Guînes qui y installe des moniales venues de Blendecques. Sur le territoire de la commune de Sainte-Marie-Kerque, au lieu-dit la Bistade, Notre-Dame de Bonham est détruite au cours de la guerre de Cent Ans et ce qui en est resté est annexé en 1395 à l’abbaye de Blendecques.

La chartreuse de Val-Sainte-Aldegonde est fondée en 1298 par un membre de la grande famille audomaroise de ce nom sur le territoire de Longuenesse. L’ordre fondé au IXe siècle par saint Bruno est très populaire au bas Moyen Âge alors qu’on ne fonde plus de monastère bénédictin ou cistercien depuis un siècle et demi. Le Val-Sainte-Aldegonde est l’une des plus anciennes chartreuses des Pays-Bas.

Le début du XIIIe siècle voit enfin la création des ordres mendiants, ainsi nommés par le choix qu’ils font de la pauvreté ordinaire collective (et non plus seulement individuelle comme dans la règle bénédictine). Ils installent leurs couvents dans les villes pour s’adonner surtout à l’apostolat par la prédication, la confession et la direction de conscience. Saint-Omer n’a pendant ce siècle qu’un seul couvent de Mendiants, ce qui est surprenant pour une ville comptant de 30 à 35 000 habitants vers 1330. Les Franciscains s’établissent dès 1224 dans le faubourg de Sainte-Croix, au sud-ouest des remparts, et adoptent en 1408 la réforme de l’Observance. Les Dominicains ne réussissent à s’installer à Saint-Omer qu’en 1324, après une très longue opposition du chapitre, même aux ordres du pape. Leur couvent est situé à l’ouest de la ville près de la porte Boulizienne (de Boulogne). Le couvent des Clarisses, fondé vers 1290 à Saint-Omer, peut aussi être rattaché au mouvement et à la spiritualité mendiants, puisqu’il fait partie de l’ordre franciscain. Mais les « Riches Claires », comme on les appelle alors, ne s’adonnent pas à l’apostolat actif et leur couvent ressemble fort aux abbayes traditionnelles de femmes.

Hormis ces établissements, il faut citer les prieurés d’abbayes dans lesquels quelques moines ou chanoines, trois ou quatre le plus souvent, mènent la vie religieuse assez loin de la maison mère.

  • le prieuré d’Ardres est issu d’un chapitre de dix chanoines que fonda en 1073 Arnoul, seigneur d’Ardres, mais qui fut cédé vers 1142 à l’abbaye bénédictine de La Capelle (commune des Attaques). L’abbaye en fait un prieuré dédié à saint Omer. Quand La Capelle est ruinée par la guerre de Cent Ans et cédée à l’abbaye Saint-Jean-au-Mont, le prieuré d’Ardres subsiste sous la dépendance de Saint-Jean-au-Mont.
  • le prieuré d’Arques est une grosse prévôté (nom fréquent du prieuré dans le Nord) de l’abbaye de Saint-Bertin, depuis une époque reculée.
  • le prieuré Saint-Jean-Baptiste de Cohem (commune de Wittes) dépend de l’abbaye bourguignonne de Molesme, sans doute depuis le XIIe siècle.
  • l’établissement que possède à Nielles-lès-Bléquin l’abbaye bénédictine de Saint-Rémi de Reims est sans doute quelque temps prieuré.
  • le prieuré de Renty, dépendant depuis le XIe siècle de l’abbaye de Marmoutier en Touraine succède à l’ancien monastère Saint-Bertulphe qui remonte à l’époque mérovingienne.
  • le prieuré de Val-Restaud (commune de Thiembronne) dépendant de Saint-André-au-Bois, abbaye de Prémontrés fondée vers le milieu du XIIe siècle (commune de Gouy-Saint-André, près d’Hesdin).
  • plus douteuse est l’existence d’un vrai prieuré à Beauval (commune de Lumbres), dépendant de l’abbaye bénédictine de Bourbourg depuis, dit-on, le milieu du XIVe siècle.

Tous les établissements importants sont situés dans la vallée de l’Aa et, dans une moindre mesure, dans celle de la Lys, vallées qui ont attiré le peuplement depuis des temps très anciens. Les prieurés sont plus nombreux dans les confins ruraux à l’ouest.

Bibliographie :

Bernard DELMAIRE, « Diocèses et établissements religieux dans l’arrondissement de Saint-Omer » in Trésor des églises de l’arrondissement de Saint-Omer. Catalogue de l’exposition du musée de l’hôtel Sandelin à Saint-Omer, 26 septembre-13 décembre 1992, p.13-20.


Article révisé le 12/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.