portrait de Jehan de Lencquesaing, 1580

« C’était l’avantage de ces milieux très fermés d’autrefois, qu’on y considérait moins ce que vous étiez que ce que vous aviez été. Le passé, pour peu qu’on y songe, est chose infiniment plus stable que le présent, aussi paraissait-il d’une conséquence plus grande. On ne nous prêtait pas plus d’attention qu’il ne fallait ; ce que l’on estimait en nous, c’était un certain feld-maréchal qui vécut à une époque fort lointaine, dont personne, à un siècle près ne se rappelait la date. Je me rends compte aussi que la fortune de mon grand-père, et les distinctions obtenues par mon bisaïeul, restaient à nos yeux des faits beaucoup plus considérables, même beaucoup plus réels que notre propre existence. Ces vieilles façons de voir vous font probablement sourire ; je reconnais que d’autres, tout à fait opposées, ne seraient pas plus déraisonnables, mais enfin celles-ci nous aidaient à vivre. Comme rien ne pouvait empêcher non plus qu’on ne continuât de les honorer en nous ; c’était bien la seule part du patrimoine qui fût vraiment inaliénable. »

Marguerite YOURCENAR (1903-1987), Alexis ou Le Traité du Vain Combat, 1929.

Faisons tout d’abord connaissance physique avec Jehan de Lencquesaing ou plutôt avec sa représentation exécutée en 1580 qui lui confère, suspendant le temps, une sorte d’inaltérable jeunesse. Âgé de vingt-cinq ans, il est déjà, probablement, à la moitié de son existence. « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : / Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie », conseille le poète Ronsard à la même époque… Les âges de la vie de ce temps-là ne sont en effet pas les nôtres. Jehan de Lencquesaing vient tout juste de quitter l’adolescence pour rejoindre le plein âge viril qui dure vingt années. La vieillesse commence ensuite à quarante-cinq ans, la décrépitude à soixante-dix…

Son portrait, une huile sur bois, n’a pas la fougue éblouissante de ceux du maître anversois du moment, Adriaen Thomasz Key le Jeune, encore moins de ceux de Franz Pourbus le Jeune qui sera reçu maître à Anvers quelques années plus tard. Il n’en demeure pas moins fort bien peint. Il présente surtout l’inestimable intérêt d’être parvenu jusqu’à nous. Réalisons qu’il a quitté en charroi, il y a plus de quatre siècles, Mons en Hainaut pour Aire et Saint-Omer en Artois ! Il est désormais dans la salle-à-manger du château de Laprée, discrètement accroché entre une double-porte et une croisée, entouré de onze générations des siens.

Le genre du portrait s’est épanoui au XVIe siècle dans les prospères Pays-Bas espagnols avec la diffusion de la doctrine humaniste qui, reconnaît l’individu en tant que tel. Le corps humain est alors à nouveau digne d’étude. La connaissance anatomique progresse depuis le De humani corporis fabrica (1543) du Bruxellois André Vésale – médecin de l’empereur Charles Quint – et de l’Anatomie universelle du corps humain (1561) du Français Ambroise Paré. Elle intéresse les peintres dans le sillage de Léonard de Vinci, d’où le souci nouveau de réalisme dans la représentation humaine. Le portraitiste l’a ici poussé jusqu’à représenter les métacarpes de la main droite de son sujet.

Jehan de Lencquesaing se représente – le portrait est une construction de l’image de soi – en parangon d’une bonne société gravitant autour des puissants, celle des grands commis qui se mêlent aux grands seigneurs.

Comme l’indiquent des lettres romaines finement tracées, l’huile sur bois a été exécutée en 1580, sans doute à la belle-saison, soit peu après son mariage : « Aetatis suae 1580 », ce qui signifie « dans l’année de son âge, 1580 ». Voilà un frisson d’identité supplémentaire inscrit à la marge du tableau. C’est une formule, tumulaire à l’origine, qui est ordinairement suivie de l’âge du défunt ou de la personne représentée et non de l’année. Quand celle-ci figure, elle est en effet généralement précédée d’un « Annus Domini… » / « dans l’année du Seigneur… » :

« On l’inscrit [l’âge] sur les portraits comme un signe supplémentaire d’individualisation, d’exactitude et d’authenticité […] Ces portraits de famille datés sont des documents d’histoire familiale, comme le seront trois à quatre siècles plus tard les albums de photos. Relèvent du même esprit les livres de raison où sont notés, en sus des comptes, les événements domestiques, les naissances et les morts. Il se forme alors une confluence du souci de précision chronologique et du sentiment familial. Il s’agit moins des coordonnées de l’individu que de celles des membres de la famille. On éprouve le besoin de donner à la vie familiale une histoire en la datant. Ce curieux souci de date n’apparaît pas seulement dans les portraits, mais aussi dans les objets et dans le mobilier […] Dès le milieu du XVIIe siècle les inscriptions tendent à disparaître sur les tableaux […] »

Philippe ARIÈS (1914-1984), L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, 1973.

Jehan de Lencquesaing s’est fait sobrement représenter, taillé en féodal, la figure un peu rustaude, le visage anguleux à la rudesse germanique. Il n’est pas de profil comme les princes mais de trois-quarts, position qui offre une représentation plus réaliste du commanditaire. Son visage blême s’accorde avec l’azur froid de ses yeux aperçu entre de lourdes paupières. Ses mains sont délicates et élancées : la droite s’appuie sur un meuble imperceptible au premier regard tandis que la gauche est négligemment posée sur un fourreau d’épée – son port est censé être privilège de noblesse – et met opportunément en évidence l’anneau du jeune marié. Autre bijou porté en long sautoir brillant à sa taille : une médaille de bronze représentant le profil cuirassé du Prince. Le reste du corps est caché sous un solide pourpoint de peau de daim, porté sur une ample chemise à fins crevés laissant apparaître une doublure de soie d’un or vif. « Une belle couleur, une couleur chère et valorisante, c’est, répétons-le, une couleur dense, vive, lumineuse, qui pénètre profondément dans les fibres du tissu et qui résiste aux effets décolorants du soleil, de la lessive et du temps », rappelle Michel Pastoureau (Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, 2004). Une large fraise empesée dissimule le col et met en valeur le port de tête, des godrons bien réguliers recouvrent ses poignets. Les fraises de cou et aux poignets expriment par leur blancheur la propreté corporelle et morale dans une société qui pratique la toilette sèche et ne nettoie à l’eau que les parties visibles du corps, autrement dit le visage et les mains. Elles cachent également car la nudité à cette époque, c’est-à-dire la vue des parties du corps autres que le visage, les mains ou la gorge, est la marque d’un déclassement, celle de la pauvreté et du monde du labeur physique, voire celle du vice.

La doctrine humaniste a puisé dans la culture antique les bases d’une Renaissance. Les trois vertus romaines semblent s’exprimer dans le portrait de Jehan de Lencquesaing. La « virtus » tout d’abord, c’est-à-dire au sens premier la qualité physique de l’homme, du « vir », de l’homme fort qui s’exprime au combat ; au sens second, forgé par les philosophes grecs, le courage moral nécessaire pour accéder à la sagesse. Elle fait écho à la devise latine de Jehan de Lencquesaing – « Virtute et armis » / « Par le courage et par les armes ». Sa « virtus » est symbolisée par la rapière sur laquelle il pose la main, prête à servir. Elle est l’épée de prédilection, capable de frapper aussi bien de taille que d’estoc. Elle oblige à abandonner le culte de la force brutale au profit de l’élégance et de l’adresse. L’escrime est au XVIe siècle une discipline distinctive prisée par la noblesse de cour. La deuxième vertu romaine est la « fides », c’est-à-dire la fidélité, l’engagement, le respect de la parole donnée, que représente l’anneau. La troisième est la « pietas », le « devoir » ou la « dévotion » à l’État et à son souverain que représente la médaille.

Si le peintre a sans doute saisi avec fidélité les traits du visage de son commanditaire, il n’est pas descendu au fond de lui, concentrant plutôt son art sur la pose altière, le geste distingué, le regard qui exprime la distance, les insignes de l’éminence de sa position sociale (le vêtement, les bijoux, l’épée, les armoiries timbrées qui sont aux yeux de Jehan de Lencquesaing autant de « regalia », un ensemble d’objets symboliques de pouvoir). Ainsi, le premier Lencquesaing a souhaité laisser pour sa postérité un portrait exemplaire, un portrait social qui cache en retour la vérité de l’homme profond…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.