la Melde

Au milieu du parc à l’anglaise de Laprée coule une rivière, la Melde. Aussi appelée par déformation Melle, elle alimentait les fossés qui ont entouré le château jusqu’au Second Empire. À qui devrait-elle ce nom à la sonorité toute germanique faisant penser au poème symphonique de Bedřich Smetana, Die Moldau, nom allemand de la Vltava qui traverse Prague et une grande partie de la Bohème ? Sans doute aux Meldes.

Au temps de la Guerre des Gaules (58-51), César, cherchant le plus court itinéraire pour conquérir l’île de Bretagne, soumet le pays des Morins, un peuple celte qui avait, nous dit le géographe Ptolémée,  la cité de Thérouanne pour capitale. Les Morins auraient voisiné avec un autre peuple celte venu de Gaule belgique et installé pour partie le long du cours d’eau qui porte désormais leur nom : les Meldes, à qui César aurait commandé des navires pour ses expéditions bretonnes.

«  Ces affaires une fois réglées, César se rend à Portus Itius* avec ses légions. Là, il apprend que soixante navires, qui avaient été construits chez les Meldes, ont été rejetés par la tempête et, incapables de tenir leur route, ont dû revenir à leur point de départ ; quant aux autres, il les trouve prêts à naviguer et pourvus de tout le nécessaire. La cavalerie de toute la Gaule se rassemble là, forte de quatre mille chevaux, avec les chefs de toutes les nations ; César avait résolu de n’en laisser en Gaule qu’un tout petit nombre, ceux dont il était sûr, et d’emmener les autres comme otages, parce qu’il craignait un soulèvement de la Gaule en son absence. »

Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, V, 5.

*. Port romain dont la localisation exacte demeure inconnue. Il pourrait s’agir de Boulogne-sur-Mer ou de ses environs, de Wissant, d’Ambleteuse ou encore d’Isques.

Ces Meldes étaient apparentés à ceux qui vivaient auprès des Parisii le long de la Marne, les fondateurs de la cité de Meaux.

Qui dit chantier naval dit mer. Sithiu (futur site de Saint-Omer) tire son nom de Sinus Itius, un golfe de quarante kilomètres d’étendue formé par le fleuve côtier Aa qui la reliait ainsi à la mer. Les murmures des flots marins se portaient donc jusqu’au delà d’Arques, entre les montagnes – qu’ailleurs on appellerait collines – de Blendecques et d’Helfaut. Les eaux étaient parfois assez profondes pour permettre la construction navale, comme celles du bassin du Haut-Pont, aujourd’hui quartier de Saint-Omer. Si un pont y joignait effectivement les deux rives de l’Aa, son étymologie – Altus PontusPontus signifiant mer – fait directement allusion à un lieu que vient baigner la mer haute.

« Il existe une rivière qui porte actuellement encore le nom de Melde, formée de deux ruisseaux prenant leur source aux villages d’Ecques et d’Heuringhem*, non loin de Saint-Omer. Elle traverse Cohem, Wittes et va se jeter à Thiennes dans la Lys qui, autrefois, portait pour cette raison le nom de Melde. Un fait prouve que cette rivière conservait le nom de Melde jusqu’à l’Océan germanique : c’est qu’il se trouve encore à l’endroit où était son embouchure un territoire qui en a retenu le nom, Meldghem**. Cet ancien lit de la Melde ayant été comblé par le temps et obstrué par les sables de la mer, elle alla se déverser dans l’Escaut. »

Père Jacques Malbrancq (1579-1653)***, De Morinis, I, 4.

La Melde a été scindée  au XVIIIe siècle à des fins défensives et de navigation mais passait encore en siphon pour se jeter dans la Lys à Thiennes. La Melde du Pas-de-Calais prend sa source au pied du plateau d’Helfaut pour se diriger vers le canal de Neufossé à Wittes où le cours du Contre-Fossé (ou Fossé Latéral) la rejoint. Elle se jette ensuite dans le canal de Neufossé puis dans la Lys à Aire après avoir fait sa jonction avec la dérivation de la Lys supérieure qu’est l’Oduel. La Melde du Nord se jette pour partie dans la Lys canalisée via un groupe de pompes à Thiennes, le reste dans le canal de la Nieppe pour rejoindre ensuite la rivière Bourre. Elle ne doit pas être confondue avec la Meldik est une autre rivière passant à Arques qui a été ouverte par Odland, le neuvième abbé de Saint-Bertin, à la fin du VIIIe siècle.

Notes :

*. À Bilques (aujourd’hui commune d’Helfaut), près d’Heuringhem, deux autres ruisseaux, l’un partant de la terre de Coubronne (commune d’Ecques) et l’autre de celle de Camberny (commune de Roquetoire), se jetaient dans cette rivière.

**. Aujourd’hui Maldegem en Flandre orientale ? Littéralement, le nom signifie « foyer des Meldes »  L’élément -hem vient en effet du vieux bas francique haim signifiant foyer/maison qui se retrouve dans la langue allemande (heim, foyer/maison), dans le vieil anglais (hām, foyer/maison/village) et qui se poursuit dans l’ancien français (ham, village, d’où hamel, hameau). L’explication du père Malbrancq ne paraît pas satisfaisante. Ce nom est à plutôt mettre en lien avec avec la présence constatée des Meldes sur l’Escaut, entre Gand et Bruges.

***. Le Père Jacques Malbrancq, né probablement à Aire en 1579, est entré à l’âge de dix-neuf ans dans l’ordre des jésuites de Saint-Omer, y consacrant la première partie de sa vie à la prédication et à l’enseignement des humanités. La seconde se passe chez les jésuites de Tournai, y rédigeant en latin son œuvre, les quatre tomes de sa fameuse Histoire des Morins. Il meurt à Tournai en 1653.


Article révisé le 14/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.